From crisis to cooperation: how the EU handled the troubled 2019-2024 era

Milos Schmidt

De la crise à la coopération : comment l’UE a géré la période troublée de 2019 à 2024

Le Parlement et la Commission actuels de l’UE venaient tout juste de commencer les travaux sur leur programme quinquennal lorsqu’il a déraillé à cause du Covid-19 puis de la guerre en Ukraine. Alors que le mandat des institutions entre dans sa phase finale, Real Economy recueille les points de vue des principaux acteurs de Bruxelles sur l’un des chapitres les plus difficiles de l’UE.

Un cycle de troubles de cinq ans ; De la COVID-19 à la guerre en Ukraine et au choc énergétique qui en a résulté, et avec la montée en flèche de l’inflation pour faire bonne mesure, l’économie européenne a été secouée par une série de crises sans précédent au cours des cinq dernières années. Comme le dit le commissaire européen à l’Economie Paulo Gentiloni : « Personne n’aurait prédit que nous aurions pu avoir deux cygnes noirs d’affilée », faisant référence à l’enchaînement hautement improbable d’événements tels que la pandémie et l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

Alors que les Européens se préparent à aller aux urnes pour les élections parlementaires de juin, Real Economy évalue les performances économiques de l’UE au cours de cette période difficile et les perspectives de reprise pour la prochaine. Comment le bloc peut-il stimuler la croissance et la productivité, le Green Deal est-il toujours sur la bonne voie et les relations commerciales avec des pays comme la Chine doivent-elles être réinitialisées ? Telles sont les grandes questions auxquelles sont confrontés les électeurs, alors qu’ils se préparent à donner un nouveau mandat aux institutions européennes.

Temps désespérés, mesures désespérées

Dans des temps désespérés qui appellent des mesures désespérées, la réponse de l’UE aux multiples crises s’est aventurée dans l’impensable jusqu’ici ; l’énorme fonds NextGenerationEU de 800 milliards d’euros était un geste économique historique. Déployé pour accélérer la reprise post-pandémique et la transition verte et numérique du bloc, il a vu les États membres émettre pour la première fois une dette commune.

Mais le COVID a également contraint Bruxelles à abandonner temporairement les limites budgétaires. Depuis lors, de nombreux États membres ont accumulé des ratios dette/PIB records, un problème que le choc énergétique et la forte inflation de 2022 n’ont fait qu’exacerber. Les règles de dépenses récemment réformées visent à les ramener progressivement sous contrôle. Les fonds post-pandémiques devraient également prendre fin en 2026, et la grande question est désormais de savoir si l’Europe aura l’argent dont elle a besoin pour investir et être compétitive pour l’avenir ?

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a exprimé l’ampleur du défi lorsqu’elle a déclaré : « Ce qui a commencé avec un virus si petit que vos yeux ne pouvaient pas le voir, est devenu une crise économique si grande que vous ne pouvez tout simplement pas la manquer. »

Un fardeau partagé

La plate-forme pour faire face à cette crise était le programme de partage de la dette envisagé dans le fonds NextGenerationEU. Quatre ans après sa création, quel regard les députés européens portent-ils sur un tel outil financier ? Y voient-ils un modèle réussi pour l’avenir ou devraient-ils redevenir un tabou économique ?

« Nous n’aurions jamais pensé que dans cette guerre entre les pays frugaux et les pays du Club Med, nous pourrions nous entendre, pour la première fois et c’est historique, sur un endettement commun », a déclaré Stéphanie Yon-Courtin, députée européenne du groupe Renew Europe, à Real Economy.

Pour Philippe Lamberts, député européen et co-président du Groupe des Verts, le fonds offre la perspective d’une future coopération intercommunale : « Je vois NextGenEU comme un prototype. Et il est important que le prototype vole bien pour que nous puissions le rendre permanent. »

Sa vision est partagée par l’eurodéputée Margarida Marques du Groupe des Socialistes et Démocrates, qui voit le potentiel de cet instrument pour atteindre les objectifs à long terme de l’Europe : « Un nouveau mécanisme d’investissement doit être créé après NextGenerationEU pour investir dans la transition climatique, dans la transition numérique, dans Pilier européen des droits sociaux, sur la défense.

Mais les chiffres de droite ont une vision un peu moins utopique : « À l’heure actuelle, si vous avez des pays très endettés, mais qu’ils sont capables de puiser dans cette nouvelle boîte de Pandore, qu’est la dette commune européenne, où ils peuvent puiser dans cette nouvelle boîte de Pandore, qu’est la dette commune européenne. , eh bien, cela crée un tout nouveau jeu de balle en matière de finances, nous pensons donc que c’est une erreur et nous ne devrions pas emprunter cette voie », a déclaré l’eurodéputé Michiel Hoogeveen du Groupe des Conservateurs et Réformistes européens.

Alors, quelle est la position de la Commission européenne ? Pourrait-il à nouveau recourir à de tels instruments économiques ? Paolo Gentiloni, le commissaire européen à l’Économie, estime que le fonds est l’expression du concept fondamental de l’UE d’une union toujours plus étroite : « Comment pouvons-nous participer à la course mondiale aux technologies propres, aux défis de la compétitivité, sans un seul euro ? de financement commun ? Je pense que c’est honnêtement impossible.

S’endetter ou emprunter pour investir ?

Cependant, l’endettement, qu’il soit assumé conjointement ou non, doit toujours être maîtrisé. Les règles budgétaires récemment révisées visent à réduire la dette accumulée pendant la pandémie. Bien que cela marque un retour aux anciens seuils de déficits à 3 % et de dette à 60 % du PIB annuel respectivement, les États membres ont bénéficié de plus de flexibilité sur la manière dont ils procèdent à la réduction de la dette.

Mais y aura-t-il suffisamment d’argent pour financer des choses comme la transition verte, surtout avec le financement post-pandémique prenant fin en 2026 ? L’eurodéputé Manfred Weber, président du Parti populaire européen, estime que même si des investissements sont nécessaires, des emprunts illimités pour y parvenir ne sont pas non plus la solution : « Du côté de la dette, vous savez, nous avons beaucoup de difficultés avec cela. Personne ne sait à l’heure actuelle comment payer les taux d’intérêt », dit-il.

« C’est pourquoi la dette signifie moins de possibilités d’investissement pour la prochaine génération. Nous avons besoin de croissance économique, c’est la base du pouvoir de l’Europe, nous sommes économiquement forts et nous devons redémarrer le moteur. »

Selon Gentiloni, le fardeau de la dette de l’Europe ne doit pas détourner l’attention de la nécessité cruciale d’investir : « Dans l’ensemble, nous ne pouvons pas dire que le problème de l’UE et de la zone euro est que nous avons une dette trop élevée, c’est un problème pour les États membres individuels, nous devons y remédier, nous avons des règles communes mais en même temps nous devons être compétitifs au niveau mondial.

Pour Philippe Lamberts des Verts, il est bien plus fondamental de suivre le rythme des concurrents mondiaux de l’UE : « Si vous voulez que les investissements nécessaires à la transition verte, au numérique, à la défense et à tout le reste se réalisent, oui, nous Il faudra emprunter parce que la totalité de cet argent ne pourra pas être financé par des réductions ailleurs ou par de nouveaux impôts, et en effet, une partie de cet argent devrait être un emprunt national et une autre partie devrait être un emprunt conjoint de l’Union européenne.

L’analyste Jeromin Zettelmeyer, directeur du groupe de réflexion économique Bruegel, estime que Bruxelles conservera le partage de la dette comme outil pour atteindre ses principaux objectifs. « Je pense que l’idée selon laquelle vous soutenez les investissements publics au niveau de l’UE sera plausible, car sinon nous pourrions probablement abandonner le Green Deal. »

Faire face à la Chine

Alors que les décideurs européens sont confrontés à un avenir incertain, les tensions commerciales avec la Chine constituent un autre sujet brûlant. Bruxelles a accusé Pékin de subventionner des secteurs clés tout en restreignant l’accès à ses propres marchés. Pour l’instant, la politique de la Commission européenne consiste à « réduire les risques » liés à la Chine, mais devra-t-elle aller plus loin ? L’eurodéputée du groupe Renew Europe, Stéphanie Yon-Courtin, estime que Pékin doit être persuadé des avantages de travailler avec l’Europe : « Il faut que ce soit une situation gagnant-gagnant-gagnant », dit-elle.

« Par-dessus tout, l’Union européenne doit cesser d’être naïve. La relation doit être celle de partenaires commerciaux et, bien sûr, continuer à travailler avec nos partenaires tant qu’ils acceptent nos règles. »

L’eurodéputé Michiel Hoogeveen, du Groupe des Conservateurs et Réformistes européens, estime que la coopération avec la Chine devrait être explorée : « Allons essayer de parler aux Chinois pour savoir comment nous pouvons réellement créer (des règles du jeu équitables), comment nous pouvons conclure des accords, et nous devrions également accepter qu’un pays puisse être plus compétitif dans la construction de véhicules électriques, de panneaux solaires ou d’éoliennes. Eh bien, si les Chinois sont prêts à payer pour notre transition énergétique, nous pouvons alors concentrer nos ressources sur d’autres domaines », déclare Hoogeveen.

Mais le point de vue de gauche est plus prudent. Margarida Marques, eurodéputée du Groupe des Socialistes et Démocrates, estime que l’Europe doit mettre de l’ordre dans ses propres affaires avant d’ouvrir la porte à la Chine : « Pour rivaliser avec d’autres zones économiques, nous devons être un bloc, un bloc économique, et pour cela, nous devons veiller à ce que le marché intérieur puisse aller dans ce sens.»

« La première chose, c’est d’arrêter d’être naïf », insiste Philippe Lamberts des Verts. « Je veux dire que la Chine est protectionniste, les Etats-Unis sont protectionnistes, et puis on dirait, ok eh bien, il ne faut pas restreindre l’accès à notre marché parce qu’ils le feront. restreindre l’accès aux leurs. Ils restreignent l’accès aux leurs !

Manfred Weber, député européen et président du Parti populaire européen, reconnaît que les futures relations commerciales avec la Chine seront probablement compliquées : « Nous devons maintenir les liens économiques, donc personne ne veut les arrêter, mais nous devons rééquilibrer cela et dans une telle bataille stratégique avec les Chinois, nous devrions être prêts à défendre nos marchés.

Espoirs de stabilité et de croissance

Enfin, compte tenu des énormes défis auxquels l’Europe a été confrontée récemment, quelle est la situation économique actuelle ?

« L’inflation est en baisse », déclare Jeromin Zettelmeyer, directeur du groupe de réflexion Bruegel. « La BCE s’attend à revenir à son objectif plus tôt et elle s’attend également à un assouplissement de sa politique monétaire, au cours du prochain trimestre. On a donc en quelque sorte le sentiment qu’il y aura un revirement cet été, et le principal moteur ici est la reprise des revenus réels avec la baisse de l’inflation et le rattrapage des salaires.

L’avenir s’annonce peut-être difficile, mais le commissaire à l’Economie Paolo Gentiloni estime que l’Europe est sur la bonne voie.

« La réaction à la pandémie a été sans précédent : le mécanisme SURE, NextGenerationEU. La réaction à la guerre fut également sans précédent. L’unité sur les sanctions, sur la réaction politique, sur le découplage du gaz russe. Mais si l’année 2024 voit une accélération de l’activité, je pense que nous conclurons que nous avons réussi à faire face à ces deux cygnes noirs de la bonne manière », dit-il.

En effet, il nous pardonnera peut-être tous d’espérer que le prochain mandat électoral soit moins tumultueux que celui-ci.

Laisser un commentaire

17 − quinze =