The New Zealand Prime Minister Chris Hipkins speaks at the

Milos Schmidt

Davos 2024 : en quoi consiste le thème « Reconstruire la confiance »

Alors que nous sommes confrontés à un monde de plus en plus fracturé et polarisé, le sommet du Forum économique mondial de cette année examinera les moyens de reconstruire et de renforcer la confiance entre les parties prenantes mondiales.

Le 54e Forum économique mondial (WEF) se tiendra la semaine prochaine à Davos, en Suisse, du 15 au 19 janvier. Le sommet accueillera les gouvernements de plus de 1 000 pays, ainsi que toutes les grandes organisations internationales. Il réunira également un mélange varié d’exportateurs industriels, de médias, de représentants de la jeunesse, d’entrepreneurs sociaux et de dirigeants de la société civile.

Le thème de cette année est Reconstruire la confiance, qui semble être une continuation du thème de 2022 « Travailler ensemble, restaurer la confiance », à l’époque où la majeure partie du monde était encore en proie à Omicron.

Alors, qu’implique exactement le rétablissement de la confiance ?

Selon le président du Forum économique mondial, Borge Brende : « Le Forum fournit la structure permettant de développer des recherches, des alliances et des cadres qui favorisent une coopération axée sur une mission tout au long de l’année. »

Cette année, le thème se divise essentiellement en quatre catégories :

  • Parvenir à la sécurité et à la coopération dans un monde fracturé
  • Créer de la croissance et des emplois pour une nouvelle ère
  • L’intelligence artificielle comme moteur de l’économie et de la société
  • Une stratégie à long terme pour le climat, la nature et l’énergie

En dehors de cela, le sommet cherchera à rétablir les principes fondamentaux de cohérence, de transparence et de responsabilité entre les dirigeants mondiaux, ainsi qu’à rétablir l’action collective. Il s’agit d’un retour aux sources, dont l’objectif est d’améliorer les conversations entre les dirigeants du monde des affaires, des gouvernements et de la société civile afin de leur permettre de travailler ensemble pour tirer le meilleur parti des progrès techniques dans l’industrie, la science et la société.

Parvenir à la sécurité et à la coopération dans un monde fracturé

C’est potentiellement l’un des points les plus importants à l’ordre du jour cette année, surtout face aux conflits persistants tels que la guerre entre la Russie et l’Ukraine et la crise entre Israël et le Hamas. Cela signifie que la coopération mondiale visant à identifier, prévenir et gérer ces risques de conflit est devenue encore plus importante ces derniers mois.

Cela implique également d’identifier et de traiter efficacement les sources perturbatrices de fragmentation, d’une manière qui soit avantageuse pour toutes les parties prenantes concernées. Dans certains cas, cela signifiera également que les solutions temporaires, comme le déploiement de forces américaines ailleurs dans le monde pour maintenir la sécurité, devront être réexaminées en faveur de solutions permanentes à plus long terme.

Un partage de données plus transparent entre les pays pour identifier et contenir les risques, notamment aux frontières internationales, pourrait également être discuté. Un certain nombre de nouvelles alliances et accords pourraient être conclus, notamment lorsqu’il s’agit de contrer l’influence croissante de pays comme la Chine dans des régions comme l’Asie du Sud-Est.

Créer de la croissance et des emplois pour une nouvelle ère

Même si certains pays, comme les États-Unis et le Royaume-Uni, connaissent actuellement un taux de chômage relativement faible, plusieurs autres, notamment la Grèce, la Colombie, l’Espagne, le Chili, la Grèce et la Turquie, sont toujours aux prises avec des niveaux de chômage élevés.

Une grande partie du monde est également confrontée à un ralentissement de la croissance économique, car les effets persistants de la pandémie ont conduit plusieurs entreprises à réduire leurs capacités et les gouvernements à devoir consacrer des fonds à des mesures de relance et de soutien.

En tant que tel, le sommet du WEF 2024 se concentrera sur la manière dont les gouvernements et les entreprises peuvent s’unir pour créer une stratégie plus centrée sur les personnes lorsqu’il s’agira de créer de nouveaux emplois et de favoriser la croissance au cours des prochaines années.

Cela permettrait également d’éviter une « fuite des cerveaux » inutile vers des pays comme la Turquie et certaines régions d’Asie, où le manque d’opportunités accroît la concurrence pour des emplois moins nombreux. Cela est également très pertinent pour la Chine, qui a connu un niveau élevé de chômage des jeunes au cours des derniers mois.

L’intelligence artificielle comme moteur de l’économie et de la société

Selon McKinsey : « L’Industrie 4.0 – également appelée Quatrième Révolution Industrielle ou 4IR ​​– est la prochaine phase de la numérisation du secteur manufacturier, portée par des tendances disruptives, notamment l’essor des données et de la connectivité, l’analyse, l’interaction homme-machine et améliorations en robotique.

Le sommet devrait se concentrer sur la manière dont les entreprises et les gouvernements peuvent utiliser la technologie et les outils basés sur l’IA pour améliorer l’efficacité, réduire les coûts, améliorer les chaînes d’approvisionnement, mieux prévoir les catastrophes naturelles et accroître la transparence et la coopération entre les pays.

Bien que l’intelligence artificielle, ou IA, ait été saluée comme l’une des tendances technologiques les plus transformatrices de ces dernières années, plusieurs leaders technologiques, dont Elon Musk et Bill Gates**,** ont également mis en garde contre ses risques.

Cette année, le WEF ne se concentrera pas uniquement sur des sujets tels que le paysage réglementaire de l’IA et la manière dont elle peut collaborer avec d’autres technologies émergentes, il examinera également comment rendre l’IA sûre et efficace pour les entreprises et les particuliers.

Le logo OpenAI est affiché sur un téléphone portable avec une image sur un écran d'ordinateur générée par le modèle texte-image Dall-E de ChatGPT, le vendredi 8 décembre 2023, à Boston.
Le logo OpenAI est affiché sur un téléphone portable avec une image sur un écran d’ordinateur générée par le modèle texte-image Dall-E de ChatGPT, le vendredi 8 décembre 2023, à Boston.

Cela implique de sévir plus durement contre l’utilisation d’images deepfake générées par l’IA et utilisées dans des sites ciblant la pornographie et les conflits mondiaux, ainsi que la manipulation économique et sociale. Il s’agira d’une stratégie clé pour rétablir la confiance dans un monde de plus en plus fracturé, où la méfiance politique et médiatique s’accroît.

Cela signifie que les pays, les entreprises et les individus doivent s’engager en faveur de la vérité et de la transparence, et être conscients de l’importance de publier des chiffres économiques et sociaux précis, ainsi que de la progression des conflits.

Cependant, cela doit également inclure l’utilisation de l’IA et d’autres technologies d’une manière sûre et productive pour tous, réduisant ainsi, espérons-le, les menaces en matière de cybersécurité, ainsi que les effets négatifs des technologies de pointe et de l’IA. Le sommet présentera également l’AI Governance Alliance, une initiative multipartite axée sur la promotion d’une utilisation responsable, transparente et inclusive de l’IA.

Une stratégie à long terme pour le climat, la nature et l’énergie

Actuellement, selon Climate Action Tracker (CAT), un certain nombre de pays accusent encore un retard inquiétant dans leurs efforts pour atteindre l’objectif de l’Accord de Paris qui vise à « limiter l’augmentation de la température à 1,5 degrés Celsius au-dessus des niveaux préindustriels ».

Le CAT définit cinq catégories liées à cet objectif : critiquement insuffisant, très insuffisant, insuffisant, presque suffisant et 1,5 degré Celsius compatible avec l’Accord de Paris.

La majorité des pays entrent actuellement dans les catégories critiquement insuffisant, très insuffisant ou insuffisant, mais, à l’heure actuelle, aucun pays n’a réussi à atteindre l’objectif de 1,5 °C compatible avec l’Accord de Paris.

Le sommet de cette année examinera la création et l’amélioration de méthodes durables à long terme pour se rapprocher de la neutralité carbone d’ici 2050 tout en ayant toujours accès à des ressources abordables, inclusives et sûres telles que l’eau, l’énergie et la nourriture.

Il s’agira également de réduire le fossé et le ressentiment entre le Nord, composé principalement de pays développés, et le Sud, composé de pays en développement. Cela est dû au fait que ces derniers subissent souvent de plus grandes conséquences du changement climatique en raison des choix énergétiques et de la consommation des pays du Nord dans plusieurs circonstances.

Laisser un commentaire

4 × deux =