Davos 2023 : les 5 principaux points de discussion qui devraient dominer l'ordre du jour du Forum économique mondial de cette année

Jean Delaunay

Davos 2023 : les 5 principaux points de discussion qui devraient dominer l’ordre du jour du Forum économique mondial de cette année

Le thème de la réunion du Forum économique mondial 2023 est « La coopération dans un monde fragmenté » – et les problèmes nécessitant des solutions mondiales s’accumulent.

Le Forum économique mondial (WEF) se prépare pour sa réunion annuelle dans la station balnéaire suisse de Davos cette semaine. Ce sera la première fois depuis que la pandémie de COVID-19 a balayé le monde que l’événement reviendra à son ancienne ampleur vue pour la dernière fois en 2020.

Au cours de la semaine à venir, 50 chefs d’État et de gouvernement d’un mélange de pays du G20 et du G7 devraient être présents, ainsi que 200 ministres et 1 500 chefs d’entreprise. Au total, 130 pays du monde entier seront représentés à la réunion dans la ville pittoresque des Alpes suisses.

Comme pour toutes les réunions précédentes, les problèmes les plus urgents auxquels le monde est confronté aujourd’hui seront discutés alors que les 2 700 conférenciers invités s’efforceront de trouver des solutions potentielles.

Le thème de la rencontre 2023 est « La coopération dans un monde fragmenté ». Mais quel défi mondial sera en tête de leur ordre du jour pour s’attaquer en premier ?

Ceux-ci devraient être les principaux points de discussion cette année.

La crise du coût de la vie

Les experts du WEF décrivent 2023 comme « l’année de la polycrise », une année au cours de laquelle tous les problèmes auxquels l’humanité est confrontée sont devenus plus imbriqués, plus mutuellement dommageables que jamais et finalement plus difficiles à résoudre.

À court terme, ces problèmes se résument à un défi clé : la crise du coût de la vie.

Une majorité de la communauté des économistes en chef du WEF s’attend à une récession mondiale cette année en raison des vents favorables géopolitiques et économiques de la guerre en Ukraine, associés à une inflation paralysante.

Afin d’éviter les pires scénarios possibles, les chefs de gouvernement et les gouverneurs des banques centrales – dont beaucoup seront présents à Davos cette année – sont confrontés à l’inévitable dilemme de savoir s’il faut dépenser plus d’argent pour leurs citoyens afin de les protéger du coût mordant de la vie crise ou de relever les taux d’intérêt pour lutter contre l’inflation qui, à son tour, risque de déclencher une récession mondiale.

La guerre en cours en Ukraine

L’invasion de l’Ukraine par la Russie a dominé la réunion de printemps exceptionnelle du WEF en mai dernier, qui s’est déroulée trois mois seulement après les premières frappes sur le territoire ukrainien.

Comme ce fut le cas en mai, le président ukrainien Volodymyr Zelensky devrait s’adresser à l’événement par liaison vidéo. De plus, pour la deuxième année consécutive, la Russie ne sera pas présente à Davos avec son ambassade traditionnelle Russia House (qui en mai a été transformée en Russian War Crimes House), désormais reprise par la délégation du Maharashtra en Inde.

Le conflit en cours demeure l’un des problèmes les plus urgents débattu cette année, notamment en raison de ses implications pour la sécurité mondiale, les politiques de défense, l’énergie et la production alimentaire.

En plus de sa propre « maison » sur la Promenade, l’artère principale de Davos, une autre importante délégation ukrainienne devrait être présente – y compris des ministres du gouvernement – à l’événement pour continuer à faire pression pour obtenir un soutien international.

La crise climatique

Comme c’est devenu la norme, les militants écologistes sont déjà arrivés en force à Davos pour protester – entre autres – contre l’hypocrisie de l’élite mondiale qui se rend à la station balnéaire en jets privés dans un contexte d’escalade de la crise climatique.

Au cours des années précédentes, Greta Thunberg a été invitée à prendre la parole lors de panels lors de l’événement, ainsi qu’à diriger sa grève scolaire avec des jeunes militants locaux. En mai, le camp de base de l’Arctique s’est installé sur la Schatzalp – le sommet surplombant Davos – pour attirer l’attention sur l’impact du changement climatique sur les communautés du monde entier.

« L’incapacité à atténuer le changement climatique est classée comme l’une des menaces les plus graves à court terme, mais c’est le risque mondial auquel nous sommes considérés comme le moins préparé », ont écrit les experts du WEF dans son rapport sur les risques mondiaux publié la semaine dernière.

Bien que le climat ait toujours été à l’ordre du jour de Davos au cours de la dernière décennie, il a sans doute été relégué au bas de la liste des priorités. Comme elle l’a été en mai par l’Ukraine, elle risque d’être à nouveau éclipsée cette année par une crise du coût de la vie exacerbée par de nombreux facteurs, notamment l’inflation, la hausse des prix du carburant et les pénuries alimentaires.

L’un des grands sujets autour du changement climatique cette année sera le processus de décarbonation des industries et la transition énergétique. L’investissement dans et la mise à l’échelle des nouvelles technologies, y compris des sources de carburant plus durables, est un sujet particulièrement prononcé, l’hydrogène vert devenant un mot à la mode cette année.

La crise alimentaire croissante

L’insécurité alimentaire, comme de nombreux défis énumérés dans cet article, est largement liée à d’autres problèmes mondiaux, dont le principal est la crise climatique.

La perte de biodiversité, les conditions météorologiques toujours extrêmes et le nombre croissant de catastrophes naturelles ont contribué à l’aggravation des pénuries alimentaires.

En 2022, le monde était confronté à la triple menace des pénuries de nourriture, d’énergie et d’engrais. Les experts préviennent déjà que davantage de personnes seront confrontées à la faim en 2023 que les années précédentes, car les prix des denrées alimentaires continuent de grimper, les pénuries s’aggravent et davantage de moyens de subsistance sont décimés.

Comment inverser la situation et éviter les inévitables futures crises alimentaires ? C’est une question qui sera sérieusement posée et débattue lors de l’événement de cette année.

La « quatrième révolution industrielle »

La technologie et l’innovation sont toujours au cœur de toutes les discussions à Davos. Cette année en particulier, les discussions se tournent vers ce que beaucoup appellent une quatrième révolution industrielle.

L’interconnectivité accrue, ainsi que les avancées dans des domaines tels que l’intelligence artificielle et l’informatique quantique, entraînent des problèmes épineux autour de la gouvernance.

Historiquement, la réglementation a mis du temps à suivre le rythme de l’essor des avancées technologiques. De plus en plus, les gouvernements choisissent d’adopter une approche plus localisée à cet égard, en particulier compte tenu des préoccupations concernant la sécurité nationale de leur pays.

Cependant, avec de nombreuses crises qui se présentent désormais en même temps – climat, guerre, cybersécurité, etc. – une approche plus globaliste est nécessaire pour libérer le potentiel d’innovation pour aider à résoudre les plus grands défis auxquels nous sommes confrontés.

Qu’est-ce que cela signifierait ? Au niveau de base, cela nécessiterait une plus grande coopération entre les entreprises et, à un niveau supérieur, les pays – pour instaurer la confiance et mettre en place des garanties.

Laisser un commentaire

19 − treize =