Dans un message adressé à Poutine et aux alliés de l'OTAN, le porte-avions français fait preuve de force en Méditerranée

Martin Goujon

Dans un message adressé à Poutine et aux alliés de l’OTAN, le porte-avions français fait preuve de force en Méditerranée

À BORD DU CHARLES DE GAULLE — Pour la marine française, la mission Akila en Méditerranée a constitué de nombreuses premières.

Pour la première fois, le porte-avions Charles de Gaulle – un navire à propulsion nucléaire pouvant accueillir jusqu’à 2 000 marins à bord et capable de parcourir 1 000 kilomètres par jour – est passé sous le contrôle opérationnel de l’OTAN, provoquant une tempête politique à Paris.

Pour la première fois également, des avions de combat français Rafale Marine ont volé de la mer Ionienne à la mer Baltique, soit un vol de six heures et 4 000 kilomètres à travers l’Europe. Au-dessus de la Pologne, ils ont été ravitaillés en vol par un avion ravitailleur français.

La mission Akila comprenait la participation à l’exercice Neptune Strike 2024 de l’OTAN, une manière pour la France de montrer à ses collègues membres de l’OTAN que Paris entend devenir un acteur clé de l’alliance, ainsi que d’envoyer un message à la Russie.

L’avion de combat français Rafale s’apprête à être catapulté du porte-avions Charles de Gaulle. | Laura Kayali/POLITIQUE

« C’est une démonstration de capacité qui séduit tous les publics : nos partenaires et nos concurrents », a déclaré le capitaine du navire Guillaume Denis, pilote qui dirige désormais l’escadre aérienne du transporteur. « L’OTAN doit être assurée de sa force et pouvoir passer d’un théâtre à l’autre. »

Le Charles de Gaulle est le poing blindé de la marine française et joue un rôle crucial dans tout effort de Paris pour projeter sa force. D’une longueur de 261 mètres, équipé de catapultes à vapeur pour lancer des avions que seuls les États-Unis (et bientôt la Chine) peuvent égaler, le navire peut également potentiellement transporter des armes nucléaires.

Depuis que la Russie a envahi l’Ukraine en février 2022, l’évolution de l’environnement de sécurité a fait des exercices comme Neptune Strike un élément clé des efforts de l’OTAN pour améliorer l’interopérabilité avec ses alliés et dissuader les ennemis potentiels.

L’exercice s’est déroulé en avril et mai avec des navires de 11 pays de l’OTAN, dont le Charles de Gaulle.

Le navire de guerre français, équipé de missiles Aster 15 et Mistral, de canons F2 de 20 mm, de tourelles d’artillerie et de mitrailleuses Narwhal, transportait également 18 Rafale, deux avions tactiques aéroportés d’alerte précoce E-2C Hawkeye de fabrication américaine et deux hélicoptères Dauphin. Le groupe aéronaval français comprenait cinq frégates de France, de Grèce, du Portugal et d’Italie, un ravitailleur et un sous-marin d’attaque à propulsion nucléaire français.

Pour la France, qui signale depuis 2022 que l’Otan est une priorité, l’exercice était aussi un moyen de mieux s’harmoniser avec l’alliance.

L’avion Hawkeye se prépare à décoller sur le porte-avions français Charles de Gaulle. | Laura Kayali/POLITIQUE

Jusqu’à la guerre en Ukraine, Paris consacrait une grande partie de son effort militaire – en particulier ses forces terrestres – aux anciennes colonies françaises africaines. Aujourd’hui, l’effort français au sein de l’OTAN consiste notamment à prendre la tête de l’exploitation d’un groupement tactique de l’alliance en Roumanie.

Participer à Neptune Strike, c’est « réaffirmer la place de la France au sein de l’OTAN, son attachement et sa loyauté à l’alliance, en vue de préparer des combats de haute intensité », a déclaré le capitaine de corvette Florent, en charge de la gestion des opérations du groupe aéronaval français. (Les noms de famille des militaires français sont parfois cachés pour des raisons de sécurité.)

L’exercice visait également à affirmer la présence maritime de l’OTAN en Méditerranée.

La Russie possède une base navale à Tartous, en Syrie, qu’elle a utilisée pour intervenir dans la sanglante guerre civile de ce pays. L’empreinte de Moscou dans la région s’est élargie depuis le début de la guerre en Ukraine.

Avant 2022, le groupe aéronaval français pourrait naviguer vers Chypre sans croiser de navires russes. Désormais, les navires de guerre français commencent à se préparer aux navires russes dans le détroit de Messine, entre la Sicile et le sud de l’Italie.

« Les Russes parcourent toute la Méditerranée. Nous savons qu’ils sont là. Nous les surveillons, et ils nous surveillent », a déclaré le lieutenant-commandant Alexandre Duguay, officier de liaison de la Marine canadienne au sein du groupe aéronaval français.

Porte-avions Charles de Gaulle vu depuis un hélicoptère français. | Laura Kayali/POLITIQUE

En juin 2022, en réponse à l’attaque du Kremlin contre l’Ukraine, les dirigeants de l’OTAN ont décidé de renforcer considérablement les exercices conjoints.

Pour le groupe aéronaval français, l’un des principaux objectifs de Neptune Strike était d’améliorer la compréhension de la chaîne de commandement de l’OTAN.

« L’exercice a confirmé que travailler en groupe est difficile, mais que nous sommes plus forts ensemble : quand on est bien organisé et qu’on regroupe les capacités, on les multiplie », a déclaré le contre-amiral Jacques Mallard, commandant du groupe aéronaval, après la frappe Neptune. terminé.

Les domaines à améliorer, a-t-il ajouté, comprennent la logistique, le partage de renseignements et la coordination.

L’ampleur du défi posé par la Russie oblige l’OTAN et la France à se disperser, de la Méditerranée, où le groupe d’attaque était basé, à la mer Baltique, où deux des avions de combat Rafale Marine étaient chargés de trouver une cible. prendre des photos sans se faire remarquer, et simuler une frappe en mer, non loin de l’enclave russe de Kaliningrad.

C’est très différent de la précédente campagne menée par Charles de Gaulle contre l’État islamique dans les années 2010, a déclaré le capitaine de frégate Raphaël, chargé de la planification des opérations aériennes au sein de l’état-major du groupe aéronaval, s’exprimant depuis une salle où les officiers viennent se détendre, regarder la télévision et jouer au baby-foot.

« En Irak et en Syrie, il n’y avait qu’un seul théâtre, centré sur le Moyen-Orient. Ici, nos forces sont beaucoup plus dispersées », a-t-il expliqué. Et cela nécessite des ajustements : « Nous devons être plus flexibles et nous tourner vers nos alliés. Par exemple, nous n’avons pas d’avion-citerne dans la mer Baltique.»

L’effort français au sein de l’OTAN ne signifie pas que Paris a abandonné ses frictions traditionnelles avec Washington. Au contraire, la France milite en faveur d’un « pilier européen » dans l’alliance militaire et n’a pas abandonné son ambition d’être une puissance d’équilibrage sur la scène mondiale. La France est également fermement opposée à l’élargissement de la portée géographique de l’OTAN à la région Indo-Pacifique, qui devrait être une question controversée lors du sommet de l’alliance à Washington en juillet.

Mais Paris tente de plus en plus de contribuer à la défense collective du continent. Selon une étude publiée l’année dernière par le groupe de réflexion français IFRI, la France est passée « d’alliée difficile à contributeur essentiel ».

Des avions de combat Rafale sur le pont du porte-avions Charles de Gaulle. | Laura Kayali/POLITIQUE

Même lorsqu’elle ne faisait pas partie du commandement intégré de l’OTAN, la France restait membre de l’alliance, et l’armée de l’air et la marine françaises opéraient avec les alliés de l’OTAN.

« Ce n’est pas un hasard si nous avons des équipements compatibles et la même doctrine », a déclaré lors d’un entretien téléphonique le général Jean-Paul Paloméros, commandant suprême allié pour la transformation de l’Otan de 2012 à 2015.

Les forces terrestres françaises sont cependant moins intégrées, a ajouté le général français, car elles n’ont pas eu besoin d’opérer en coalition. Mais l’armée française y travaille et a créé l’année dernière un commandement terrestre pour l’Europe.

« Je n’ai jamais douté une seule seconde des militaires français, de leurs capacités et du professionnalisme de leurs hommes. L’engagement que je n’ai pas vu est politique », a déclaré lors d’un entretien téléphonique le lieutenant-général à la retraite Ben Hodges, ancien commandant général de l’armée américaine en Europe, ajoutant avoir remarqué « un effort et une voix politique française beaucoup plus proactifs ». depuis 2022.

Mais se rapprocher de l’OTAN a un prix politique à Paris. Selon une étude de 2019, les Français ont l’une des opinions les moins positives de l’OTAN parmi les pays membres.

Les partis d’extrême droite et d’extrême gauche – qui militent régulièrement pour retirer à nouveau la France du commandement intégré de l’OTAN – ont sévèrement critiqué la participation du Charles de Gaulle à la mission de l’OTAN, affirmant que le président français Emmanuel Macron vendait le joyau de la marine française à l’OTAN. Les Américains.

À bord du porte-avions français, les officiers ont insisté sur le fait qu’être sous le contrôle opérationnel de l’OTAN ne constituait pas une perte de souveraineté.

Plus tôt ce mois-ci, la députée française Anne Genetet, du parti Renaissance de Macron, a appelé à un « renforcement majeur de la culture de l’OTAN en France » pour devenir plus influente au sein de l’organisation.

La délégation française de l’OTAN manque de personnel et, contrairement à l’Allemagne, les affectations à l’OTAN ne sont pas valorisées dans les carrières militaires françaises, selon un rapport parlementaire co-écrit par Genetet avec Bastien Lachaud du parti de gauche La France Insoumise. L’école militaire française pour officiers de réserve a ouvert cette année une nouvelle promotion axée sur l’OTAN afin d’intéresser davantage de personnes à un poste dans l’alliance.

« Nous avons perdu de l’influence et nous devons la retrouver », a déclaré Paloméros. « Nous sommes sur la bonne voie. »

Laisser un commentaire

5 × trois =