Dans un Liban criblé de kleptocrates, il est difficile de savoir ce qu'est le fond

Jean Delaunay

Dans un Liban criblé de kleptocrates, il est difficile de savoir ce qu’est le fond

C’est un devoir humanitaire pour le Conseil de l’Union européenne de soutenir le peuple libanais et d’imposer des sanctions ciblées contre ceux qui continuent de promouvoir leurs propres intérêts au détriment de la population, écrit Zena Wakim.

La célèbre vie nocturne de Beyrouth a longtemps eu un air rebelle : un défi subversif au dogme conservateur, un antidote à la politique pourrie et une émancipation hédoniste des batailles de rue sectaires.

Mais maintenant, même la nuit a été volée, de plus en plus abordable uniquement pour les riches. Les coupures de courant continues font que la ville est plongée dans l’obscurité.

Pendant ce temps, le ministère du Tourisme a prédit avec enthousiasme 2,2 millions de visiteurs cet été. La plupart seront des Libanais qui ont fui depuis longtemps, voyant brièvement leur famille et leurs amis toujours piégés dans un bourbier.

Au Liban, il est difficile de savoir ce qu’est le fond, c’est peut-être pourquoi les décideurs politiques de l’UE ne le traitent pas comme une priorité.

Quinze ans de guerre civile, une invasion israélienne, une occupation syrienne, plus de 250 assassinats politiques non résolus, une crise de réfugiés sans précédent, le pire effondrement économique au monde depuis le XIXe siècle et l’une des plus grandes explosions non nucléaires de l’histoire.

Le pays est un État mafieux irresponsable où plus de 80% des citoyens vivent désormais dans une pauvreté multidimensionnelle et où d’anciens seigneurs de la guerre devenus politiciens ont transformé l’État en un hôte dont ils pourraient se nourrir.

Ou, pour citer la Banque mondiale, le gouvernement « s’est constamment et nettement écarté d’une politique budgétaire ordonnée et disciplinée pour servir l’objectif plus large de cimenter les intérêts de l’économie politique ».

Scènes dystopiques et réalités parallèles

Des années d’inconduite financière de la part du gouvernement ont culminé en 2019 lorsque les citoyens libanais ont vu leurs comptes bancaires effectivement gelés, empêchés de retirer des dollars américains et n’ont autorisé que des quantités dérisoires de livres libanaises – une monnaie qui a maintenant perdu plus de 98 % de sa valeur en quatre ans .

La pandémie et l’invasion russe de l’Ukraine ont aggravé la misère financière, provoquant davantage de pannes de courant, de pénuries de médicaments et d’émigration massive.

Certains ont pris des bateaux de réfugiés à travers la Méditerranée. Certains ont récupéré de la nourriture dans des bennes à ordures.

Au milieu de ces scènes dystopiques, sous le couvert des lois sur le secret bancaire, les personnes politiquement connectées du pays vivaient dans une réalité parallèle.

AP Photo/Thibault Camus
Une équipe de secours inspecte le site de l’explosion massive de cette semaine dans le port de Beyrouth, 7 août 2020

D’autres ont mené des braquages ​​​​à main armée sur des banques pour réclamer leurs propres économies, devenant ainsi des héros populaires.

Mais au milieu de ces scènes dystopiques, sous le couvert des lois sur le secret bancaire, les personnes politiquement connectées du pays vivaient dans une réalité parallèle.

Alors que les gens ordinaires, ceux qui n’étaient pas politiquement connectés, n’ont pas pu accéder à leurs fonds, les élites politiques ont transféré plus de 10 milliards de dollars (9,06 milliards d’euros) hors du pays, siphonnant le pot de liquidités détenues collectivement par tous les déposants.

Ce n’était pas trop compliqué puisque 18 des 20 plus grandes banques libanaises appartiennent à des individus politiquement exposés.

Un pays entier fonctionnant avec de l’argent est un gagnant-gagnant pour les kleptocrates

Au lieu d’un système bancaire, le Liban fonctionne désormais avec des espèces. Au lieu de personnes pour former une économie florissante, le Liban survit grâce aux envois de fonds de l’étranger (représentant 38% du PIB).

En utilisant des licences délivrées par la banque centrale, quelques entreprises privilégiées du pays sont autorisées à traiter ces transferts d’argent, idéalement situées dans des zones dirigées par les partis au pouvoir.

L’un d’eux est BOB Finance dont le président est un allié de longue date du gouverneur de la Banque centrale et le patron de l’Association bancaire.

Plus l’économie est mauvaise, plus le besoin d’envois de fonds est urgent. Plus d’envois de fonds signifient des profits plus élevés pour les entreprises amies de l’élite.

L’économie monétaire crée une situation gagnant-gagnant pour les kleptocrates. Plus le Liban reste longtemps sans plan du FMI, plus il gagne d’argent.

AP Photo/Hussein Malla
Distributeur de billets recouvert de carburant diesel après avoir été vandalisé par des déposants en colère qui ont attaqué la Byblos Bank à Beyrouth, juin 2023

Ce n’est qu’un des nombreux stratagèmes de l’économie de Ponzi au Liban, et un autre exemple de la raison pour laquelle le secteur bancaire reste un bourbier.

L’économie monétaire crée une situation gagnant-gagnant pour les kleptocrates. Plus le Liban reste longtemps sans plan du FMI, plus il gagne d’argent.

Et quand, ou si, ledit plan se concrétise et que le secteur bancaire est restructuré, ils seront les premiers à se présenter avec l’argent pour acquérir ce qui reste de l’économie, y compris ses banques en difficulté.

Leurs pillages à l’échelle industrielle resteront impunis, et les réseaux parasites continueront d’étrangler le pays jusqu’à la misère.

Autrement dit, à moins que l’Europe ne décide de devenir sérieuse et de punir les malfaiteurs avec des interdictions de voyager, des gels d’avoirs et des saisies.

Reste-t-il quelque chose à déstabiliser ?

On entend régulièrement dans les cercles bruxellois que la Syrie et l’Iran sont beaucoup plus prioritaires que le Liban et que les sanctions devraient se concentrer d’abord sur Damas et Téhéran.

La réalité est que traiter le Liban comme une question sans rapport est une construction intellectuelle qui ne peut être entretenue que par des bureaucrates qui ne saisissent pas l’étendue de la captation de l’État à Beyrouth.

Cela a également été une longue rhétorique selon laquelle il ne faut pas faire de vagues au Liban… et que toute sanction ciblée sur l’élite politique libanaise pourrait déstabiliser le pays et la région. Mais reste-t-il quelque chose à déstabiliser ?

AP Photo/Mohammad Zaatari
Un vendeur de rue libanais qui vend et répare des horloges, est assis à côté de deux horloges qui affichent des heures différentes au Liban, dans la ville portuaire de Sidon, au sud, mars 2023

C’est aussi une longue rhétorique qu’il ne faut pas secouer le bateau au Liban tant que les réfugiés sont « là » et que toute sanction ciblée sur l’élite politique libanaise pourrait déstabiliser le pays et la région. Mais reste-t-il quelque chose à déstabiliser ?

En juillet 2021, le Conseil de l’UE a annoncé un cadre de sanctions contre les personnalités libanaises « portant atteinte à la démocratie ou à l’État de droit au Liban » tout en supposant que la menace de sanctions serait dissuasive pour l’élite corrompue.

Les deux années qui se sont écoulées depuis la publication du cadre leur ont non seulement donné tort puisque la situation continue de se détériorer, mais elles ont montré à quel point ils sous-estimaient l’esprit de génie de ceux au pouvoir qui ont eu une fenêtre d’opportunité parfaite pour mettre leurs actifs en sécurité. .

Le coût de ce mauvais pari est supporté par la seule population.

Il est temps que la fête soit finie

Le 12 juillet, le Parlement européen a adopté un projet de résolution appelant à des sanctions contre les élites libanaises qui entravent les élections présidentielles et l’enquête sur l’explosion du port de Beyrouth et celles qui se sont enrichies au détriment de la population.

Il appartient maintenant au Conseil de l’Union européenne d’agir. Pour ceux qui ont contribué à appauvrir le pays, il est temps que la fête s’arrête.

Dans la direction opposée aux visiteurs libanais cet été, les élites se dirigeront vers des propriétés européennes achetées avec de l’argent pillé à l’État, peut-être avec des sacs d’argent à déposer dans des banques européennes.

Gemmayze … est aussi le lieu où s’est produite il y a trois ans l’explosion du port dont personne n’a encore été tenu responsable. L’impunité a privé Beyrouth de son âme.

JOSEPH EID/AFP
Des manifestants défilent devant une statue symbolisant « Beyrouth sortant de la destruction » érigée au milieu d’une rue du quartier de Gemmayze, 4 août 2021

Ils peuvent passer devant Gemmayze, le quartier animé de la « vraie vie nocturne » de Beyrouth, parsemé de bars, de galeries et de restaurants que beaucoup ont maintenant du mal à se permettre.

C’est aussi l’endroit où l’explosion du port a éclaté il y a trois ans et dont personne n’a encore été tenu pour responsable. L’impunité a privé Beyrouth de son âme.

Alors que la société civile traque la corruption et procède à leur restitution au Liban, tandis que les victimes de l’explosion du port de Beyrouth rassemblent leurs dernières ressources pour réclamer justice, tandis que des journalistes et des intellectuels courageux risquent leur vie pour demander des comptes, c’est un devoir humanitaire pour les Conseil de l’Union européenne pour soutenir leur combat et imposer des sanctions ciblées contre ceux qui continuent de promouvoir leurs propres intérêts au détriment de la population.

Laisser un commentaire

19 + dix-neuf =