In Mornant, France, voters gather to hear what the candidate from the right-wing alliance with the far-right has to say.

Jean Delaunay

Dans la France rurale, une alliance d’extrême droite cherche à élargir sa base électorale

Certains membres du parti de droite Les Républicains ont rejoint l’extrême droite, ce qui a créé une base de soutien plus large dans toute la France. Pour certains, cela montre qu’il existe un soutien plus faible pour empêcher l’extrême droite d’accéder au gouvernement.

Dans une ferme d’une commune rurale de la banlieue lyonnaise, la nièce de Marine Le Pen, figure de proue de l’extrême droite, s’est manifestée pour soutenir un candidat local aux prochaines élections législatives.

Alexandre Humbert Dupalais est l’un des 62 candidats des Républicains de droite français qui ont rejoint le leader du parti Eric Ciotti dans une décision controversée de s’associer au Rassemblement national (RN) d’extrême droite.

Mais dans cette circonscription au sud de Lyon, un candidat de droite distinct est soutenu par la droite historique et le président de région Laurent Wauquiez.

C’est un exemple local du drame qui s’est joué au niveau national lorsque Les Républicains (LR) ont tenté de destituer Ciotti après qu’il ait tenté de faire alliance avec l’extrême droite suite à leur succès aux élections européennes.

Certains des électeurs qui se sont déplacés pour Humbert Dupalais jeudi ont dit avoir aussi écouté la candidate de droite, Cindy Ferro, 20 ans, soutenue par le maire de la commune, Mornant, où s’est tenu le meeting.

D’autres étaient là pour voir Marion Maréchal, récemment exclue du parti d’extrême droite Reconquête d’Eric Zemmour pour avoir tenté de faire une alliance avec le RN, parti qu’elle a quitté en 2017.

Alexandre Humbert Dupalais (à gauche) et Marion Maréchal (à droite)
Alexandre Humbert Dupalais (à gauche) et Marion Maréchal (à droite)

« Je remercie bien sûr Eric Ciotti qui a permis aussi de briser ce (blocage sanitaire) pour nous permettre de nous retrouver alors que nous étions encore séparés, voire concurrents, il y a quelques semaines seulement », a déclaré M. Maréchal à L’Observatoire de l’Europe.

Elle a déclaré qu’ils étaient parvenus à s’entendre sur un programme axé sur la politique d’immigration, le retour de l’autorité de l’État et la question du pouvoir d’achat.

« Je pense qu’il y a un grand moment de clarté pour les électeurs de droite, aujourd’hui, ils voient bien que d’un côté, il y a LR (les politiques) qui continuent de choisir l’alliance avec le centre et ceux qui choisissent désormais l’union. de la droite avec le Rassemblement national», a-t-elle ajouté.

Le journal français Le Monde avait précédemment rapporté que la liste de Ciotti comprenait des candidats proches de Maréchal ou du parti de Zemmour, avec quelques-uns venant de LR.

Humbert Dupalais a déclaré à L’Observatoire de l’Europe qu’il militait pour la droite traditionnelle depuis l’âge de 16 ans et qu’il pensait que les membres du parti LR suivraient Ciotti.

Au lieu de cela, le parti a tenté de le remplacer en raison de sa décision de s’allier à l’extrême droite.

La croissance de l’extrême droite est « prévisible »

Le Rassemblement national (RNN) connaît une hausse de popularité en France depuis des années, et ce depuis que Marine Le Pen l’a rebaptisé. Marine Le Pen s’est qualifiée à deux reprises pour le second tour de l’élection présidentielle face à Emmanuel Macron et a considérablement augmenté son score en 2022 avec un record de 41 % des voix.

Lors des élections européennes du début du mois, le parti dirigé par Jordan Bardella, 28 ans, est arrivé en tête dans plus de 90% des villes françaises et pourrait recueillir le plus de voix aux législatives des 30 juin et 7 juillet.

On est loin de l’époque où le père de Marine Le Pen, Jean-Marie Le Pen, qui dirigeait le parti de ses débuts en 1972 à 2011, recueillait 17 % des voix en 2002, contre 82 % pour Jacques Chirac.

Le père de Le Pen a été condamné à plusieurs reprises à des amendes pour avoir nié l’Holocauste, et sa fille l’a exclu du parti pour tenter de le « dédiaboliser ». Les origines historiques du parti remontent néanmoins à un mouvement néofasciste français.

Les Verts français ont récemment appelé le parti de Macron à bloquer l’extrême droite au second tour des élections législatives avec une stratégie déjà utilisée pour élire le président, mais ce « bloc républicain » semble s’affaiblir.

Depuis la présidence de Nicolas Sarkozy, « un certain nombre de dirigeants de droite ont explicitement déclaré qu’en cas de duel de la gauche contre le Front national devenu Rassemblement national, ils n’appelleraient pas à voter ni ne se prononceraient contre le RN », a déclaré Stéphane. Cadiou, professeur de sciences politiques à l’université Lyon 2.

« Les fissures au sein du front républicain (pour bloquer l’extrême droite) datent donc de relativement longtemps », a-t-il ajouté.

« Depuis 20 ans, on voit l’extrême droite se développer dans les petites villes, les petites villes périurbaines. Il était donc encore prévisible qu’un jour ou l’autre, le Rassemblement national vienne concurrencer les partis politiques traditionnels pour la première place », a déclaré Cadiou.

« Il s’ancre de plus en plus dans un électorat hétérogène, c’est-à-dire qu’il s’oriente vers de plus en plus de catégories de population plus diversifiées, et c’est ce qui lui permet d’avoir cette base beaucoup plus large qu’elle ne l’était », a-t-il déclaré. dit.

Les électeurs de gauche à Lyon ont déclaré à L’Observatoire de l’Europe qu’ils étaient très effrayés par la perspective de voir l’extrême droite si proche du pouvoir, invoquant l’origine du parti et ses positions extrémistes sur l’immigration, mais qu’ils essayaient d’être positifs quant aux perspectives de la nouvelle coalition de gauche, le Nouveau Front Populaire, actuellement deuxième dans les sondages.

Les sympathisants du RN à Mornant ne veulent pas entendre parler d’un candidat ou d’un programme représentant un « extrême », la plupart déclarant qu’ils souhaiteraient empêcher ce qu’ils considèrent comme un parti d’extrême gauche d’arriver en tête des sondages.

Beaucoup sont également exaspérés par la politique de Macron, citant la crise des Gilets jaunes et la réforme impopulaire des retraites.

« Je pense que le pays a besoin de quelque chose, nous avons besoin de changement », a déclaré Alexandre, un électeur de 48 ans originaire de Beauvallon, la ville voisine.

Laisser un commentaire

3 × deux =