D'anciens bijoux en or norvégiens trouvés par un homme qui avait acheté un détecteur de métaux pour « se lever du canapé »

Jean Delaunay

D’anciens bijoux en or norvégiens trouvés par un homme qui avait acheté un détecteur de métaux pour « se lever du canapé »

Le plan est d’exposer la découverte au musée archéologique de Stavanger, à environ 300 kilomètres au sud-ouest d’Oslo.

Un Norvégien qui a acheté un détecteur de métaux comme nouveau passe-temps a réalisé la « trouvaille d’or d’un siècle ».

Au départ, le détective amateur pensait que l’appareil avait réagi à de l’argent en chocolat enfoui dans le sol.

Il s’est avéré qu’il s’agissait de neuf pendentifs, trois bagues et dix perles en or que quelqu’un aurait pu porter comme bijou fantaisie il y a 1 500 ans.

La découverte rare a été faite cet été par Erlend Bore, 51 ans, sur l’île méridionale de Rennesoey, près de la ville de Stavanger.

Bore avait acheté son premier détecteur de métaux plus tôt dans l’année après que son médecin lui ait ordonné de sortir au lieu de s’asseoir sur le canapé.

Ole Madsen, directeur du musée archéologique de l’université de Stavanger, a déclaré que trouver « autant d’or en même temps est extrêmement inhabituel ».

En août, Bore a commencé à se promener sur l’île montagneuse de Rennesoey avec son détecteur de métaux.

Un communiqué publié par l’université indique qu’il a d’abord trouvé des débris, mais qu’il a ensuite découvert quelque chose de « complètement irréel » : un trésor pesant un peu plus de 100 grammes.

Selon la loi norvégienne, les objets datant d’avant 1537 et les pièces de monnaie datant de plus de 1650 sont considérés comme propriété de l’État et doivent être restitués.

Anniken Celine Berger/Anniken Celine Berger, Musée archéologique, UiS / NTB
Selon la loi norvégienne, les objets datant d’avant 1537 et les pièces de monnaie datant de plus de 1650 sont considérés comme propriété de l’État et doivent être restitués.

Le professeur agrégé Håkon Reiersen du musée archéologique a déclaré que les pendentifs en or – des médailles d’or plates, fines et unilatérales appelées bractéates – datent d’environ 500 après JC.

C’est ce qu’on appelle la période de migration en Norvège, entre 400 et environ 550, lorsque les migrations étaient généralisées en Europe.

Les pendentifs et les perles en or faisaient partie d’un « collier très voyant » fabriqué par des bijoutiers qualifiés et porté par les plus puissants de la société, a déclaré Reiersen.

Regarder les détectives

Il a ajouté qu ‘ »en Norvège, aucune découverte similaire n’a été faite depuis le 19e siècle, et il s’agit également d’une découverte très inhabituelle dans un contexte scandinave ».

Le professeur Sigmund Oehrl, expert en pendentifs de ce type au même musée, a déclaré qu’environ 1 000 bractéates dorées avaient jusqu’à présent été découvertes en Norvège, en Suède et au Danemark.

Les pendentifs montrent généralement le dieu nordique Odin guérissant le cheval malade de son fils, selon Oehrl. Sur ceux de Rennesoey, la langue du cheval pend et « sa posture affaissée et ses jambes tordues montrent qu’il est blessé », a expliqué Oehrl.

« Le symbole du cheval représentait la maladie et la détresse, mais en même temps l’espoir d’une guérison et d’une nouvelle vie », a-t-il ajouté.

Le plan est d’exposer la découverte au musée archéologique de Stavanger, à environ 300 kilomètres au sud-ouest d’Oslo.

Laisser un commentaire

14 − trois =