Strong winds blow in the town of La Plaine Saint-Paul on the French Indian Ocean island of Reunion, 15 January 2024.

Milos Schmidt

Cyclone tropical Belal : le changement climatique d’origine humaine augmente l’intensité des tempêtes dans l’océan Indien

Les scientifiques affirment que le changement climatique d’origine humaine a intensifié les conditions météorologiques extrêmes dans la région.

Un cyclone tropical a frappé lundi l’île française de la Réunion, dans l’océan Indien, apportant des pluies intenses et des vents puissants.

Environ un quart des foyers se retrouvent sans électricité et des dizaines de milliers de foyers sont privés d’eau, ont indiqué les autorités.

L’île Maurice, située à proximité, était également en état d’alerte, car les autorités ont déclaré qu’elles s’attendaient à ressentir les effets du cyclone Belal alors qu’il traversait le sud-ouest de l’océan Indien.

À La Réunion, les autorités locales ont indiqué que le niveau d’alerte le plus élevé – ou alerte violette – annoncé dimanche avait été levé une fois le plus fort de la tempête passé. Mais les habitants ont toujours été invités à rester abrités à l’intérieur et de fortes pluies et des vents pouvant atteindre 170 kilomètres par heure devraient continuer de souffler sur l’île d’environ 860 000 habitants.

Les crues pourraient être les pires observées depuis un siècle

L’intensité de Belal semble être en légère diminution, indique la préfecture de La Réunion dans un communiqué. Des vagues de huit mètres de haut ont été enregistrées, précise le communiqué.

De nombreuses personnes ont perdu leurs services Internet et téléphoniques, et un sans-abri qui ne se trouvait pas dans un refuge a été retrouvé mort à Saint-Gilles, sur la côte ouest de l’île. Les circonstances du décès n’étaient pas claires.

Sous l’alerte violette, les gens ont été invités à rester chez eux et même les services d’urgence ont été confinés. Le météorologue français Météo France a indiqué que Belal était arrivé à La Réunion lundi matin, heure locale, apportant « de fortes pluies, parfois orageuses, des vents très violents et une mer puissante et déchaînée ».

Le préfet Jérôme Filippini, le plus haut administrateur du gouvernement de l’île, avait averti qu’il pourrait y avoir des crues d’une ampleur jamais vue depuis un siècle et les prévisionnistes craignaient que la tempête ne soit la plus destructrice que l’île ait connue depuis les années 1960.

Un arbre est tombé sur un mur de la ville de La Plaine Saint-Paul, sur l'île de la Réunion, dans l'océan Indien français, le 15 janvier 2024.
Un arbre est tombé sur un mur de la ville de La Plaine Saint-Paul, sur l’île de la Réunion, dans l’océan Indien français, le 15 janvier 2024.

Maurice pourrait également être frappée par le cyclone Belal

L’île Maurice, située à environ 220 kilomètres au nord-est de la Réunion, devrait également être frappée par la tempête.

« Sur cette trajectoire, Belal s’approche dangereusement de Maurice et cela représente une menace directe pour Maurice », a indiqué le service météorologique national de Maurice. Il a indiqué que les vents extérieurs de Belal devraient probablement toucher la partie sud de l’île tard lundi et tôt mardi matin.

Le gouvernement mauricien a tenu des réunions de son Comité national de crise pour mettre en place des plans de gestion des catastrophes.

Les cyclones sont fréquents entre janvier et mars en Afrique australe, alors que les océans de l’hémisphère sud atteignent leurs températures les plus chaudes. L’eau plus chaude sert de carburant aux cyclones.

Le changement climatique d’origine humaine augmente l’intensité des cyclones

Les scientifiques affirment que le changement climatique d’origine humaine a intensifié les conditions météorologiques extrêmes, rendant les cyclones plus fréquents et plus pluvieux lorsqu’ils frappent.

Certains climatologues ont identifié un lien direct entre le réchauffement climatique et l’intensité de certains cyclones dans la région. Dans une étude de 2022, le groupe World Weather Attribution a utilisé des observations météorologiques et des simulations informatiques pour modéliser des scénarios sous différents niveaux d’augmentation de la température.

Il a conclu que le changement climatique augmentait la probabilité et l’intensité des précipitations associées à la tempête tropicale Ana et au cyclone tropical Batsirai – deux événements météorologiques extrêmes qui ont eu lieu cette année-là.

En 2019, le cyclone Idai a frappé l’Afrique depuis l’océan Indien, faisant plus de 1 000 morts au Mozambique, au Malawi et au Zimbabwe et provoquant une crise humanitaire. Les Nations Unies ont déclaré qu’il s’agissait de l’une des tempêtes les plus meurtrières jamais enregistrées dans l’hémisphère sud.

Laisser un commentaire

deux × 1 =