Culture Re-View : La meilleure culture inspirée par l'alunissage de 1969

Jean Delaunay

Culture Re-View : La meilleure culture inspirée par l’alunissage de 1969

21 juillet 1969 : Un petit pas pour l’homme, un pas de géant pour la culture

En ce jour de 1969, Neil Armstrong a fait ses premiers pas sur la surface de la lune. La mission Apollo 11 a débuté le 16 juillet lorsque Armstrong, Buzz Aldrin et Michael Collins ont été lancés dans l’espace à bord de la fusée Saturn V.

Il a fallu trois jours à l’équipage de trois personnes pour atteindre l’orbite de la lune. Le lendemain, le 20 juillet, le module lunaire Eagle se sépare du module de commande et entame sa descente. Vers 16 heures, heure américaine, l’Aigle s’est posé sur la mer de la tranquillité à la surface de la lune. Le moment a été accueilli par la fameuse réplique : « L’aigle s’est posé ».

Quelques heures plus tard, Armstrong fait ses premiers pas à la surface de la Lune. Le monde entier l’a regardé avec admiration alors qu’il envoyait un message à la NASA. « C’est un petit pas pour un homme, un pas de géant pour l’humanité.

Pour les lecteurs avertis, ils auront reconnu à juste titre que tout cela s’est passé le 20 juillet. Cependant, le Re-View d’hier était consacré à l’anniversaire de la mort prématurée de Bruce Lee et Armstrong a marché sur la surface de la lune vers 23 heures, heure américaine, soit le matin du 21 juillet en Europe. Donc, pour nos besoins, c’est arrivé aujourd’hui.

La mission Apollo 11 a été la plus grande réussite de la course spatiale américaine contre l’URSS, lancée pour la première fois en 1961 lorsque le président John F. Kennedy a engagé le pays à faire atterrir un homme sur la lune. La course à l’espace était l’une des caractéristiques culturelles déterminantes des années 60. Jetons un coup d’œil à certaines des meilleures œuvres d’art qui s’en inspirent.

2001 : L’odyssée de l’espace

Sorti en 1968, un an avant l’alunissage, le chef-d’œuvre de science-fiction de Stanley Kubrick reste l’un des exemples emblématiques du genre 55 ans après sa sortie.

Avec une intrigue conçue par Kubrick et l’écrivain de science-fiction Sir Arthur C. Clarke, le film épique couvre trois époques du développement de l’humanité, toutes supervisées par un mystérieux monolithe extraterrestre. La première section, consacrée à un stade précoce de l’évolution de l’humanité découvrant des outils, est si emblématique qu’elle apparaît dans l’intro de cette année Barbie. La section suivante, faisant un bond en avant de millions d’années lorsque l’humanité a développé le voyage dans l’espace, est également emblématique pour l’AI HAL 9000 antagoniste qui a inspiré de nombreux robots infâmes depuis.

Avec des visuels à couper le souffle, une utilisation étonnante de la musique classique et des thèmes philosophiques sans vergogne, 2001 : L’odyssée de l’espace est l’un des plus grands films jamais réalisés.

Solaris

Pendant que tout va bien et que je suis lyrique à propos de 2001, je m’en voudrais de ne pas mentionner le chef-d’œuvre du cinéma soviétique qui a suivi. Film d’Andreï Tarkovski de 1972 Solaris est un deuxième cours parfait dans un double projet de science-fiction élevé.

Présentant également certaines des meilleures cinématographies de science-fiction jamais vues auparavant ainsi qu’une incroyable bande-son de musique électronique, le film de Tarkovsky adopte une approche différente de celle de Kubrick. Alors que le réalisateur britannique était obsédé par le rôle philosophique des voyages spatiaux dans le progrès de l’humanité, Tarkovsky est beaucoup plus préoccupé par l’impact psychologique sur la condition humaine lorsque leurs ambitions atteignent les étoiles.

Space Oddity et Rocket Man

Sorti le 11 juillet, un peu plus d’une semaine avant l’alunissage, l’auteur-compositeur-interprète britannique David Bowie a enregistré son tout premier tube avec « Space Oddity ».

Racontant l’histoire du major Tom, le premier personnage emblématique de Bowie, alors qu’il orbite autour de la Terre et réfléchit sur sa vie, « Space Oddity » a captivé l’imagination du public. Le titre est un clin d’œil au film de Kubrick, mais là où Kubrick était un réalisateur froid et calculé, Bowie remplit sa chanson d’un charme inconnaissable caractéristique.

Comme pour les films, « Space Oddity » a également un excellent compagnon sorti en 1972 avec Elton John’s l’étonnant morceau ‘Rocket Man’.

Écrit par John avec son parolier Bernie Taupin, le premier single de son cinquième album est l’une des chansons déterminantes de la légende. Les deux racontent les expériences de solitude ressenties par les astronautes lorsqu’ils voyagent dans l’espace.

Laisser un commentaire

5 × 1 =