Culture Re-View : Joyeux anniversaire Björk - Quel est votre album préféré ?

Jean Delaunay

Culture Re-View : Joyeux anniversaire Björk – Quel est votre album préféré ?

Ce jour-là : Joyeux anniversaire à Björk, qui fête aujourd’hui ses 58 ans.

Le chanteur et génie musical islandais – dont le nom signifie « bouleau » (et bien prononcé « Beeyerk ») a fait irruption sur la scène musicale internationale avec une succession d’albums accrocheurs et avant-gardistes dans les années 90.

Depuis, Björk Guðmundsdóttir s’est aventurée de plus en plus profondément dans des territoires sonores étranges et merveilleux, ce qui continue de la rendre complètement unique.

Pour fêter son anniversaire, voici les albums à écouter ou à posséder de la chanteuse islandaise. Une sorte de starter pack, si l’on veut, pour élargir les horizons de ceux qui n’en ont pas encore eu le plaisir.

Commencez par : « Débuts » (1993)

Début
Début

Quel meilleur endroit pour commencer qu’au début ? Même s’il s’agissait de son premier album, l’auteure-compositrice-interprète islandaise était loin d’être une novice sur la scène musicale. L’ancienne membre des Sugarcubes a été présentée au monde en tant qu’artiste solo avec « Debut », qui l’a immédiatement distinguée comme une force naturelle avec laquelle il faut compter. Björk a mélangé avec ambition une grande variété de sons sur cet album, mêlant cordes, rythmes de club, musique du monde et ambient house, un mélange pop délirant qui semble tout aussi innovant aujourd’hui qu’en 1993. Oui, il fête ses 30 ans cette année, et des morceaux comme « Human Behaviour », « Venus as a Boy », « Big Time Sensuality » et « Violently Happy » (ainsi que l’étourdissant « Play Dead » sur la réédition) semblent toujours aussi frais. « Debut » était une déclaration d’intention qui commençait comme vous l’entendiez, une répétition complète pour de plus grandes choses à venir.

Continuer avec : « Post » (1995)

Poste
Poste

« Debut » a établi Björk comme un artiste singulier, qui n’a pas peur des attentes déroutantes. Son deuxième album, « Post », était une suite visionnaire, plus audacieuse et moins conventionnelle que le premier. L’écoute est sans cesse surprenante, avec davantage de jazz, de pop et de fusion électronique qui l’ont pleinement établie à l’époque comme la référence en matière d’alt-pop. Il y a la brillante « Army of Me » ; l’hypnotique « Hyperballade » ; « Enjoy », sa lettre d’amour à Londres (où elle venait d’emménager) ; la cinématique « Isobel » ; et bien sûr, la reprise ravissante du big band « It’s Oh So Quiet ». C’était une expansion accrocheuse, excentrique et futuriste de ses influences, et avec sa palette grandissante, elle allait de mieux en mieux. C’était peut-être son apogée commerciale, mais personne n’aurait pu prédire à quel point le prochain disque serait époustouflant…

Célébrez son chef-d’œuvre : « Homogenic » (1997)

Homogène
Homogène

Si ses deux premiers albums ont fait de Björk la reine de la pop alternative, son troisième album la couronnerait comme l’avant-garde pionnière de tout ce qui est expérimental. Les airs étaient toujours là, mais ses « paysages émotionnels » sont devenus envoûtants, avec un travail orchestral corsé complétant l’influence trip-hop, ainsi que sa concentration sur son pays natal pour cet album. Du maussade « Hunter » au triple tapotement imbattable de « Jóga », « Unravel » et « Bachelorette » (« Je suis une fontaine de sang en forme de fille » peut-être l’une des plus grandes lignes qu’elle ait jamais écrites), « Homogenic » s’annonce très tôt comme un chef-d’œuvre sans compromis. Au moment où vous vous rapprochez de « All Is Full Of Love », vous êtes convaincu que c’est le cas. 26 ans après sa sortie, il semble toujours incroyablement innovant et aussi monumental qu’en 1997.

N’oubliez pas : « Selmasongs » (2000)

Chansons Selmas
Chansons Selmas

« Selmasongs : Musique de la bande originale du film Dancer in the Dark » est le premier album de Björk. Dans le film de Lars von Trier, elle incarne Selma, une immigrante tchèque aux États-Unis et remporte le prix de la meilleure actrice au Festival de Cannes. La bande originale, qui dure 32 minutes, présente des arrangements classiques, ainsi que des mélodies et des rythmes composés de sons provenant d’objets banals, tels que des machines d’usine et des trains. C’est un album époustouflant, qui nous a offert le joyau central « I’ve Seen It All », avec Thom Yorke de Radiohead en duo avec Björk. C’est un morceau douloureusement romantique qui a été à juste titre nominé pour l’Oscar de la meilleure chanson originale. « Selmasongs » est une offre souvent négligée dans la discographie de Björk, et elle mérite d’être expérimentée. De plus, cela a préparé le terrain pour son quatrième album plus intime et époustouflant, qui sortira l’année suivante…

Célébrez son deuxième chef-d’œuvre : « Vespertine » (2001)

Vespérin
Vespérin

Comment suivez-vous un album comme « Homogenic » ? Simple : créez un univers. Plus précisément, un univers intimiste et domestique à l’écart d’une certaine sonorité impétueuse des albums précédents. En se concentrant sur la musique électronique minimale et en faisant appel au duo expérimental Matmos, Björk a créé des « microbeats » à partir de divers sons du quotidien – marche dans la neige, mélange de cartes, craquement de glace. Le résultat est un album particulièrement transportant. En embrassant les thèmes de l’amour et du sexe, ainsi qu’un sentiment de vulnérabilité vivifiante, Björk a orchestré une collection luxuriante et affective de chansons qui fonctionnent à l’unisson. « Hidden Place », « It’s Not Up To You » et « Pagan Poetry » se démarquent et montrent que si ses trois premiers albums présentaient de l’emphase et de l’effervescence, l’atmosphère engagée de « Vespertine » visait à briser les frontières internes et à sonner comme une cuillère confortable. partenaire dans un chalet chaleureux pendant que la mère de toutes les tempêtes de neige fait rage dehors. C’est majestueux.

Pour les vrais aventureux : « Fossora » (2022)

Fossora
Fossora

Depuis 2011 et la sortie de « Biophilia », Björk s’est aventuré dans ce que certains qualifieraient de sphères captivantes et enivrantes. D’autres qualifieraient avec moins de charité les conneries artistiques de la dernière décennie de dur travail sanglant. Et c’est souvent le cas. Il y a eu l’album de rupture déchirant « Vulnicura » (2015), le plus ensoleillé – mais très long – « Utopia » (2017) et son dernier album « Fossora ». Tout cela est tellement engagé dans la conceptualité que les fans des premières années se sont retrouvés un peu éloignés de la musique, manquant de structures d’écriture de chansons plus standards. Cela ne veut pas dire pour autant qu’il n’y a pas de récompenses, et « Fossora » est un disque qui mérite d’être étudié. Centré sur la terre, les champignons et les racines – un retour sur terre après les explorations célestes de « Utopia » – c’est un album au son primal, axé sur les thèmes de la maternité et sur ce que signifie le concept de maison. C’est une écoute déstabilisante, avec des refrains soudain remplacés par des clarinettes lourdes et des rythmes techno. Aussi déroutant que cela puisse souvent paraître, Björk a montré une fois de plus qu’elle ose s’aventurer là où peu de gens le feraient. Et le caractère unique de son son et de sa vision reste bien vivant.

Laisser un commentaire

trois × trois =