Culture Re-View : Comment Winston Churchill a inventé le signe V

Jean Delaunay

Culture Re-View : Comment Winston Churchill a inventé le signe V

19 juillet 1941 : Winston Churchill lève deux doigts sur les nazis

Les gestes de la main sont un moyen intelligent pour les humains de communiquer au-delà du langage et des expressions faciales. Variant d’un pays à l’autre, chaque culture possède une certaine forme de moyens non verbaux pour exprimer la joie, la colère, la confusion et même la victoire.

Bien que l’ancien Premier ministre britannique Winston Churchill n’ait pas inventé le signe V, il en a changé le sens.

Pendant des décennies, de nombreux Britanniques ont associé le fait de lever le majeur et l’index avec la paume pointée vers soi comme une insulte. L’histoire raconte que c’était la façon d’un soldat anglais de narguer les Français lors de la bataille d’Azincourt en 1415.

Soi-disant, les archers anglais lèveraient leurs deux doigts pour montrer qu’ils n’avaient pas été capturés par les Français et se faisaient retirer ces doigts, les rendant incapables de tirer des flèches.

AP Photo
Des cadets de la Royal Air Force, en formation dans une école, présentent le « V » pour le symbole de la victoire à Tuscaloosa, Alabama, le 29 août 1941.

Cette histoire a été imprimée dans une édition de 1900 de Le soleil, cependant il n’y a jamais eu de preuve définitive que c’est la véritable origine du signe V en tant qu’insulte. En fait, les archives historiques suggèrent que les Français avaient menacé de couper trois doigts car un arc long de cette époque nécessite trois doigts pour fonctionner.

Pourtant, le mythe prévaut comme origine de l’insulte du signe V. Le signe V en tant que symbole de l’origine de la victoire est plus clair.

Depuis 1939, les radiodiffuseurs et organes de presse français, belges et britanniques utilisaient la lettre V comme symbole de victoire, notant la lettre cohérente au début du mot en anglais (victoire), français (victoire) et néerlandais (vrijheid).

La campagne avait d’abord été utilisée par le journal français Le Monde avec Victor de Laveleye, homme politique belge et annoncée le Radio Belgele Bbc station de radio pendant la guerre, poussant plus tard la campagne en janvier 1941.

AP/AP1941
Les cadets de la Royal Air Force se rassemblent en formation V (V pour Victoire) et saluent au revoir leurs amis sur le terrain de Carlstrom avant de partir pour l’entraînement de base en août 1941

L’idée sous-jacente était que l’utilisation universelle de V par tous les ennemis des nazis créerait une vision imposante de leur disparition imminente. Le Bbc créerait également une version non visuelle du V, mettant le code Morse pour la lettre au début de leur service mondial. Incidemment, le code Morse pour V est …-, qui sonne remarquablement comme les quatre notes d’ouverture de la cinquième symphonie de Beethoven.

Le symbole a fonctionné et proliféré à travers l’Europe en tant que symbole d’espoir pour les Alliés. Les Allemands l’ont trouvé si répandu qu’ils ont même essayé de se l’approprier, en ajoutant un V massif à la Tour Eiffel à Vichy France.

AP Photo
Le Premier ministre britannique Winston Churchill prononce son célèbre « V for Victory Salute »

Ce n’est qu’à ce jour de 1941 que Churchill approuva publiquement la campagne. Se référant à « V pour la victoire » dans un discours, il a levé son index et son majeur avec sa paume comme pour l’insulte.

Au cours de la guerre, il a commencé à retourner sa main pour créer le signe V emblématique de la Victoire. Il est depuis devenu l’un des gestes non verbaux les plus utilisés, signifiant également « paix » dans les années 60.

Laisser un commentaire

2 × quatre =