Culture Re-View : cinq des meilleures citations de James Baldwin à l'occasion de son 99e anniversaire

Jean Delaunay

Culture Re-View : cinq des meilleures citations de James Baldwin à l’occasion de son 99e anniversaire

2 août 1924 : Joyeux anniversaire James Baldwin

S’il était encore en vie, ce serait aujourd’hui l’anniversaire de l’écrivain américain James Baldwin. Né ce jour-là en 1924 à New York, Baldwin est devenu célèbre comme l’un des écrivains les plus talentueux d’une génération. Son point de vue en tant qu’homme noir gay vivant dans la ségrégation, ainsi que ses voyages à l’étranger, ont apporté un aperçu lucide des questions de sexualité, de politique et de race à son large éventail de travaux à travers les romans, la poésie et la non-fiction.

Baldwin a grandi à Harlem mais a déménagé vers le sud dans le Greenwich Village au début de la vingtaine où il a rencontré des acteurs et des artistes. Désillusionné par le racisme des États-Unis, il s’installe à Paris en 1948. Là, sa renommée grandit en s’imposant comme l’un des esprits de premier plan discutant du sort des Noirs américains.

C’est pendant son séjour à Paris que les premières œuvres majeures de Baldwin ont été publiées. Son premier roman ‘Allez le dire sur la montagne’ a été publié en 1953 suivi de son premier recueil d’essais ‘Notes sur un fils indigène’ en 1955. En 1956, il a publié ‘La chambre de Giovanni’. C’est probablement le roman pour lequel il est le plus connu avec son portrait déchirant d’un homme déchiré par sa sexualité alors qu’il vivait à Paris.

Après son retour aux États-Unis, il a continué à publier. Vient ensuite mon préféré parmi ses romans, « Another Country » de 1962, suivi de son recueil d’essais brûlants « The Fire Next Time » en 1963. Au cours de sa vie, il a publié six romans, dont « If Beale Street Could Talk » de 1974, qui était adapté par Clair de lune de Barry Jenkins en 2018.

Le 1er décembre 1987, Baldwin meurt d’un cancer de l’estomac à Saint-Paul-de-Vence, où il avait passé une grande partie de ses dernières années. Il n’avait que 63 ans. Son manuscrit inachevé « Remember This House » a été adapté dans le documentaire de 2016 Je ne suis pas ton nègre en 2016 par Raoul Peck.

Pour célébrer sa vie, voici cinq de nos citations préférées de l’un des plus grands talents littéraires du XXe siècle.

NON CRÉDITÉ/1983 AP
L’écrivain américain James Baldwin pose devant sa machine à écrire dans sa maison, le 15 mars 1983, Saint Paul de Vence, France.

« Être un nègre dans ce pays et être relativement conscient, c’est être en colère presque tout le temps. »

Interrogé sur ce que c’était que d’être Noir en Amérique par un journaliste de radio en 1961, les paroles de Baldwin ont résonné à travers les générations pour résonner avec une génération familière avec le mouvement Black Lives Matter.

« J’aime l’Amérique plus que tout autre pays au monde et, précisément pour cette raison, j’insiste sur le droit de la critiquer perpétuellement. »

En tant que critique virulent des États-Unis, Baldwin n’était pas étranger aux attaques personnelles contre lui. Sa conviction d’améliorer son pays est l’un des éléments les plus puissants de son écriture. Malgré la fureur dans ses paroles, il y a toujours une teinte d’espoir optimiste.

« Il y a tellement de manières d’être méprisable que ça donne le tournis. Mais la façon d’être vraiment méprisable est de mépriser la douleur des autres.

De ‘Giovanni’s Room’, il résume parfaitement l’un des plus grands thèmes du roman le plus romantique de Baldwin. Qu’au-delà de tout, nous méritons chacun la gentillesse plus que toute autre chose.

Anonyme/AP1963
L’auteur James Baldwin, montré dans une rue de Harlem à New York, dans cette photo d’archive du 3 juin 1963

« Pourquoi je rentre chez moi ? se demanda-t-il. Mais il savait pourquoi. C’était l’heure. Pour ne pas perdre tout ce qu’il avait gagné, il devait aller de l’avant et tout risquer.

Ce sont les mots que se demande un grand acteur en revenant de Paris à New York dans ‘Another Country’. Baldwin est, bien sûr, surtout connu pour ses écrits sur la sexualité et la race, mais son séjour à Paris lui a donné un aperçu merveilleux des difficultés de vivre loin de chez lui et de la décision de revenir.

« J’imagine que l’une des raisons pour lesquelles les gens s’accrochent si obstinément à leur haine est qu’ils sentent qu’une fois la haine disparue, ils seront obligés de faire face à la douleur. »

De sa collection d’essais ‘The Fire Next Time’. Baldwin a toujours assuré que l’Amérique n’avait pas un « problème de race » mais un « problème blanc » ; ici, il explique que ce ne sera que lorsque l’Amérique blanche pourra accepter ses haines que des progrès pour eux seront possibles.

Laisser un commentaire

treize + dix-huit =