Kosovo Serbs protest against a ban of the use of the Serbian currency in areas where they live

Milos Schmidt

Crise monétaire du Kosovo avec la Serbie : qui sera le gagnant ?

Dans les Balkans tumultueux, même les questions monétaires se transforment en instruments de dispute politique. Quel camp sortira vainqueur du bras de fer actuel entre l’euro et le dinar serbe au Kosovo ?

Lorsque la nouvelle de l’introduction de l’euro comme monnaie légale dans tout le Kosovo est tombée fin janvier à Pristina, beaucoup sont restés perplexes. Il est évident que le problème n’est pas exclusivement financier. Cela s’inscrit dans un contexte plus large.

À la suite d’une intervention de l’OTAN contre Belgrade en 1999 et d’années de présence internationale, le Kosovo a adopté unilatéralement l’euro comme monnaie officielle en 2002.

Cependant, en raison du conflit persistant avec la Serbie sur sa souveraineté, le Kosovo n’a pas pu y parvenir dans les zones à majorité ethnique serbe, dont les habitants ont continué à utiliser le dinar serbe.

Le rapport de la Banque centrale du Kosovo indique que le Kosovo a d’abord adopté le mark allemand, puis l’euro, afin de soutenir son secteur financier naissant, de passer d’une économie monétaire à une économie bancaire, d’atteindre la stabilité monétaire et de réduire les coûts de transaction.

Ces conclusions sont corroborées par un rapport sur le même sujet réalisé par le Fonds monétaire international (FMI) qui affirme que, avant tout, l’utilisation de l’euro au Kosovo a renforcé la stabilité macroéconomique du pays.

Le conflit entre les deux monnaies représente une part plus importante du problème, dans lequel les dirigeants serbes et kosovars ont peu confiance dans le dialogue en cours à Bruxelles, sous les auspices de l’UE, censé résoudre enfin l’impasse entre les deux. Les affrontements politiques se répercutent le plus souvent sur les liens économiques entre les deux pays.

L’importation annuelle de marchandises au Kosovo en provenance de Serbie atteint environ 490 millions d’euros, ce qui n’est pas une petite somme pour la modeste économie du Kosovo. Les marchandises en provenance de Bulgarie, de Macédoine du Nord et d’Albanie concurrencent les produits serbes et augmentent chaque année leur part du marché du Kosovo. Certains experts économiques kosovars, comme Agim Shahini, président de l’Alliance des entreprises du Kosovo, espèrent que le Kosovo mettra bientôt fin à sa dépendance commerciale avec la Serbie, mais les chiffres ne correspondent toujours pas.

L’économie de la Serbie éclipse celle du Kosovo (près de 7 : 1), selon les données de la Banque mondiale, et elle est l’un des plus grands partenaires commerciaux du Kosovo, derrière l’Allemagne, mais à égalité avec l’Albanie voisine. La réalité est que le Kosovo et la Serbie bénéficient tous deux de leurs échanges commerciaux mutuels et en subissent les conséquences lors des impasses politiques.

En 2024, les deux camps tentent de conquérir de nouvelles positions, alors qu’ils se préparent à l’année des élections décisives en Europe et aux États-Unis. Le gouvernement du Kosovo, dirigé par le charismatique mais implacable Albin Kurti, tente d’intégrer le nord du Kosovo, peuplé de Serbes, et composé de quatre municipalités et d’une population estimée à environ 50 000 habitants.

Au cours des années précédentes, le Kosovo a introduit ses propres forces de police et établi un gouvernement local, après que le gouvernement serbe a conseillé aux Serbes vivant dans le nord du Kosovo de boycotter les élections locales. Les organisations politiques serbes du nord, étroitement liées à Belgrade, ont organisé une série de rassemblements de protestation, dont certains ont été violents, mettant la situation dans une impasse.

Cette impasse a été brisée lorsque les forces de sécurité du Kosovo ont interrompu une opération paramilitaire armée dirigée par Milan Radoičić, un homme politique local et homme d’affaires controversé du nord du Kosovo, allié politique du président serbe Aleksandar Vučić.

La connotation politique ici est que la suppression totale du dinar signifie que la République de Serbie perd sa souveraineté monétaire sur cette partie du territoire.

Djorjde Djukic

Professeur de la Faculté d’économie de Belgrade

L’introduction de l’euro sur l’ensemble du territoire du Kosovo est le résultat de cette opération ratée, que certains considèrent comme orchestrée depuis Belgrade afin de séparer le nord du Kosovo du reste du pays. Les autorités de Pristina ont saisi cette opportunité, la Serbie étant mise en retrait et la Banque centrale du Kosovo ayant interdit l’utilisation du dinar comme monnaie légale.

Du point de vue du Kosovo, rien n’a changé puisque sa constitution ne permet l’utilisation d’aucune autre monnaie que celle autorisée par la Banque centrale. En pratique, cependant, l’interdiction du dinar permettrait de contrôler efficacement les flux financiers en provenance de Serbie et distribués aux institutions municipales, sociales, éducatives et sanitaires serbes restant encore sous le contrôle du gouvernement du Kosovo dans certaines parties du Kosovo.

Comme l’a déclaré début février Djorjde Djukic, professeur à la faculté d’économie de Belgrade : « La connotation politique ici est que la suppression complète du dinar signifie que la République de Serbie perd sa souveraineté monétaire sur cette partie du territoire. »

Ce fait a suscité l’indignation de la population serbe, qui a une fois de plus protesté contre les mesures décidées à Pristina et a obtenu le soutien de Bruxelles et de Washington, ce qui a incité Pristina à reporter, mais non à abandonner, la mise en œuvre de la décision. Fin janvier, les représentants du Quint, composé des États-Unis et des quatre grands d’Europe occidentale (Allemagne, France, Italie et Royaume-Uni), ont publié une déclaration commune en faveur du report de la décision de Pristina afin de « permettre une période de transition suffisante et pour une communication publique claire et efficace ».

Pour ce processus, l’un des sujets les plus importants des négociations entre les gouvernements de Belgrade et de Pristina sera l’établissement de moyens de transactions de paiement direct entre le Kosovo et la Serbie.

Cela permettrait de répondre plus facilement aux besoins de coopération économique et de réalisation des quatre libertés (circulation des biens, des personnes, des services et des capitaux) et d’améliorer la qualité de vie de tous les habitants du Kosovo.

Les flux financiers entre la Serbie et le Kosovo contribueraient certainement à limiter l’espace de la corruption et du crime organisé, qui s’enracine surtout dans le nord, car il existe dans une zone grise, juridiquement parlant, depuis des décennies.

Le premier vice-Premier ministre du Kosovo, Besnik Bislimi, a également cité la surveillance des flux monétaires comme l’un des principaux objectifs du gouvernement du Kosovo pour aller de l’avant avec son projet d’interdire l’utilisation du dinar. Il a déclaré : « L’argent (en provenance de Serbie) continue de traverser les frontières dans des sacs de voyage et d’être ensuite distribué par des bureaux non enregistrés et non agréés. »

La Banque centrale serbe a refusé toute communication directe avec ses homologues du Kosovo, exigeant que toutes les questions relevant de sa juridiction financière soient résolues dans le processus de négociations intergouvernementales en cours à Bruxelles. La principale institution financière serbe a qualifié les mesures du Kosovo de « discriminatoires, illégales et scandaleuses ». En pratique, cela signifie que la décision de Pristina concernant l’euro-dinar a été suspendue pour le moment.

Des gens font la queue devant un distributeur automatique de billets dans la partie nord-serbe de Mitrovica, une ville ethniquement divisée.
Des gens font la queue devant un distributeur automatique de billets dans la partie nord-serbe de Mitrovica, une ville ethniquement divisée.

Dans un premier temps, ces relations financières entre Pristina et Belgrade pourraient s’établir par le biais d’intermédiaires. Cela impliquerait non seulement d’établir des comptes de compensation neutres par l’intermédiaire des banques de capitaux occidentales, mais également de créer un fonds de soutien au Kosovo et à la Serbie pour régler leurs réclamations mutuelles concernant leur dette passée.

Cela nécessiterait une volonté politique claire de la part des gouvernements européens impliqués dans le processus de négociations, en plus de la détermination de Washington à s’impliquer davantage.

Actuellement, les États-Unis semblent moins enclins à adopter une approche plus proactive, essayant de maintenir leur équilibre entre deux gouvernements en désaccord. Dans l’état actuel des choses, la question monétaire au Kosovo n’est pas strictement une question financière, même si elle doit être résolue pour que le Kosovo puisse croître économiquement. S’il s’agit d’une nécessité économique objective pour le Kosovo, le moment est très certainement politique.

En fin de compte, la manière et la méthode d’introduction de l’euro dans l’ensemble du Kosovo dépendront du niveau d’implication, y compris de l’aide financière, des parties intéressées occidentales.

Laisser un commentaire

2 + trois =