Crise du logement en Irlande : la génération Y, une génération sacrifiée

Jean Delaunay

Crise du logement en Irlande : la génération Y, une génération sacrifiée

Ces dernières années, l’Irlande a connu une tendance continue à l’émigration : les jeunes diplômés et les milléniaux actifs quittent l’île d’Émeraude pour des pâturages plus verts. Mais cette fois, ils partent à cause d’une crise du logement exacerbée par l’inflation, qui détruit leurs perspectives d’avenir

La crise du logement en Irlande s’est aggravée depuis le krach économique de 2008.

Malgré le quasi-plein emploi, le sans-abrisme est à un niveau record, dépassant les chiffres enregistrés lors de la Grande faim (famine irlandaise) au milieu du XIXe siècle.

Les Millennials les plus durement touchés

Partout au pays, les jeunes diplômés font face à un avenir incertain et cette crise pourrait avoir un impact démographique sur le pays car Rory Hearnmaître de conférences en politique sociale à l’université de Maynooth, a expliqué :

« On commence à voir une baisse de la natalité chez les jeunes parce qu’il est évident que pour avoir des enfants et se sentir en sécurité, les gens veulent un chez-soi sûr et ils veulent pouvoir voir qu’ils peuvent avoir un chez-soi en toute sécurité l’avenir, à l’heure actuelle, les jeunes n’ont aucune certitude ».

Euronews
Rory Hearne, maître de conférences en politique sociale à l’Université de Maynooth

Cette insécurité s’explique notamment par un taux élevé d’expulsions de locataires. En Irlande, les locataires n’ont pratiquement aucune protection. Le prix moyen des maisons en Irlande s’élevant désormais à 305 000 €, les fonds d’investissement et autres propriétaires immobiliers cherchent à vendre et à maximiser leurs profits.

L’émigration en dernier recours

Trop jeunes pour acheter alors que les prix étaient au plus bas il y a dix ans, les milléniaux n’ont pas assez de fonds pour couvrir un acompte pour une maison et des remboursements en Irlande.

La Banque centrale irlandaise exige des premiers acheteurs qu’ils versent un acompte de 10 % de la valeur de la propriété. De plus, les futurs propriétaires sont liés par des limites de prêt au revenu : cela limite le montant d’argent que les primo-accédants peuvent emprunter à la banque à un maximum de quatre fois leur revenu brut.

De plus, les prix des loyers et de l’immobilier ont quasiment doublé depuis 2013. Le nombre de jeunes propriétaires (25-34 ans) est passé de 60 % à 27 % sur la même période.

Euronews
Sinead Ellen Griffin

Les hauts et les bas de la vie peuvent entraîner des changements soudains, comme ce fut le cas pour Sinead Ellen Griffin. Suite à une séparation, la femme de 33 ans s’est retrouvée dans l’impossibilité de trouver un logement dans les limites de son budget. Elle a dû quitter Dublin et retourner vivre chez ses parents à Waterford, une petite ville côtière du sud-est du pays.

Elle s’attendait à rester quelques mois seulement, mais c’était il y a quatre ans, sa situation l’oblige à envisager l’émigration en dernier recours.

« La raison pour laquelle j’envisage vraiment l’émigration, c’est parce que je veux avoir une certaine ressemblance avec une vie personnelle et familiale. Je ne veux pas me réveiller un jour dans la quarantaine, peut-être, et toujours dans ma chambre d’enfant, sans avoir eu la chance de profiter de ce que je voulais de la vie », confie Sinead.

Pour ceux qui ont décidé d’émigrer, l’Europe reste la destination privilégiée, mais certains pays anglophones comme l’Australie et le Canada offrent aussi un avenir à ces jeunes Irlandais.

Laisser un commentaire

10 − neuf =