Covid-19 : faut-il craindre une nouvelle vague ?

Jean Delaunay

Covid-19 : faut-il craindre une nouvelle vague ?

Depuis la mi-juillet, l’Europe connaît une résurgence des cas de Covid-19 en raison de l’émergence de nouveaux variants.

Le Covid-19 revient sur l’actualité, signe que l’épidémie n’a pas encore dit son dernier mot. Fin août, le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) a enregistré une augmentation de la transmission du Covid-19 au sein de l’Union européenne.

Dans 16 des 21 pays analysés, une augmentation des taux de cas a été observée, en particulier chez les personnes âgées de 80 ans et plus.

« Il y a des signes d’augmentation de la transmission dans certaines régions d’Europe. Au 20 août 2023, le nombre de cas de Covid-19 avait augmenté de 11 pour cent par rapport aux 28 jours précédents », a déclaré le Dr Hans Kluge, directeur régional de l’OMS pour l’Europe. a déclaré à L’Observatoire de l’Europe.

Selon Quique Bassat, épidémiologiste et chercheur à ISGlobal et ICREA, « au cours des derniers mois, au cours de l’été, nous avons constaté une augmentation de la transmission du Covid-19 dans plusieurs pays européens.

« En Espagne, par exemple, nous avons constaté une augmentation significative de la transmission et une augmentation des hospitalisations liées au Covid-19. Cela est attribué à l’émergence de nouvelles variantes, plus contagieuses que les précédentes ».

L’épidémiologiste a également ajouté que « chaque semaine (environ, ndlr), un nouveau sous-variant semble émerger, apparaissant plus dangereux, voire plus contagieux, que les précédents ».

Des risques majeurs envisagés pour l’hiver ?

Alors que l’été touche à sa fin et que les températures commencent à baisser, les experts attirent l’attention sur la possibilité d’une nouvelle vague de Covid-19 cet hiver. Cette préoccupation découle de l’expérience des années précédentes, lorsque les virus respiratoires avaient tendance à proliférer pendant les mois les plus froids.

« Ce que nous savons de l’expérience des hivers précédents, c’est que chaque fois que le froid s’installe, de nouveaux virus respiratoires apparaissent, y compris les virus traditionnels comme la grippe et le virus respiratoire syncytial chez les enfants, qui ont tous tendance à se propager pendant la saison hivernale », explique Quique Bassat.

« Si l’on ajoute à ces virus le fardeau du Covid-19, le système de santé est mis à rude épreuve. Et lorsqu’il est mis à rude épreuve, il souffre. C’est ce que nous craignons tous ».

Pour atténuer ce risque, les experts préconisent fortement la vaccination contre le Covid-19 et la grippe, tout en soulignant l’importance du maintien des mesures de précaution.

« Nous devons nous préparer à une éventuelle augmentation au cours de l’automne et de l’hiver, car des maladies telles que le Covid-19, la grippe et d’autres infections respiratoires sont susceptibles de se développer », a déclaré l’Organisation mondiale de la santé à L’Observatoire de l’Europe.

« Nous encourageons ceux qui sont éligibles à accepter les offres de vaccination, y compris la co-administration des vaccins contre le Covid-19 et contre la grippe pour les groupes à risque. La vaccination reste le meilleur moyen de se protéger, associée à de bonnes pratiques d’hygiène personnelle ».

Ma recommandation est la même que celle que je donne à mes parents, qui sont âgés et ont atteint l’âge de 86 ans. Prudence, prudence et bon sens.

Quique Bassat

Chercheur et épidémiologiste à ISGlobal et ICREA

« Il faut adopter une attitude prudente, faire preuve de bon sens, sans céder à la paranoïa face aux risques du Covid-19. Je pense qu’il faut persévérer dans les bonnes pratiques que nous avons adoptées au cours des 12 derniers mois, à savoir maintenir notre vigilance et notre vigilance constante. suivi de l’évolution de la situation », a ajouté l’expert.

La réponse de l’UE

La Commission européenne a donné son feu vert à l’adaptation du vaccin COVID-19 de BionTech-Pfizer pour cibler la nouvelle sous-variante XBB.1 (Pirola) du coronavirus Omicron.

« Le vaccin est autorisé pour les adultes, les enfants et les nourrissons de plus de 6 mois… ce vaccin constitue une autre étape importante dans la lutte contre la maladie », a déclaré l’exécutif européen dans un communiqué officiel.

Cette mise à jour du vaccin, commercialisé sous le nom de Comirnaty, devrait également « renforcer la couverture immunitaire » contre les variants actuels et émergents.

Mais l’engagement de l’UE contre le Covid-19 ne s’arrête pas là.

« La coordination et la collaboration constituent la base d’une Union européenne de la santé forte », a expliqué Stella Kyriakides, commissaire européenne chargée de la santé et de la sécurité alimentaire.

« Depuis le début de la pandémie, nous avons travaillé avec les États membres en fournissant des lignes directrices par l’intermédiaire de l’ECDC sur la manière dont ils doivent surveiller le COVID 19, sur la nécessité d’un séquençage, sur la nécessité d’une surveillance et sur leurs stratégies de vaccination. »

Selon Hans Kluge, directeur régional de l’OMS pour l’Europe : « Les États membres de la Région européenne de l’OMS doivent de toute urgence réinvestir et réengager leurs propres efforts pour produire et partager des données de surveillance épidémiologique et virologique fiables et robustes, ainsi que regarder au-delà de nos propres frontières. pour les risques émergents potentiels ailleurs.

Pour se prémunir contre une éventuelle nouvelle vague de la pandémie, de nombreux pays européens ont adopté des mesures proactives. Fin août, le Royaume-Uni a par exemple annoncé son intention d’avancer au 11 septembre la date de lancement de la campagne de vaccination contre le Covid-19.

En France, la nouvelle campagne de vaccination contre le Covid-19, combinée à celle contre la grippe, devrait démarrer le 17 octobre.

Le commissaire Kyriakides s’implique également dans la lutte contre le virus et lance un appel aux citoyens européens : « Une Union européenne de la santé forte signifie que nous travaillons tous ensemble pour faire face à une situation de santé publique.

 » Suivez donc les conseils qui vous ont été donnés par vos médecins pour savoir si vous devez ou non vous faire vacciner et suivez les conseils de base en matière d’hygiène des mains. Je pense que c’est extrêmement important. Si vous vous sentez malade, restez à la maison, ce n’est peut-être pas le cas.  » COVID. Il s’agit peut-être de la grippe. Mais nous devons nous protéger les uns les autres pendant la difficile saison d’automne et d’hiver qui pourrait suivre. « 

Laisser un commentaire

cinq × 5 =