If Le Pen’s MEPs join the Patriots as expected then it would fulfil Orbán’s stated goal of claiming the third-largest group, since they would overtake both ECR and Renew.

Jean Delaunay

Confrontation entre les Patriots d’extrême droite en quête du troisième plus grand groupe

La tentative de Viktor Orbán de faire de sa nouvelle alliance d’extrême droite la troisième force au Parlement européen atteint son apogée cette semaine – mais la question de savoir si le groupe sera en mesure d’exercer une influence au Parlement reste à trancher.

Un mois après les élections européennes, le nouveau groupe d’extrême droite Patriotes est le seul encore à constituer.

L’émergence de la nouvelle alliance d’extrême droite « Patriotes pour l’Europe », fondée par le Fidesz de Viktor Orbán et l’ANO de l’ancien Premier ministre tchèque Andrej Babis, a redistribué les cartes au sein de l’extrême droite. Annoncée depuis un hôtel viennois le week-end dernier avec la ferme intention de devenir le plus grand groupe de droite au Parlement européen, l’alliance a commencé à attirer des partis de l’orbite du groupe Identité et démocratie (ID), comme le parti fondateur du Parti de la liberté autrichien (FPÖ) et, plus tard la semaine dernière, le parti portugais Chega!.

La Lega italienne, qui dominait l’ID lors du mandat précédent, a également montré son soutien à l’initiative d’Orbán, le chef de la délégation Paolo Borchia faisant référence la semaine dernière (5 juillet) à l’association de son groupe avec l’ID au passé.

La semaine dernière, les Patriotes ont tenté de convaincre les 20 députés européens du parti polonais Droit et Justice (PiS) de rejoindre le groupe, mais le PiS a finalement décidé de rester, utilisant probablement l’offre des Patriotes pour tirer parti des positions internes au sein du CRE des conservateurs.

Mais les Patriotes ont frappé l’ECR d’une autre manière, en convaincant la délégation espagnole du groupe, le parti d’extrême droite Vox, de faire défection.

Quelques heures plus tard, Geert Wilders du PVV a annoncé que son parti nationaliste néerlandais rejoindrait le projet, suivi samedi par le Parti populaire danois et le parti nationaliste flamand Vlaams Belang – laissant le Rassemblement national (RN) de Marine Le Pen comme seul parti restant encore en ID, pour lequel le nom du groupe est désormais clairement redondant.

En attendant le geste de Le Pen

En prévision de la réunion constitutive d’aujourd’hui (8 juillet) convoquée par Orbán, les Patriotes peuvent compter sur dix députés du Fidesz hongrois, sept de l’ANO de Babis, six du FPÖ autrichien, deux de Chega! portugais, six de Vox espagnol, six du PVV néerlandais, un du Parti populaire danois et trois du Vlaams Belang, parti nationaliste flamand belge – soit un total de 41 députés.

Une fois les huit députés de la Ligue ajoutés au total, les Patriotes pourraient atteindre 49 députés. Cela semble presque certain après les nombreuses expressions de soutien de la Ligue à l’initiative d’Orbán au cours de la semaine dernière : la Ligue a également salué le passage de Vox aux Patriotes comme « un signe très important » dans une note officielle publiée vendredi.

Cela suffirait à constituer un groupe – qui requiert 23 députés européens issus des critères de sept délégations nationales – mais les Patriotes veulent également s’emparer des 30 députés européens de Le Pen, la plus grande délégation nationale au Parlement européen, pour compléter le grand plan d’Orbán pour l’extrême droite.

Jusqu’à présent, le RN a dû se tenir à l’écart des négociations entre les deux formations, a confié à L’Observatoire de l’Europe une source d’ID. Mais les canaux de communication sont ouverts, a-t-elle ajouté, et Le Pen voit d’un bon œil l’initiative d’Orbán.

Le chef de file du RN, Jordan Bardella, n’a pas explicitement évoqué l’initiative des Patriotes lors de son discours au lendemain des élections françaises dimanche soir, mais a déclaré que leurs députés rejoindraient « un grand groupe qui aura une influence sur l’équilibre des forces en Europe, en rejetant le flot de migrants, l’écologie punitive et la confiscation de notre souveraineté ».

Il est évident que le Rassemblement national demandera à adhérer au parti, étant donné que ses députés européens seront sans abri au Parlement après la désintégration de l’ID, et que rester non affilié laisserait le parti sans ressources en termes de dépenses et d’influence.

Si les députés européens de Le Pen rejoignent les Patriotes comme prévu, cela remplirait l’objectif affiché d’Orbán de revendiquer le troisième plus grand groupe, puisqu’ils dépasseraient à la fois l’ECR (avec 78 députés) et le parti libéral Renew Europe (76 députés), ce dernier passant du troisième au cinquième plus grand groupe en l’espace de quinze jours.

« Nous sommes sûrs qu’en tant que troisième plus grand groupe, nous envoyons un signal clair aux extrémistes fédéralistes et défendons une Europe des États nationaux », a déclaré l’ancien Spitzenkandidat d’ID et député européen danois Anders Vistisen, qui a annoncé samedi son intention de rejoindre les Patriots.

Dimanche, Vistisen a déclaré au quotidien danois Berlingske qu’il serait nommé chef de file du nouveau groupe lors de la réunion constitutive d’aujourd’hui.

Exclusion des postes les plus élevés

Ursula Von der Leyen a déclaré qu’elle ne s’engagerait avec aucun groupe d’extrême droite dans les négociations de la semaine prochaine pour garantir sa réélection à la tête de la Commission.

Quelle que soit leur taille, les Patriots ne devraient pas obtenir de postes d’influence tels que présidents de commissions ou vice-présidents au Parlement européen à la suite d’une soi-disant cordon sanitairequi voit les forces centristes et de gauche du Parlement geler les groupes d’extrême droite du partage du pouvoir interne.

Les Patriotes ont également raté une importante échéance interne jeudi dernier (4 juillet). La présidente sortante du Parlement, Roberta Matola, avait expliqué avant le sommet européen du mois dernier que les groupes constitués d’ici le 4 juillet commenceraient alors à négocier entre eux sur les positions d’influence.

Même si des groupes peuvent être constitués à tout moment, il reste à voir si les Patriotes seront en mesure de se partager les postes clés du Parlement après avoir manqué celui de la semaine dernière. Une source parlementaire a cependant fait remarquer que le délai n’est que de procédure et qu’« une soumission tardive ne ferait que faire passer une nuit blanche à ceux qui préparent les feuilles de travail ».

Cependant, même lorsque des groupes d’extrême droite se voient attribuer des postes importants lors des premières négociations sur le partage du pouvoir, ces nominations ne parviennent pas à recueillir les votes de confirmation nécessaires plus tard au Parlement, le cordon sanitaire piégeant les partis à cette étape finale.

Si le groupe d’extrême droite, qui représente 11% des sièges de l’ensemble de l’hémicycle, est tenu à l’écart de la répartition des postes, cela profitera aux autres groupes – notamment aux trois plus grands – qui seraient alors surreprésentés aux postes les plus élevés du Parlement.

L’extrême droite

Les perspectives de croissance des Patriotes au-delà du Rassemblement national sont très limitées. L’autre candidat potentiel à l’adhésion, le parti d’extrême droite allemand Alternative für Deutschland (AfD), est toujours en désaccord avec le parti de Marine Le Pen.

Les commentaires du candidat principal de l’AfD, Maximilian Krah, minimisant le nazisme ont déclenché la colère de Marine Le Pen, conduisant à l’expulsion du parti déjà entaché par de multiples scandales de son groupe parlementaire avant les élections européennes.

Une source du groupe ID a déclaré à L’Observatoire de l’Europe qu’il y avait « presque zéro chance que l’AfD rejoigne les Patriots », tandis que des sources d’autres partis ont confirmé que des négociations avaient au moins été tentées.

La délégation de l’AfD, composée de 15 députés européens, pourrait tenter de créer un autre groupe d’extrême droite, soutenant la cause des Patriots à l’extérieur. Des sources du groupe ont déclaré à L’Observatoire de l’Europe que des discussions ont eu lieu entre l’AfD et le député européen Ivan David, un membre tchèque d’ID qui a été dissuadé de rejoindre les Patriots en raison de son appartenance au groupe du parti rival, l’ANO de Babis.

Les deux partis auraient besoin de sept députés européens supplémentaires issus de cinq pays pour former un groupe parlementaire, et ils peuvent pour cela puiser dans le pot des non-affiliés.

Une source du parti familière avec l’extrême droite a suggéré que l’AfD pourrait viser le parti espagnol Le Parti est fini (trois députés européens), le mouvement patriotique d’extrême droite grec Niki (un député européen), le Mouvement Notre Patrie hongrois (un député européen), le Premier Parti letton (un député européen), SOS Roumanie (deux députés européens) et le Renouveau bulgare (trois députés européens) – tous ces groupes n’ayant pas encore été revendiqués par d’autres groupes.

Les Patriotes et tout hypothétique groupe d’extrême droite dirigé par l’AfD pourraient continuer à chercher de nouveaux membres au sein du groupe conservateur ECR, comme cela s’est produit avec Vox, au cours de la semaine prochaine, a ajouté la source.

Laisser un commentaire

vingt − 7 =