Brits getting

Jean Delaunay

Complètement garé : une étude révèle 546 mots pour se « saouler » en anglais

En anglais, il semble que presque tous les mots puissent être utilisés pour décrire une consommation excessive de boissons alcoolisées. Il y a une règle simple à retenir quand on est sobre, il suffit de « -ed » selon les chercheurs.

S’il y a une chose pour laquelle les Britanniques sont doués, c’est d’être totalement laissés pour compte – et de l’exprimer de manière infiniment créative.

Autrefois sujet d’un numéro de stand-up de Michael McIntyre, dans lequel le comédien affirmait que les gens chics pouvaient utiliser n’importe quel mot pour signifier ivre en anglais, deux linguistes allemands ont pris sur eux d’en rechercher la vérité.

« Nous étions curieux de savoir si les synonymes de « ivre » étaient utilisés dans des contextes similaires », a expliqué la co-auteure de l’étude, la professeure Christina Sanchez-Stockhammer de l’université de Chemnitz dans un communiqué de presse.

Les résultats, publiés dans l’Annuaire de l’Association allemande de linguistique cognitive, révèlent que les Britanniques utilisent effectivement une grande variété de synonymes pour décrire le fait d’être ivre – 546, pour être exact.

Ces soi-disant « ivres » vont de « martelé » à « vésical », en passant par « sozzled » et « steampigged » ; prouvant que n’importe quel mot de la langue anglaise peut être transformé en un descriptif pour en avoir avalé un de trop – avec l’ajout de « ed » à la fin.

Malgré les conséquences négatives d’une consommation excessive d’alcool, les Britanniques aiment toujours la décrire avec humour.
Malgré les conséquences négatives d’une consommation excessive d’alcool, les Britanniques aiment toujours la décrire avec humour.

Malgré les réalités douloureuses de la consommation excessive d’alcool et ses associations négatives, les Britanniques la décrivent le plus souvent avec légèreté et humour.

« Ce que j’ai trouvé très intéressant, c’est que si vous regardez ces mots qui sont utilisés pour désigner le fait d’être ivre, beaucoup d’entre eux utilisent le caractère indirect comme ressource. Comme, « J’étais totalement sous un belvédère ». Je veux dire, quelle est la relation entre un belvédère et être ivre ? Ce n’est pas immédiatement évident », a déclaré le professeur Sanchez-Stockhammer à L’Observatoire de l’Europe Culture.

« En tant qu’humains, nous pouvons généralement trouver une manière d’interpréter cela. Par exemple, que les gens pourraient se saouler dans les kiosques ? Mais je ne sais pas dans quelle mesure cela est vrai. Pour les auditeurs normaux, la relation ne sera pas claire. Et c’est ce qui le rend drôle. »

Un tel caractère indirect se prête également à la sensibilité pleine d’entrain de l’argot rimé de Cockney, avec des exemples de « Brahms et Liszt » ou de « Brume écossaise » utilisés pour décrire le fait d’être foutu.

« Nous n’aurions probablement pas dû dire que ce sont des synonymes de ‘ivre’, mais ce sont en fait des synonymes de ‘énervé' », explique le professeur Sánchez-Stockhammer, expliquant que la majorité de ces ‘ivres’ sont formés selon le même schéma rythmique.

Les chercheurs ont également constaté que les Britanniques ont tendance à supprimer des mots, les termes « aveugle ivre » et « bien ivre » étant uniquement raccourcis en leurs préfaces « aveugle » et « gentiment », ce qui n’est pas si facile à faire dans d’autres langues où vous avez des inflexions. , note Sánchez-Stockhammer.

« En anglais britannique, au moins, l’accent est mis sur la partie amusante. Et je pense que c’est pourquoi il y a tant de variations, parce que vous voulez proposer quelque chose de nouveau et de créatif. »

Comment les autres langues européennes expriment-elles l’ivresse ?

Se préparer à se faire
Se préparer à se faire « sozzler »

La culture de la boisson profondément ancrée au Royaume-Uni, associée à l’amour des Britanniques pour les jeux de mots et l’humour absurde, sont étroitement liés à la liste interminable de descripteurs d’alcool. Mais qu’en est-il des autres langues en Europe ?

Bien que cela ne soit pas aussi courant (ou aussi étendu), le professeur Sanchez-Stockhammer a découvert que des « ivrognes » similaires pouvaient être trouvés.

« En français, par exemple, il y a le mot bourré, qui signifie qu’on est rempli à ras bord, qu’on est bourré de quelque chose. L’idée ici est similaire à celle de divers noms d’ivrogne anglais également ; cette idée d’avoir J’ai atteint le maximum de remplissage. Et en espagnol, j’ai trouvé machácalo (qui signifie « écraser »). Ce sont les deux qui me semblent les plus familiers parmi ceux que j’ai vus, comme en anglais où il faut aussi détruire, marteler, etc… En gros, l’alcool fait quelque chose sur votre corps. »

Lors de recherches en ligne sur les expressions d’ivresse dans d’autres langues, les exemples évocateurs suivants sont apparus dans un fil de discussion Reddit. La plupart sont plus directs que ceux de la langue anglaise et ont en général une certaine poésie que vous ne trouverez jamais vraiment chez un Britannique au visage pâle vous disant à quel point ils ont été complètement perdus sur les lanceurs 2-4-1 en un Wetherspoons hier soir.

Finlande

‘Seitinohutte’. Traduit par quelque chose de « fin en toile ou en soie », il peut être utilisé comme descripteur des premiers stades de l’ivresse, lorsque les effets de l’alcool commencent à s’installer et que le monde qui vous entoure se couvre apparemment d’un « mince voile d’euphorie ». « , écrit un rédacteur sur Reddit.

Suède

‘Rund sous fötterna’. Signifiant « rond sous les pieds », cette expression fait référence à une sensation d’instabilité, comme si vous marchiez sur deux balles bancales après en avoir fait trop sur le brännvin.

Allemagne

« Feuchtfröhlich » signifie « joyeux », mais se traduit aussi littéralement par « humide et heureux », ce qui parle de lui-même.

Les Pays-Bas

Aux Pays-Bas, la plupart des expressions d’ivresse sont introduites par « zo zat als een », qui signifie « ivre comme un ». Les exemples sont infinis et tous tout aussi bizarres, allant d’un kachel (poêle) à un pad (crapaud) en passant par un kartouw (corde de chariot) et un straaljager (avion de combat). Essentiellement, aux Pays-Bas, vous pouvez être ivre comme vous le souhaitez.

Pologne

« W trupa », qui se traduit par « dans un cadavre » – quelque chose que nous avons tous ressenti en particulier avec la gueule de bois.

Espagne

« Estar como una cuba » ou « être ivre comme un seigneur » est assez explicite, même si ce n’est pas à nous de jeter le discrédit sur les hauts et les puissants avec des titres. Alternativement, vous pourriez amuser beaucoup les Espagnols en décrivant vos exploits en matière d’alcool comme « estar como una mecedora ». Celui-ci se traduit par « être comme une chaise à bascule », faisant probablement référence au moment où tant d’alcool a été consommé, la pièce semble commencer à bouger d’avant en arrière – ou au mouvement que certains d’entre nous font en attendant avec impatience un ordre de post- sortir en soirée avec de la malbouffe.

Laisser un commentaire

7 − 7 =