Comment une tempête meurtrière a transformé une station balnéaire française en laboratoire du changement climatique

Jean Delaunay

Comment une tempête meurtrière a transformé une station balnéaire française en laboratoire du changement climatique

Les retraités Anne et Jean Birault sont devenus des migrants climatiques il y a 12 ans, après qu’une nuit à La Faute-sur-Mer a changé leur vie à jamais.

Quand on vit au bord de la mer, les tempêtes font partie de la vie.

Dans la nuit du 28 février 2010, la météo prévoyait des vents violents et un peu de pluie pour La Faute-sur-Mer, une ville française qui s’avance dans l’océan Atlantique comme une langue de sable.

Jean et Anne Birault prirent leurs précautions habituelles, enlevant du jardin tout ce qui pouvait s’envoler. Tout semblait calme quand ils s’endormaient.

Le bruit d’une fuite d’eau les réveilla quelques heures plus tard. Anne se leva pour enquêter. En regardant par la fenêtre, elle a vu un mur d’eau de 1,5 m de haut, poussant leur porte et leurs fenêtres pour entrer. Elle a tout de suite compris ce qui se passait : « La mer nous envahissait. Elle savait qu’elle et son mari n’avaient que 15 minutes pour sortir.

Le voisin d’Anne, François Anil, était l’un des rares habitants de La Faute-sur-Mer à s’être renseigné sur ce qui se passerait en cas d’inondation et ce qu’il fallait faire, et avait averti Anne et Jean des dangers.

Cette nuit-là, 29 de leurs voisins se sont noyés dans de l’eau glaciale, dans ce qui est devenu connu sous le nom de « la cuvette de la mort » – le bassin de la mort. Et Jean et Anne devinrent migrants climatiques.

Xynthia était une tempête parfaite de vents de force ouragan, de mer agitée et de pluie battante qui s’est abattue sur les côtes ouest de la France et Espagne du jour au lendemain, faisant des ravages jusqu’à l’intérieur des terres Allemagne et laissant plus d’un million de foyers sans électricité. Cinquante personnes ont été tuées.

Ni la tempête ni l’inondation n’étaient des événements météorologiques exceptionnels. Ce qui les rendait si destructeurs était changement climatique.

Si Xynthia avait eu lieu il y a un siècle, son impact aurait été beaucoup moins grave, explique Freddy Vinet, maître de conférences en gestion des catastrophes et des risques naturels à l’université de Montpellier.

« Le facteur aggravant lié au changement climatique est la hausse des niveaux de la merdonc pour la même (sévérité de) tempête, une élévation du niveau de la mer entraînera une inondation plus importante.

Dans certains océans, la montée du niveau de la mer a été jusqu’à 20 centimètres depuis le début des enregistrements par satellite en 1993, le taux d’augmentation ayant plus que doublé dans les premières années du 21e siècle. Le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) met en garde que le niveau de la mer pourrait monter d’un mètre d’ici 2100.

Les pompiers sont arrivés tardivement à La Faute-sur-Mer, submergés par les appels d’autres communes. Dans le bassin de la mort, les téléphones – déjà sous l’eau – se taisaient.

AP David Vincent
Les rues inondées de La Faute-sur-Mer, sur la côte atlantique, dans le sud-ouest de la France, vues après une tempête, le lundi 1er mars 2010

La nuit de l’orage

L’eau a surpris Elisabeth Tabary alors qu’elle dormait. Elle et son mari avaient décidé de passer leur retraite à La Faute-sur-Mer. Son fils, sa belle-fille et son petit-fils de deux ans, Raphaël, étaient venus séjourner.

Elisabeth, qui dormait en bas avec son mari et Raphaël, s’est enfuie dans la cuisine. Essayant de rester au-dessus de l’eau, elle escalada la porte, les pieds sur la poignée et son petit-fils dans les bras. Son mari s’est noyé sous ses yeux. Quelques heures plus tard, son petit-fils est mort d’hypothermie dans ses bras. « À ce moment-là, j’ai voulu me noyer », dit-elle.

Lillo Montalto Monella
Elisabeth Tabary regarde une photo de son ancienne maison à La Faute-sur-Mer. Photo prise en septembre 2019

Elisabeth a mis le corps du bébé derrière la porte de la cuisine, pour le protéger d’être emporté par l’eau, entraîné par la marée basse. Puis elle a perdu connaissance. Les pompiers ne savaient pas que Raphaël était derrière la porte et Elisabeth, qui au moment où ils cherchaient était dans le coma, ne pouvait pas leur dire. Ils ne l’ont retrouvé que 24 heures plus tard.

Son fils a trouvé Elisabeth à l’aube, en délire. Lui et sa femme avaient dormi au deuxième étage et il n’avait aucune idée de ce qui l’accueillerait quand il serait descendu. Quand Elisabeth s’est réveillée de son coma, elle a eu un accident vasculaire cérébral. Aujourd’hui, elle a du mal à se souvenir non seulement de la nuit de la tempête, mais de sa vie avant.

Le jour des funérailles de son mari et de son petit-fils, elle a pris la décision de ne plus jamais quitter la ville, ce qui, selon elle, reviendrait à « abandonner les membres de ma famille qui sont morts ici ». La femme de son fils, la mère de Raphaël, n’a plus jamais remis les pieds en ville.

Après Xynthia, plus de 600 maisons de la ville ont dû être démolies et environ 400 des 1 000 habitants qui ont perdu leur maison ont décidé de partir.

Laisser sa vie derrière

Anne et Jean ne pouvaient pas vivre avec l’idée qu’une telle chose puisse leur arriver à nouveau. Une fois que l’État français leur a racheté leur maison détruite, ils ont déménagé à Jard-sur-Mer, une ville à 30 km. Pour Anne, être une migrants n’est pas une question de distance, mais de laisser derrière eux la vie qu’ils avaient construite au fil des décennies, la maison de leurs souvenirs et où ils ont élevé leur famille.

Franck Perry, AFP
La maison de la famille Bounacer, détruite par la tempête, le 27 mars 2010

En 2007, Ahmed Bounaceur, médecin réanimateur, achète un terrain dans la commune. Il a obtenu un permis de construire en moins de deux semaines. Dans la nuit du déluge, il perd sa mère, sa femme et ses fils, Ismaël (5) et Camil (13). Seule sa fille survécut et il quitta définitivement La Faute-sur-Mer peu de temps après.

Lillo Montalto Monella
Anne et Jean Birault, anciens habitants de La Faute-sur-Mer, ont décidé de déménager après avoir perdu leur maison dans la tempête Xynthia

Ensuite, il y a l’histoire que raconte François Anil à propos de sa voisine, une femme « à l’accent germano-suisse qui habitait ici face à la mer. Lorsque l’eau est arrivée, son chien l’a amenée à la nage en toute sécurité. Choquée, elle quitta définitivement La Faute-sur-Mer et ne revint jamais ».

La coiffeuse Adeline Baffart était enceinte de six mois lorsqu’elle et son mari ont dû grimper sur le toit de leur maison inondée la nuit de la tempête, où sapeurs pompiers les trouva le lendemain matin.

Après Xynthia, elle a vendu ce qui restait de sa maison au gouvernement et a déménagé avec sa famille à Triaize, à 20 km, s’installant dans l’appartement de sa défunte grand-mère. Elle a donné naissance à Julia, et quelques années plus tard, une autre fille, Lilou, est arrivée.

Adeline, qui ne se considère pas comme une migrante climatique, travaille toujours à La Faute-Sur-Mer car tous ses clients y sont basés.

« Peut-être qu’un jour nous y retournerons pour prendre notre retraite quand nos filles seront grandes, mais nous verrons », a-t-elle déclaré.

La France a le troisième plus grand nombre de personnes déplacées en raison de catastrophes météorologiques dans l’UE, selon l’Observatoire des déplacements internes (IDMC). Plus de 47 000 ont été déracinés entre 2008 et 2019.

Et 17 millions de personnes dans le pays vivent actuellement à risque d’inondation, selon le Centre européen pour la prévention des risques d’inondation (CEPRI) – 20% des ménages français.

Le jeu du blâme

Aujourd’hui, un club de golf se dresse où Jean et Anne vivaient autrefois, avec des cyprès marquant les endroits où les gens se sont noyés.

La zone était connue des autorités locales comme présentant un risque d’inondation lorsque leur maison a été construite – mais pas d’eux. Des cartes de l’époque indiquent où inondation était probable, mais ceux-ci n’étaient pas pris en compte lors de la délivrance des permis de construire et non partagés lors de l’achat des maisons.

Lillo Montalto Monella
L’adjoint au maire Laurent Huger affirme que 80% de ceux qui sont partis « n’avaient pas le choix »

« Si nous avions été informés, nous n’aurions jamais construit une maison là où nous l’avons construite », explique Anne.

Après Xynthia, René Marratier, maire de La Faute-sur-Mer de 1989 à 2014, a été initialement condamné à quatre ans de prison pour homicide involontaire, réduit en appel à deux ans avec sursis.

Lors de son procès, un témoin expert a déclaré que : « La liberté de construire dans la zone à risque d’inondation était absolue.

Thierry Sauzeau, spécialiste d’histoire maritime à l’université de Poitiers qui avait étudié l’urbanisation de la côte ouest de la France et, en parallèle, les submersions marines, ajoute : « (Il y avait) des piles de permis de construire à distribuer, la procédure se réduisait à une simple formalité.

AFP
René Marratier, maire de La Faute-sur-Mer de 1989 à 2014, et Corinne LePage, ancienne ministre de l’environnement et avocate qui représentait les victimes

Corinne LePage, ancienne ministre française de l’Environnement et avocate, qui représentait les victimes, a déclaré à L’Observatoire de l’Europe : « La Faute-sur-Mer est un cas d’école du changement climatique dans le sens où il y avait une législation bien faite contre le risque d’inondation qui n’était pas t appliqué.

Marratierqui clame à ce jour son innocence mais s’est refusé à commenter cet article, a été reconnu coupable d’avoir sciemment refusé de prendre toute mesure pour protéger sa circonscription, de ne pas avoir mis en œuvre de plan de prévention des risques d’inondation (PPRI) et d’avoir omis d’informer résidents.

Après une décennie d’absence de la fonction publique, il se présente à nouveau aux élections municipales de mars 2020. Il ne peut pas se présenter à la mairie mais tentera d’accéder au conseil municipal.

L’État français a jugé dangereux de reconstruire des maisons dans les zones inondées pendant Xynthia et des cartes de prévention des risques ont été mises à jour en 2012 et 2017.

« C’est un laboratoire. C’était la première fois que nous devions dire aux gens que nous devions démolir votre maison ; qu’ils seraient remboursés et qu’ils n’avaient plus le droit de construire sur leur terrain », a déclaré l’adjoint au maire Laurent Huger.

La Faute-sur-Mer dispose désormais de plans d’évacuation que le maire peut rendre obligatoires en cas d’inondation grave, et la mairie a dispensé une formation d’urgence à tous les habitants. Beaucoup ont installé des détecteurs d’eau – semblables à la fumée alarmes – au rez-de-chaussée de leurs maisons.

« C’est comme un état de guerre. Désormais, la majorité des habitants de La Faute-Sur-Mer savent ce que la nature peut faire dans leur vie quotidienne », a déclaré Huger.

Lillo Montalto Monella
Une maison vendue à La Faute-sur-Mer, 10 ans après Xynthia, en septembre 2019

Essayer d’avancer

Le drame de Xynthia a suscité une réflexion nationale sur la gestion des risques liés à l’érosion côtière. Des appels ont également été lancés pour mieux protéger ceux qui vivent au bord de la mer.

LePage a déclaré que cela était nécessaire car il était difficile de prouver un lien entre le changement climatique et une catastrophe événement météorologique.

« Si vous êtes exposé à un produit chimique et que vous avez un cancer, vous aurez du mal à dire devant un tribunal que le cancer est produit par les agents chimiques », a-t-elle déclaré.

« C’est pareil pour le climat. Il y a une forte présomption, mais la preuve absolue que (ces) choses ne se seraient pas produites (sans le changement climatique), c’est juste très difficile à avoir. »

De retour à La Faute-sur-Mer, les prix de l’immobilier se maintiennent. En France, vivre au bord de la mer n’est pas associé à un risque, mais plutôt à un statut.

Dans les enquêtes menées après Xynthia, la majorité des habitants de la ville ont déclaré ne pas avoir peur de rester vivre au bord de la mer.

Mais pour Anne, les souvenirs sont tout simplement trop douloureux.

« Les choses qui nous sont arrivées étaient trop », a-t-elle déclaré. « Lorsque ces choses se produisent dans d’autres parties du monde, comme le tsunami en Japonje tremble du haut de la tête jusqu’aux pieds ».

Le fils d’Anne et Jean est resté et a ouvert un bar dans le centre-ville. Aujourd’hui, une décennie plus tard, La Faute-sur-Mer est redevenue une retraite en or pour les retraités et les touristes.

« Nous avons dû reconstruire notre image et notre âme », a déclaré Huger. « Cela nous a pris six à sept ans, nous avons relevé les digues et arrêté la construction de nouvelles maisons. »

Mais, malgré le discours sur la résurrection de la ville, il a fait preuve de prudence en oubliant une leçon clé.

« Nous devons dire aux gens que même si l’État vous a dit que la zone est sûre et que la mairie a construit des digues, vous devez savoir qu’un jour, l’eau pourrait encore arriver. »

L’enquête Europe’s Climate Migrants a été développée avec le soutien de :
Laisser un commentaire

18 + 6 =