Comment transformer le système alimentaire mondial pour préserver notre planète ?

Jean Delaunay

Comment transformer le système alimentaire mondial pour préserver notre planète ?

Tout comme la politique climatique nécessite de se concentrer sur l’ensemble de la chaîne de valeur pour les réductions d’émissions, l’industrie alimentaire doit faire de même, écrit Johan Rockström.

Malgré une croissance économique continue qui épuise les ressources et pollue, une population mondiale croissante et des frontières planétaires qui sont franchies, il y a encore une chance de retourner dans la zone de sécurité pour une planète scientifiquement définie, stable et résiliente.

Mais le temps presse pour apporter les changements nécessaires, cette décennie marquant notre meilleure opportunité. Nous avons besoin d’un revirement dans le récit de l’avenir, maintenant.

Le système alimentaire mondial doit être à l’avant-garde de cette transformation, car, selon l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), il représente plus de 34 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre (GES).

Pour accélérer le changement, les entreprises et les politiques doivent s’aligner sur des objectifs scientifiques avec une approche intégrée qui va au-delà du climat.

Déterminer nos limites

La science a identifié neuf limites planétaires dans lesquelles la société doit fonctionner si l’humanité veut se développer et prospérer dans des conditions environnementales adéquates sur Terre.

Le système alimentaire mondial à lui seul a dépassé six d’entre eux : les émissions de GES ; utilisation des terres cultivées; utilisation d’eau douce; l’intégrité de la biosphère, la surcharge de nutriments tels que l’azote et le phosphore (provenant principalement des engrais) et de nouvelles entités de composés chimiques.

Jeff McIntosh/LA PRESSE CANADIENNE via AP
La famille Reid met en balles sa récolte de foin, qui sera comprimée et exportée au Japon, près de Cremona, Alberta, juillet 2022

Nourrir l’humanité dans des limites planétaires sûres est donc essentiel pour nos chances de résoudre la crise climatique et de garantir des conditions gérables pour le développement humain.

Une approche complète des frontières planétaires est nécessaire pour s’assurer que l’amélioration de l’impact sur une frontière n’a pas d’impact négatif sur une autre, comme la réduction du changement climatique grâce à des pratiques d’économie circulaire au détriment d’une augmentation de l’utilisation de l’eau douce en raison de la méthode de recyclage. .

Transformer rapidement les systèmes alimentaires

Le défi de réduire les émissions mondiales de GES à zéro net d’ici le milieu du siècle devient plus difficile d’année en année.

Si nous voulons avoir une chance de maintenir la limite climatique planétaire de 1,5 °C, nous devons maintenir la planète dans le budget carbone mondial scientifiquement dérivé, qui est très petit, ne correspondant pas à plus de 6 à 8 ans au rythme actuel des émissions. .

AP Photo/Bernat Armangue
Des travailleurs temporaires plantent des fraises dans une ferme à Almonte, dans le sud-ouest de l’Espagne, octobre 2022

Une réduction ordonnée des émissions nécessite une réduction de 6 à 7 % par an des émissions de CO2 d’origine fossile pour rester dans les limites du budget restant, tandis que tous les autres gaz à effet de serre (comme le méthane et l’oxyde nitreux) doivent réduire de la même manière.

Et encore, c’est loin d’être suffisant. Les puits de carbone dans la nature doivent rester intacts, ce qui signifie que nous ne pouvons plus étendre l’agriculture aux forêts naturelles, aux zones humides, aux tourbières et aux prairies.

Nous devons également transformer le système alimentaire mondial de la plus grande source d’émissions à devenir un puits de carbone majeur.

L’industrie alimentaire est également confrontée à un changement capital

Le secteur alimentaire ne joue pas seulement un rôle central dans notre avenir commun. Il fait face à un défi majeur.

Pour reprendre les mots de João Campari, leader mondial des pratiques alimentaires du WWF, « Nous pouvons éliminer progressivement les combustibles fossiles, mais nous ne pouvons pas éliminer progressivement la nourriture, nous devons donc transformer les systèmes alimentaires ».

La FAO déclare qu’un tiers de tous les aliments produits dans le monde sont perdus ou gaspillés, ce qui représente 8 % des émissions mondiales de GES.

À l’opposé, le nombre de personnes touchées par la faim dans le monde est passé à 828 millions en 2021.

Le défi pour l’industrie est de fournir des aliments sains et sûrs avec peu de déchets tout en réduisant l’impact environnemental de son approvisionnement en matières premières, en passant à des matériaux et des sources d’énergie renouvelables, en valorisant les sous-produits et en maximisant le recyclage.

AP Photo
Des travailleurs nettoient le sol alors que des sacs de nourriture destinés aux régions du Tigré et de l’Afar se trouvent dans un entrepôt du Programme alimentaire mondial (PAM) à Semera, en Éthiopie, en juillet 2022

Des initiatives telles que Too Good To Go cherchent à résoudre ce problème au niveau local en économisant activement des aliments qui auraient autrement été gaspillés en connectant les entreprises et les consommateurs via une application.

L’emballage et la transformation des aliments peuvent jouer un rôle essentiel dans le soutien des objectifs du Sommet des Nations Unies sur les systèmes alimentaires en rendant les aliments nutritifs plus facilement disponibles dans le monde tout en contribuant à réduire les pertes et le gaspillage et en minimisant ainsi l’impact environnemental du système.

Le défi pour l’industrie est de fournir des aliments sains et sûrs avec peu de déchets tout en réduisant l’impact environnemental de son approvisionnement en matières premières, en passant à des matériaux et des sources d’énergie renouvelables, en valorisant les sous-produits et en maximisant le recyclage.

Cependant, pour l’industrie alimentaire, le défi ne concerne pas seulement la sécurité alimentaire et les déchets, mais aussi la santé et la durabilité.

Tout comme la politique climatique nécessite de se concentrer sur l’ensemble de la chaîne de valeur pour la réduction des émissions, l’industrie alimentaire doit faire de même.

L’approvisionnement en aliments issus de systèmes agricoles durables et l’offre d’aliments savoureux et nutritifs dans des emballages sûrs comme norme dans l’ensemble de l’industrie feraient une grande différence.

Progresser grâce au partenariat

Afin d’apporter les changements systémiques nécessaires pour rester dans les limites planétaires, il doit y avoir un engagement actif entre les scientifiques, les décideurs et les chefs d’entreprise.

En fin de compte, le retour à l’espace d’exploitation sûr n’est plus seulement un changement, mais un changement fondamental dont notre système alimentaire a besoin pour permettre aux générations actuelles et futures de prospérer sur Terre.

Photo AP/Kirsty Wigglesworth
Les « grosses têtes » satiriques d’Oxfam des dirigeants du G7 posent à Trafalgar Square, Londres, mai 2023

Les gouvernements doivent revoir leur propre réponse climatique ; entre-temps, les entreprises devraient être guidées par des cadres politiques intégrés axés sur les résultats, la science et les données, qui transcendent les silos.

Ils doivent également avoir la confiance nécessaire pour investir dans l’innovation et exercer leur pouvoir considérable sur l’ensemble de leur chaîne de valeur.

En fin de compte, le retour à l’espace opérationnel sûr n’est plus seulement un changement mais un changement fondamental dont notre système alimentaire a besoin pour permettre aux générations actuelles et futures de prospérer sur Terre – et ce n’est que grâce à la coopération internationale et à une réponse multilatérale que cela se produira.

Laisser un commentaire

quatre + 19 =