Comment l’UE renforce-t-elle le soutien à l’innovation dans le secteur de la santé ?

Jean Delaunay

Comment l’UE renforce-t-elle le soutien à l’innovation dans le secteur de la santé ?

Dans ce dernier épisode de Smart Health, nous nous demandons pourquoi l’Europe est à la traîne par rapport aux autres pays en matière d’innovation médicale, et découvrons les mesures prises par les leaders de l’industrie pour inverser la tendance.

Un laboratoire de la ville portuaire de Marseille, dans le sud de la France, a ouvert ses portes à de nouvelles thérapies de pointe contre le cancer.

Quelque 200 personnes travaillent ici dans ce qu’on appelle « l’immunothérapie du cancer ». Leur objectif est d’inciter notre propre système immunitaire à reconnaître et à éliminer les cellules tumorales.

« Ce que nous faisons, c’est stimuler le système immunitaire, qui est l’ensemble des défenses de l’organisme contre les virus, les bactéries, mais aussi contre le cancer », explique Eric Vivier, directeur scientifique d’Innate Pharma.

« Nous essayons de stimuler ce système immunitaire pour qu’en retour, il puisse prendre en charge le cancer. Tous les cancers, qu’il s’agisse de leucémies, de lymphomes ou de tumeurs solides. »

Euronews
Eric Vivier, Directeur Scientifique d’Innate Pharma avec Mondher Mahjoubi, PDG d’Innate Pharma, Marseille, France

Le prix de l’innovation

Fondée en 1999, la société développe de nombreux traitements en oncologie. L’un d’entre eux, contre le cancer du poumon, est déjà en phase trois de ses essais cliniques, se rapprochant de plus en plus de son autorisation finale.

Comme dans d’autres PME européennes, l’innovation est le but ultime. Mais le chemin est long et souvent sinueux.

« Le développement d’un médicament est un processus très long, qui dans le meilleur des cas peut durer une dizaine d’années », a déclaré Mondher Mahjoubi, PDG d’Innate Pharma, à Smart Health.

L’endroit où se déroule la recherche est important. Parce que qui dit recherche, dit essais cliniques, dit accès immédiat aux médicaments pour les patients.

Nathalie Moll

Directeur général, Fédération européenne des industries et associations pharmaceutiques

« C’est un processus coûteux. Un produit qui passe du préclinique à la commercialisation coûte au moins 1 milliard d’euros. Et enfin, c’est un processus risqué, dans le sens où le taux d’échec est extrêmement élevé. Sur 100 molécules sélectionnées, il y a quatre ou cinq qui réussissent.

Cette entreprise contribue activement aux 37 milliards d’euros d’investissements annuels dans la recherche et aux quelque 800 000 emplois directs que l’innovation pharmaceutique crée en Europe.

Pourtant, l’Union européenne continue de perdre du terrain face à d’autres superpuissances innovantes.

Au cours de la période 2011-2015, 89 nouvelles entités chimiques et biologiques ont été fabriquées aux États-Unis. Entre 2016 et 2020, ce nombre était passé à 138, selon un rapport de la Fédération européenne des industries et associations pharmaceutiques.

Au cours de la période 2011-2015, 75 nouvelles entités chimiques et biologiques ont été créées dans l’Union européenne. Cependant, entre 2016 et 2022, ce nombre était tombé à 64.

Améliorer le soutien réglementaire

Dans le but d’inverser la tendance, la Commission européenne a proposé de nouvelles incitations réglementaires afin que les grands développeurs de médicaments, les PME et les petits acteurs trouvent un écosystème plus adapté, accessible, flexible, simple et rentable dans lequel investir.

Pour les médicaments de thérapie innovante (MTI), la réforme propose également de fournir à l’Agence européenne des médicaments un soutien réglementaire renforcé.

L’Agence améliore déjà ses outils pour garantir que les innovations se traduisent en produits concrets pour les patients, affirme sa directrice générale, Emer Cooke.

« Nous essayons de faire une analyse prospective. Cela signifie que nous regardons et voyons ce qui pourrait arriver : sommes-nous prêts pour cela ? Le système de réglementation est-il prêt pour cela ? Avons-nous l’expertise appropriée ? Est-ce quelque chose qui est nécessaire ? Est-ce que il s’agit d’un besoin médical non satisfait », a-t-elle déclaré à Smart Health.

Euronews
Emer Cooke, directrice générale, Agence européenne des médicaments

« Nous essayons de dialoguer dès le début avec les développeurs. Nous essayons de les orienter dans la bonne direction. Nous le faisons donc à travers ce que nous appelons des « réunions de pipeline d’affaires », où nous avons une idée de ce qui s’en vient. Nous avons également ce que nous appelons un  » Innovation Task Force », où nous invitons toute personne ayant une nouvelle idée à venir nous voir, à en parler et nous essayons de vous conseiller sur la bonne voie à suivre ».

La Fédération européenne des industries et associations pharmaceutiques affirme qu’il y a place à l’amélioration. Sa directrice générale, Nathalie Moll, réclame des mesures encore plus audacieuses.

« Aujourd’hui déjà, nous avons perdu environ 25 % de nos investissements mondiaux en R&D en Europe au cours des 20 dernières années. Ils ont diminué d’un quart au cours des 20 dernières années et sont allés aux États-Unis et en Chine », a-t-elle expliqué.

Euronews
Nathalie Moll, directrice générale, Fédération européenne des industries et associations pharmaceutiques

« Si nous voulons récupérer cela, nous devons offrir aux investisseurs les conditions de prévisibilité et d’attractivité, et pour le moment, l’Europe n’est pas là et c’est très préoccupant. Parce que là où se déroule la recherche, cela compte. Parce que la recherche signifie des essais cliniques, cela signifie des patients. avoir accès immédiatement aux médicaments. Cela signifie que l’ensemble du système de santé s’habitue à la nouvelle innovation.

De retour au laboratoire marseillais, les chercheurs d’Innate Pharma espèrent que leurs nombreux efforts sur un nouveau traitement contre le cancer du poumon porteront bientôt leurs fruits.

« Nous sommes dans la phase finale. Nous testons l’efficacité d’une molécule que nous produisons depuis des années sur un très grand nombre de patients », a déclaré Eric Vivier d’Innate Pharma.

« Nous attendons les résultats dans les mois à venir. Mais en effet, cela a pris du temps ».

Laisser un commentaire

sept − quatre =