Comment l'UE parviendra-t-elle à mettre en œuvre sa politique de « réduction des risques » et à réduire sa dépendance vis-à-vis de la Chine ?

Jean Delaunay

Comment l’UE parviendra-t-elle à mettre en œuvre sa politique de « réduction des risques » et à réduire sa dépendance vis-à-vis de la Chine ?

L’UE est fortement dépendante de la Chine et d’autres pays pour les matières premières essentielles qu’elle utilise pour la production de téléphones, de véhicules électriques ou de semi-conducteurs. Alors, comment peut-elle atteindre son objectif de « dérisquer » l’économie européenne ?

En mars dernier, dans un discours à l’Institut Mercator pour les études chinoises, la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, avait annoncé l’intention du bloc européen de réduire la dépendance économique vis-à-vis de la Chine. Von der Leyen a utilisé le terme « de-risking », qui indique la nécessité de réduire les risques associés à une dépendance excessive vis-à-vis de Pékin.

La Chine fournit actuellement 98 à 100 % des besoins européens en terres rares lourdes, la Turquie 98 % de ses besoins en bore et l’Afrique du Sud 71 % de ses besoins en platine.

Mais comment l’Union européenne mettra-t-elle en œuvre des stratégies de réduction des risques lorsqu’elle dépend des importations en provenance de Chine qui sont essentielles à la construction de technologies à faibles émissions pour un avenir plus vert ?

La création d’un environnement économique stable et résilient

John Seaman de l’Institut français des relations internationales a expliqué que la transition vers une société nette zéro a rendu l’Europe de plus en plus dépendante de la Chine, car elle a besoin de plus de batteries pour les voitures électriques, de panneaux solaires et d’autres composants d’énergie renouvelable.

« La question est maintenant de savoir comment atténuer les risques liés à ces dépendances ? Et comment négocier avec la Chine pour s’assurer que la Chine n’utilise pas ses ressources au détriment des propres intérêts de l’Europe ? » demanda Seaman.

L’UE a proposé la loi européenne sur les matières premières critiques en mars 2023, et le Conseil de l’Europe a ensuite adopté sa position sur la proposition en juin.

Dans le cadre d’une stratégie plus large, l’UE cherche à diversifier ses chaînes d’approvisionnement dans les secteurs numérique, vert et de la santé, à mieux utiliser les règles commerciales existantes, à défendre les secteurs critiques et à accroître les échanges avec d’autres pays.

AP/Chinatopix
DOSSIER – Des travailleurs utilisent des machines pour creuser dans une mine de terres rares dans le comté de Ganxian, dans la province du Jiangxi, dans le centre de la Chine, 30 décembre 2010

Ces ambitions trouvent-elles écho chez les industriels ?

Emilie Jolivet, qui travaille pour le Groupe Yolecabinet de conseil dont le siège est à Lyon, dans le sud-est de la France, le pense : « Beaucoup de nos clients cherchent en fait à reprendre le contrôle, notamment sur les emballages, qui proviennent majoritairement de Chine et de Taïwan. Ils cherchent à se délocaliser en Asie du Sud-Est, par exemple ».

L’UE a également lancé le European Chips Act avec pour objectif d’augmenter la capacité de production de puces à 20% des besoins du marché mondial d’ici 2030.

« On ne peut pas démêler des chaînes d’approvisionnement qui sont complexes et où le coût des composants est aussi très important. L’effort consenti par l’Union européenne pour investir 43 milliards d’euros est assez important. Ce ne sera pas suffisant pour atteindre une autonomie complète dans les semi-conducteurs, mais il est déjà un premier pas vers la maîtrise ou la re-maîtrise de cette industrie », a déclaré Jolivet.

AP Photo
Le commissaire européen au marché intérieur Thierry Breton s’exprime lors d’une cérémonie de signature concernant la loi sur les puces au siège de l’UE à Bruxelles, le mardi 8 février 2022.

La France, en tête

La Banque mondiale indique que la demande de matières premières critiques devrait augmenter de 500 % d’ici 2050 en raison de l’accélération de la transition verte. La France pousse à reconstruire les chaînes d’approvisionnement, notamment pour les semi-conducteurs et les batteries.

Le CEA est un organisme de recherche technologique financé par l’État français qui porte des projets d’innovation tout au long de la chaîne de valeur industrielle. Simon Perraud, directeur adjoint du site de Grenoble, a expliqué que la France et l’Europe doivent maîtriser et diversifier les chaînes de valeur industrielles pour maîtriser leurs futurs systèmes énergétiques.

« Il est important d’investir et de poursuivre la recherche et le développement pour soutenir tout cet écosystème industriel, par exemple en prolongeant l’autonomie des véhicules électriques, en utilisant moins de matériaux critiques dans les batteries, et en développant des procédés de recyclage des batteries pour récupérer plus de métaux. Et tout cela à moindre coût », a déclaré Perraud.

Fabriquer des batteries avec moins de matériaux critiques, c’est l’objectif de la startup française Olenergies. Elle développe des batteries Lithium Fer Phosphate (LFP) sans cobalt ni manganèse pour le stockage massif d’énergie renouvelable ou pour alimenter des centres de données.

« Nous choisissons d’utiliser des matériaux que l’on trouve un peu partout sur la planète et qui sont facilement recyclables, ce qui va nous permettre de fabriquer des batteries qui ont une durée de vie au moins quatre fois supérieure aux batteries au lithium classiques et, surtout, qui sont très réactives. à l’optimisation numérique », déclare Julien Le Guennec, PDG et fondateur d’Olenergies.

Les nouvelles chaînes d’approvisionnement se traduisent par une augmentation des coûts

Moins puissantes mais plus respectueuses de l’environnement, ces batteries sont adaptables grâce à l’intelligence artificielle. Mais, ils coûtent 20% de plus que ceux importés de Chine. Pour se démarquer sur le marché très concurrentiel des batteries LFP, il est nécessaire de produire rapidement une grande quantité.

Olenergies espère ouvrir sa première giga-usine d’ici 2026, dans une course aux ruptures technologiques.

Malin Moberg/Copyright 2019 L'AP.  Tous les droits sont réservés.
DOSSIER – L’éleveur de rennes Niila Inga de la communauté Laevas Sami marche dans la neige au coucher du soleil sur la montagne Longastunturi près de Kiruna, en Suède, le 27 novembre 2019.

La Suède pourrait également fournir la réponse, la société minière publique suédoise LKAB a annoncé avoir découvert un million de tonnes métriques de terres rares à Kiruna, dans le nord du pays, en janvier 2023.

Bien que l’extraction de ces minéraux d’importance capitale prendra du temps, il s’agit du plus grand gisement d’Europe. Ces métaux devraient devenir plus importants que les combustibles fossiles dans la transition de l’Europe vers une plus grande utilisation des énergies renouvelables.

C’est une bonne nouvelle pour l’Europe, mais comme le prévient John Seaman, la reconstruction des chaînes d’approvisionnement européennes se traduira par des prix plus élevés et donc une inflation plus élevée.

Laisser un commentaire

cinq × 4 =