A Greenland shark on the go - could this species be the key to beating heart disease in humans?

Milos Schmidt

Comment les scientifiques ont-ils découvert de nouveaux secrets anti-âge chez le vertébré le plus ancien au monde ?

L’étude a révélé que la hausse des températures des océans pourrait menacer cette espèce unique de requin.

Les requins sont connus comme l’une des créatures les plus puissantes et les plus redoutées de nos océans. Mais il a maintenant été révélé qu’une certaine espèce pourrait nous apprendre à améliorer notre santé cardiaque.

De nouvelles recherches expérimentales présentées lors de la conférence en cours de la Société de biologie expérimentale à Prague montrent que l’activité métabolique musculaire pourrait être un facteur important dans l’incroyable longévité de la plus ancienne espèce de vertébré vivant au monde : le requin du Groenland.

Les scientifiques estiment que ces résultats pourraient être une bonne nouvelle pour la conservation de cette espèce vulnérable et pour la santé humaine.

Le chercheur Ewan Camplisson et un collègue collectent des échantillons sur un requin au Groenland
Le chercheur Ewan Camplisson et un collègue collectent des échantillons sur un requin au Groenland

Ce que les requins peuvent nous apprendre sur la façon de vivre plus longtemps

Les requins du Groenland, également connus sous le nom de somniosus microcephalus, sont les vertébrés qui vivent le plus longtemps, avec une durée de vie prévue de 270 à 500 ans, voire plus.

« Nous voulons comprendre quelles adaptations ils ont pour leur permettre de vivre aussi longtemps », explique Ewan Camplisson, doctorant à l’Université de Manchester qui travaille sur la recherche.

On pensait jusqu’à présent que cette longévité était due à l’environnement froid et aux déplacements limités du requin. On a désormais découvert que les facteurs à l’origine de l’extrême longévité de cette espèce semblent être bien plus complexes.

C’est pourquoi Camplisson et son équipe ont décidé d’étudier des théories alternatives.

« La plupart des espèces présentent des variations dans leur métabolisme avec l’âge », explique Camplisson. « Nous voulions déterminer si les requins du Groenland présentent également ce signe traditionnel de vieillissement ou si leur métabolisme reste inchangé au fil du temps. »

Ewan Camplisson pose avec la partie inférieure d'une mâchoire de requin du Groenland avant sa préservation
Ewan Camplisson pose avec la partie inférieure d’une mâchoire de requin du Groenland avant sa préservation

Quels tests ont été effectués sur les requins du Groenland par les chercheurs ?

Pour mesurer le métabolisme des requins, l’équipe de chercheurs de Camplisson a effectué des tests enzymatiques sur des échantillons de tissus musculaires préservés des créatures.

Ils ont mesuré l’activité métabolique des enzymes à l’aide d’un spectrophotomètre – un instrument qui mesure l’intensité de la lumière absorbée après son passage à travers la solution d’échantillon – sur une gamme d’âges de requins et de températures environnementales différents.

Après ces recherches, Camplisson et son équipe n’ont trouvé aucune variation significative dans l’activité métabolique musculaire selon l’âge des requins.

Cela suggère que leur métabolisme ne semble pas diminuer avec le temps – et pourrait même jouer un rôle clé dans leur longévité.

« C’est très différent de la plupart des animaux, qui ont tendance à montrer une certaine variation dans leur activité enzymatique métabolique à mesure qu’ils vieillissent », explique Camplisson. « Les résultats soutiennent notre hypothèse selon laquelle le requin du Groenland ne présente pas les mêmes signes traditionnels de vieillissement que les autres animaux. »

Comment ces résultats améliorent-ils notre compréhension de la santé du requin du Groenland – et de la nôtre ?

Les résultats de l’étude sur les requins ont également montré que les enzymes métaboliques des espèces du Groenland étaient significativement plus actives à des températures plus élevées.

« Cela suggère que le métabolisme des muscles rouges du requin n’est pas spécialement adapté à l’environnement polaire, sinon nous nous serions attendus à voir moins de différence d’activité liée à la température », explique Camplisson.

Le changement climatique s’accompagne toutefois d’une tendance potentielle particulièrement inquiétante, qui pourrait rendre les espèces à longue durée de vie moins capables de s’adapter et, par conséquent, plus exposées au risque d’extinction.

« Une femelle requin du Groenland peut ne pas devenir sexuellement mature avant l’âge de 150 ans et avec une durée de génération aussi longue, l’espèce aura beaucoup moins de chances de s’adapter aux changements anthropiques de son environnement », explique Camplisson.

Camplisson n’a pas encore terminé ses recherches sur les requins du Groenland.

À l’avenir, il prévoit de tester davantage d’enzymes et de types de tissus pour acquérir une compréhension encore plus approfondie de l’activité métabolique du requin, en gardant à l’esprit les effets du changement climatique.

« Mon objectif ultime est de protéger les espèces et la meilleure façon d’y parvenir est de mieux les comprendre », dit-il.

Que signifient ses découvertes pour les humains et, en particulier, pour les maladies cardiaques ?

« Ce sont des problèmes qui deviennent de plus en plus fréquents et graves avec l’âge », dit-il. « En étudiant le requin du Groenland et son cœur, nous pourrions peut-être mieux comprendre notre propre santé cardiovasculaire. »

Laisser un commentaire

10 − huit =