How do the EU

Jean Delaunay

Comment les nouvelles cartes d’invalidité de l’UE facilitent-elles les voyages transfrontaliers ?

Dans cet épisode de Real Economy, le journaliste d’L’Observatoire de l’Europe Paul Hackett se rend à Ljubljana et à Bruxelles pour découvrir comment les nouvelles cartes européennes d’invalidité et de stationnement visent à faciliter les déplacements transfrontaliers et à améliorer l’accessibilité pour les personnes handicapées.

Le droit de circuler librement et de résider au sein de l’UE est la pierre angulaire de la citoyenneté européenne. Mais pour de nombreuses personnes handicapées, même si cela est possible en théorie, la réalité est très différente.

La nouvelle carte européenne pour personnes handicapées et la carte de stationnement européenne mise à jour pour les personnes handicapées visent à résoudre ce problème en permettant aux utilisateurs de prouver leur statut de handicap partout dans le bloc.

Selon l’agence européenne des statistiques Eurostat, environ 101 millions de personnes, soit 27 pour cent des citoyens de l’UE âgés de plus de 16 ans, souffrent d’un handicap.

Huit pays de l’UE – la Belgique, l’Italie, la Finlande, Malte, Chypre, l’Estonie, la Slovénie et la Roumanie – testent la carte européenne des personnes handicapées depuis 2016. Le succès de l’essai a conduit Bruxelles à faire pression pour son déploiement complet dans l’ensemble du bloc et, le 8 février, cette année, le Parlement européen et le Conseil sont parvenus à un accord provisoire.

Les législateurs ont également convenu de mettre à jour la carte de stationnement européenne pour les personnes handicapées avec une conception européenne standardisée afin de mettre fin à la confusion et à la fraude causées par la mosaïque actuelle de cartes nationales.

Le texte convenu devrait être formellement adopté par le Parlement et le Conseil et soumis au vote lors de la dernière session plénière du Parlement européen entre le 22 et le 25 avril.

Le Forum européen des personnes handicapées a qualifié les derniers développements politiques de « victoire capitale », mais a également souligné qu’il s’agissait d’un premier pas. Par exemple, les nouvelles règles ne s’appliqueront que pour les courts séjours d’une durée maximale de trois mois, à l’exception des titulaires d’une carte d’invalidité qui déménagent dans un autre État membre dans le cadre d’un programme de mobilité, tel qu’Erasmus+.

En outre, les États membres auront 30 mois pour s’adapter et 12 mois supplémentaires pour mettre en œuvre formellement les nouvelles règles, ce qui signifie qu’il faudra encore trois ans et demi pour que la carte soit accessible dans l’ensemble de l’UE.

« Les cartes sont la première étape. Ils éliminent certains obstacles lors du voyage. Ils facilitent les choses, mais ils ne nous permettent pas de jouir du droit de bouger, d’étudier, de travailler. L’évaluation du handicap doit être répétée. Notre handicap ne voyage pas avec nous », a déclaré à L’Observatoire de l’Europe Yannis Vardakastanis, président du Forum européen des personnes handicapées (FED).

Bien plus que faciliter les déplacements

Les deux cartes remplaceront les cartes nationales actuellement délivrées par les autorités locales. Une fois demandés, ils seront délivrés dans un délai de quatre-vingt-dix jours sous forme physique ou numérique, sauf dans les cas où des contrôles médicaux plus longs sont nécessaires. La réception et le renouvellement de la carte européenne d’invalidité seront gratuits, sauf en cas de perte ou d’endommagement.

Les titulaires de carte qui voyagent vers d’autres pays de l’UE auront accès à des réductions sur les transports locaux, à une assistance dans les trains et autres transports publics, à des frais d’entrée réduits ou nuls, à un accès prioritaire et à un parking réservé.

Les nouvelles règles couvriront également le personnel soignant accompagnant ou les animaux de soins. Ceux qui ne bénéficient pas d’un soutien supplémentaire et ont besoin de plus d’assistance peuvent ajouter la lettre « A » sur leur carte, leur donnant droit à une aide supplémentaire lorsqu’elle est présentée.

Une fois qu’un fournisseur tel qu’une galerie ou un musée rejoint le programme, les titulaires de carte des autres pays participants bénéficient des mêmes droits.

Živa Rogelj, responsable de l’éducation à la Galerie nationale de Slovéniea expliqué qu’ils essayaient de rendre la galerie aussi accessible que possible, « pas seulement une entrée gratuite pour les personnes handicapées mais aussi des visites guidées personnalisées ou des ateliers créatifs personnalisés gratuits », a-t-elle déclaré.

L'ancien paralympien Primož Jeralič a utilisé les cartes d'invalidité et de stationnement dans plusieurs pays de l'UE grâce à un projet pilote.
L’ancien paralympien Primož Jeralič a utilisé les cartes d’invalidité et de stationnement dans plusieurs pays de l’UE grâce à un projet pilote.

L’ancien paralympien Primož Jeralič est resté presque complètement paralysé de la taille aux pieds après un accident de ski à l’âge de 24 ans. Aujourd’hui, il utilise les deux cartes.

« Je suis une personne handicapée depuis environ 16 ans maintenant et c’était difficile, surtout en voyageant à travers l’Europe, de m’identifier. Maintenant que je suis titulaire de la carte européenne de handicap, je peux être facilement reconnu comme personne handicapée », a-t-il déclaré à L’Observatoire de l’Europe.

« Au début, je dois dire que j’avais peur de montrer ma carte d’invalidité. Mais j’ai été très surpris car cette carte est reconnaissable dans toute l’Europe. Je voyage beaucoup et j’ai utilisé cette carte en Belgique, en Italie, en Autriche. , la Croatie et l’Allemagne, dans toute l’Europe ».

Prochaines étapes possibles

Le Conseil national des organisations de personnes handicapées de Slovénie (NSIOS) demande que les deux cartes soient fusionnées en une seule pour éviter toute confusion avec les autorités locales et rendre les déplacements moins stressants pour les personnes handicapées.

« Nous souhaitons sensibiliser les personnes handicapées. Et nous voulons attirer davantage de fournisseurs vers la carte. Et enfin, nous espérons qu’un jour la carte européenne et la carte de stationnement seront combinées en une seule », a déclaré Gašper Oblak, représentant du NSIOS.

Pieter Paul Moen est membre de l’équipe de fans d’EDC en Belgique, une organisation bénévole paneuropéenne qui œuvre pour une meilleure inclusion des personnes handicapées. Pieter est autiste et a déclaré à L’Observatoire de l’Europe que la police avait parfois confondu son handicap avec de l’ivresse.

« Nous souhaitons que cette carte soit également utilisée par les secours. Lorsque vous êtes en situation de panique ou de stress, vous pouvez également utiliser cette carte lorsque vous êtes en contact avec la police, une ambulance ou un hôpital. Vous pouvez prouver son handicap aux médecins ou à l’infirmière dans cette situation », a-t-il conseillé.

La commissaire européenne à l’égalité, Helena Dallia expliqué que la carte constitue un pas vers une meilleure intégration, mais a reconnu qu’elle présente certaines limites.

« Avec cette carte, tous les droits dont dispose une personne handicapée dans un pays seront accessibles à toutes les personnes handicapées visitant ce pays particulier. Cette reconnaissance est donc très, très, très importante.

« Bien sûr, nous devons respecter les traités et nous ne pouvons pas aller plus loin que ce que nous avons fait car cela relève de la compétence des États membres. Mais c’est définitivement une amélioration par rapport à ce qui existe actuellement », a-t-elle déclaré à L’Observatoire de l’Europe.

La commissaire européenne chargée de l'égalité, Helena Dalli, et le journaliste d'Euronews Paul Hackett à Bruxelles
La commissaire européenne chargée de l’égalité, Helena Dalli, et le journaliste d’L’Observatoire de l’Europe Paul Hackett à Bruxelles

Le FED réclamait depuis plus d’une décennie une carte européenne pour personnes handicapées. Même si l’organisation reconnaît que les nouvelles règles créeront une plus grande prise de conscience et une plus grande acceptation, elle affirme que les cartes ne faciliteront pas la vie des personnes handicapées qui cherchent à s’installer définitivement dans un autre État membre.

La carte d’invalidité exclut la sécurité sociale, l’assistance sociale et les autres prestations sociales liées à la résidence. Les personnes handicapées souhaitant déménager à long terme dans un autre État perdront leur droit aux prestations liées à la sécurité sociale dans leur pays d’origine. Ils devront peut-être attendre des mois, voire des années, avant que les prestations ne soient traitées dans le nouveau pays de résidence.

Malgré cela, le commissaire Dalli a expliqué que le processus législatif avait été rapide : « cette directive, je suis heureux de le dire, a été l’une des plus rapides ; je veux dire, je n’ai jamais adopté de législation qui ait été adoptée aussi rapidement. Cela montre donc que les États membres sont Je suis très enthousiaste à l’idée de cette carte qui est si importante et qui va grandement améliorer la vie des personnes handicapées.

L’EDF a également indiqué que les cartes ne devraient pas être délivrées automatiquement, sauf si une personne handicapée en a fait la demande ou accepte explicitement que la carte soit délivrée ou renouvelée. Cela garantira que les personnes handicapées ne seront pas tenues de présenter la carte comme preuve de handicap pour un meilleur accès aux services.

Si vous souhaitez plus d’informations sur la carte européenne des personnes handicapées ou comment en obtenir une, cliquez sur le lien ici. Pour regarder l’épisode, cliquez sur la vidéo dans le lecteur multimédia ci-dessus.

Laisser un commentaire

quatorze − 2 =