Ukrainian President Volodymyr Zelenskyy attends a press conference with U.S. Vice President Kamala Harris at the Munich Security Conference at the Bayerischer Hof Hotel in Mun

Milos Schmidt

Comment les actifs de l’État russe pourraient rapporter des dizaines de milliards de liquidités à Kiev

L’octroi d’un prêt pourrait rapporter des dizaines de milliards à l’Ukraine pour financer sa défense, selon les États-Unis.

Une nouvelle proposition américaine suggère que l’Ukraine pourrait disposer de dizaines de milliards d’euros grâce à l’émission d’obligations ou d’un prêt, garantis par le gel des avoirs russes détenus dans l’UE, a rapporté le Financial Times.

La guerre en est maintenant à sa troisième année sans qu’une fin claire soit en vue. Kiev a besoin de 34,45 milliards d’euros supplémentaires pour financer sa défense en 2024.

Alors que les dirigeants de l’UE se sont récemment mis d’accord sur un soutien financier de 50 milliards d’euros à l’Ukraine jusqu’en 2027, l’aide supplémentaire des États-Unis et de l’UE devient de plus en plus difficile à mettre en œuvre. Les responsables occidentaux sont donc à la recherche de moyens de générer davantage de fonds pour l’Ukraine, en utilisant les 260 milliards d’euros. des avoirs russes gelés après le déclenchement de la guerre en février 2022.

Les décideurs politiques américains et européens n’ont pas la même approche quant à la manière d’utiliser les avoirs gelés détenus en Europe pour soutenir l’Ukraine.

Washington était tout à fait favorable à la confiscation et à la remise des fonds à Kiev pour financer sa défense et sa reconstruction, mais les responsables européens préfèrent utiliser les bénéfices uniquement générés par les actifs russes pour ne laisser aucun doute sur le respect du droit international et éviter de risquer des perturbations sur les marchés financiers.

Cependant, au lieu de transférer les intérêts des réserves russes, qui pourraient représenter 3,85 milliards d’euros de bénéfices depuis le début de la guerre, selon le FT, les États-Unis ont une nouvelle proposition sur la façon dont ces fonds peuvent générer davantage sous forme de un prêt à l’Ukraine.

« Nous sommes à un point où nous devrions explorer toutes les voies possibles pour maximiser la valeur des réserves immobilisées pour l’Ukraine », a déclaré FT Daleep Singh, conseiller adjoint à la sécurité nationale des États-Unis pour l’économie internationale, s’exprimant mercredi à Kiev.

Il a ajouté que la proposition américaine impliquerait d’avancer « la valeur actuelle des flux d’intérêts futurs des actifs immobilisés, soit par le biais d’une obligation, soit d’un prêt ».

L’émission d’une obligation ou d’un prêt en contrepartie des bénéfices futurs des actifs russes pourrait rapporter entre 30 et 40 milliards d’euros au cours des dix prochaines années, en fonction fortement des taux d’intérêt futurs.

La question demeure, comme l’ont également fait remarquer des responsables de l’UE au FT, de savoir ce qu’il adviendrait d’une obligation garantie contre 10 ans de paiements d’intérêts provenant d’actifs russes saisis si la guerre devait se terminer plus tôt et si ces actifs étaient restitués à Moscou.

Une solution pourrait être que les États du G7 soutiennent l’obligation avec une garantie d’État, selon une autre idée de responsables non identifiés, citée par le média.

Pendant ce temps, Kiev fait face à des négociations pour restructurer d’urgence sa dette de 20 milliards de dollars (18,77 milliards d’euros) due à des investisseurs privés.

La proposition sera sur la table la semaine prochaine lors des réunions de printemps de la Banque mondiale et du FMI à Washington et les États-Unis attendent une décision lors du sommet annuel des dirigeants du G7 en juin.

Laisser un commentaire

2 + seize =