Comment le rappeur londonien Central Cee comble le fossé entre le Royaume-Uni et les États-Unis

Jean Delaunay

Comment le rappeur londonien Central Cee comble le fossé entre le Royaume-Uni et les États-Unis

Avec ses morceaux en tête des charts, ses collaborations internationales et ses efforts stratégiques pour combler le fossé entre les cultures rap britannique et américaine, il ouvre les portes à d’autres artistes britanniques pour qu’ils suivent ses traces.

Dans les cercles musicaux, une question se pose souvent : pourquoi le Royaume-Uni, doté d’une scène hip-hop florissante débordant de talents exceptionnels, comme Dave, Little Simz, Stormzy et Loyle Carner, n’a-t-il jamais vu un rappeur gravir les échelons de la scène internationale ? célébrité, en particulier dans le berceau même du hip-hop, les États-Unis ?

La réponse pourrait dépendre de plusieurs facteurs. Les États-Unis disposent déjà d’une multitude de talents locaux, alors pourquoi tourneraient-ils leur attention vers le Royaume-Uni ? Et les subtilités de l’argot britannique ainsi que le son et les rythmes distinctifs du hip-hop britannique peuvent s’avérer déroutants pour les étrangers.

Mais voilà, Central Cee, un rappeur de 25 ans originaire de Ladbroke Grove à Londres, a connu un succès fulgurant, devenant l’année dernière le premier rappeur britannique à gagner un milliard de streams en un an. Et il a été présenté par beaucoup comme le premier rappeur britannique à acquérir une véritable reconnaissance à l’étranger.

Alors, comment a-t-il fait ?

Du rappeur underground à la superstar mondiale

Scott Garfitt/AP
Central Cee se produit au Wireless Music Festival, Crystal Palace Park, Londres, Angleterre, le dimanche 12 septembre 2021.

Central Cee, affectueusement surnommé « Cench » par ses fans dévoués, a commencé son parcours musical alors qu’il était adolescent en 2015, faisant plusieurs apparitions sur la célèbre plateforme musicale britannique Link Up TV.

Bien que son style incorpore des éléments de trap mélodique, d’afro-beats et de hip-hop traditionnel, il a consolidé son statut sur la scène rap underground grâce à sa vision unique de la musique de forage britannique. Le genre se caractérise par son tempo rapide de 140, ses 808 percutants et ses liens thématiques avec la culture des gangs et la violence. Alors que la musique d’exercice prospérait largement sous la surface de la scène musicale britannique, Central Cee, avec d’autres comme Digga D et Headie One, a contribué à la propulser sous les projecteurs du grand public.

En 2020, le natif de l’ouest de Londres a commencé à attirer une attention nationale significative avec ses morceaux indéniablement accrocheurs « Loading » et « Day in the Life ». Ensemble, ces chansons ont recueilli près de 500 millions de streams sur Spotify.

Alors, qu’est-ce qui distingue Central Cee de ses pairs ? L’une des principales forces motrices de son succès réside dans son évolution innovante du son de forage britannique conventionnel. Bien que certains puissent lui reprocher de s’écarter de ses racines, il a réussi à trouver une formule gagnante en adoptant une interprétation nettement plus ludique et « mièvre » de l’exercice. En insufflant des éléments R&B et pop dans ses rythmes, sa musique est beaucoup plus accessible et adaptée à la radio, comme en témoignent ses morceaux à succès « Obsessed With You » et « LET GO ».

De plus, le caractère effronté de Cench, sa belle apparence et sa mode élégante contribuent sans aucun doute à son attrait. Avec plus de 8,9 millions de followers sur TikTok, ses vidéos cumulent régulièrement entre 30 et 50 millions de vues par vidéo. Et il a collaboré avec plusieurs grandes marques de streetwear britanniques, telles que Corteiz, qui a sorti un t-shirt « Corteiz x Central Cee » en édition limitée parallèlement au lancement de sa mixtape « 23 ».

La chanson qui a changé la trajectoire de sa carrière

La véritable percée de Cench a eu lieu en 2022 avec son single « Doja ». L’attrait du morceau est évident : il incorpore intelligemment un extrait familier du tube « Let Me Blow Ya Mind » d’Eve et Gwen Stefani en 2001, il nomme le rappeur et chanteur américain en tête des charts Doja Cat, et il s’ouvre sur le provocateur et une phrase accrocheuse : « Comment puis-je être homophobe ? Ma salope est gay. »

La chanson est rapidement devenue un sujet de conversation sur Internet et a explosé sur TikTok parmi les auditeurs de musique de la génération Z.

Il a fait des débuts frappants au numéro 2 des charts britanniques et Doja Cat elle-même a même répondu positivement au morceau sur ses réseaux sociaux. Notamment, Cench a également publié le clip du morceau sur la populaire chaîne YouTube américaine Lyrical Lemonade, faisant de lui le premier artiste britannique à le faire.

Si les États-Unis ignoraient auparavant la présence du rappeur, il attire désormais toute leur attention.

Combler le fossé

Déterminé à maintenir son élan, Cench est apparu sur la très populaire station de radio de Los Angeles, Power 106FM. L’émission, animée par les LA Leakers, est reconnue pour interviewer des artistes rap et leur permettre d’effectuer un freestyle. Pendant son passage à l’antenne, Cench a brillamment exécuté un sketch de rap expliquant les distinctions entre l’argot britannique et américain. « Vous dites ‘Quoi de neuf ?’, nous disons ‘Wagwan ?’ / Vous l’appelez ‘shawty’, nous l’appelons ‘mâchoire’. » Le style libre, qui a désormais recueilli six millions de vues sur YouTube, sert de passerelle pour d’autres rappeurs britanniques, éliminant la barrière linguistique autrefois perçue et rendant la musique plus accessible au public américain. C’est désormais également la pierre angulaire de ses concerts à travers les États-Unis.

Ça va bien et d’autres là-bas…

Cench a continué à faire des vagues à l’étranger en 2023. Plus tôt cet été, il est devenu le premier artiste britannique masculin à rejoindre les rangs de la liste « Freshman Class » du influent magazine hip-hop américain XXL. La sélection annuelle vise à mettre en lumière les talents les plus en vogue de la musique rap et a historiquement contribué à propulser des artistes comme J. Cole, Kendrick Lamar et Wiz Khalifa vers la célébrité. Il a également reçu la reconnaissance des superstars américaines Travis Scott et Tyga, qui ont tous deux partagé sa musique sur leurs réseaux sociaux.

De plus, en août de cette année, il a sorti un autre freestyle radio, cette fois avec sans doute le plus grand rappeur de la décennie, Drake. Leur morceau, intitulé « On The Radar Freestyle », a fait des débuts remarquables en entrant dans le Hot 100 Charts américain au n°80, marquant la première apparition de Cench dans ce classement.

De retour chez lui, Cench a sorti le méga-hit « Sprinter », avec son compatriote rappeur britannique Dave, qui est devenu le tout premier morceau de rap britannique à atteindre dix semaines au n ° 1 des charts officiels.

La question qui se pose désormais est de savoir si le parcours remarquable de Cench est l’étincelle qui déclenchera un mouvement plus large ? Verrons-nous davantage de rappeurs britanniques traverser la frontière et obtenir la reconnaissance qu’ils méritent sur la scène mondiale ? Peuvent-ils maintenir cet élan et continuer à briser les barrières linguistiques et culturelles qui séparent traditionnellement les scènes hip-hop britannique et américaine ?

Seul le temps nous le dira, mais avec Cench en tête, l’avenir s’annonce plus prometteur que jamais pour le rap britannique.

Laisser un commentaire

1 × 1 =