Comment le modèle commercial « toxique » des Big Tech alimente la crise climatique

Jean Delaunay

Comment le modèle commercial « toxique » des Big Tech alimente la crise climatique

On estime que 1 % de la consommation totale d’énergie sur Terre est utilisée pour nous montrer des publicités.

Des publicités personnalisées déconcertantes qui apparaissent en ligne font désormais partie de la vie quotidienne. Mais vous êtes-vous déjà arrêté pour réfléchir à l’énergie qui se dégage de ces attrapes pour attirer votre attention ?

La publicité en ligne était autrefois relativement simple. Une entreprise de tentes achèterait un espace sur un site Web sur le camping, par exemple, et toute personne naviguant sur ce site verrait la même annonce.

Au cours de la dernière décennie, cependant, un nouveau type de « publicité de surveillance » a pris le dessus. Les entreprises rassemblent des données sur nous provenant de nombreuses sources différentes pour faire une offre beaucoup plus ciblée.

Alors que la plupart d’entre nous sont conscients des publicité – et ont des sentiments différents à ce sujet – peu comprennent les mécanismes exacts derrière cela, et à quel point ils sont avides de pouvoir.

Pour la première fois, des chercheurs ont analysé les empreinte carbone dans le cadre d’une étude plus large sur l’impact climatique des Big Tech.

Quelle est l’empreinte carbone des publicités personnalisées ?

REUTERS/Sigtryggur Ari
Serveurs pour le stockage de données en Islande. Le secteur des TIC produit environ 2 à 3,9 % des émissions mondiales – plus que le carburant de l’aviation mondiale, souligne le rapport.

On estime que 1 % de la consommation totale d’énergie sur Terre est utilisée uniquement pour diffuser des publicités en ligne.

Un nouveau rapport de l’organisation caritative environnementale Global Action Plan montre que la majorité de ce 1% est effectivement gaspillée en raison du système complexe d’enchères qui se déroule dans les coulisses.

Chaque fois que nous cliquons sur une page Web, nous déclenchons une chaîne d’enchères en temps réel (RTB) alors que les annonceurs se font concurrence pour nous montrer des publicités. 178 billions de transactions RTB ont lieu chaque année en Europe et aux États-Unis, traitées par centres de données qui utilisent environ 200 térawattheures d’énergie chaque année. C’est plus que la consommation énergétique nationale totale d’un pays de taille moyenne.

« 99,999 % de la bande passante et de la puissance de calcul utilisées dans RTB n’entraînent pas la diffusion d’une impression publicitaire », explique l’expert Dr Augustine Fou. La comptabilisation de l’activité des bots et de la fraude publicitaire pousse les émissions de CO2 de la technologie publicitaire encore plus haut.

Comment la technologie publicitaire stimule-t-elle le consumérisme ?

SOPA Images/ Davide Bonaldo/REUTERS
La « publicité de surveillance » est à l’origine de la dégradation du climat, selon le rapport.

Les publicités qui gagnent une place sous nos yeux conduisent également inutilement consommationindique le rapport, proposant des produits dont nous n’avons pas besoin.

Purpose Disruptors – une organisation fondée par d’anciens leaders de l’industrie – a récemment calculé que la publicité britannique en ligne et hors ligne a ajouté 32% supplémentaires à l’empreinte carbone annuelle de chaque personne en Grande-Bretagne en 2022. Cela est dû aux émissions de gaz à effet de serre qui résultent de l’augmentation des ventes générées par la publicité.

« La façon de faire des affaires de Big Tech est fondamentalement en contradiction avec les efforts visant à éviter l’aggravation de la crise climatique », déclare Oliver Hayes, responsable des politiques et des campagnes chez Global Action Plan.

« Ces plates-formes et leurs profits exorbitants reposent sur le traitement d’énormes quantités de données à un coût carbone direct énorme. »

La Big Tech est source de division et de distraction

Héberger et tirer profit des publicités en ligne est loin de l’étendue de l’influence des Big Tech sur le changement climatique.

Le rapport examine comment les mêmes algorithmes qui profilent et ciblent les utilisateurs avec des publicités engendrent la division et la distraction, ce qui rend finalement plus difficile la prise de mesures climatiques cruciales.

Tout comme les gens qui consomment des théories du complot sur Facebook sont nourris de messages qui confirment leurs opinions, la désinformation provocatrice sur le climat et la désinformation est priorisée par les algorithmes car elle conduit à plus d’engagement.

InfluenceMap a révélé que sur 51 désinformation climatique annonces diffusées aux États-Unis sur les plateformes Facebook au cours des six premiers mois de 2020, une seule a été supprimée par la société de médias sociaux. Les autres ont suivi leur cours en recueillant 8 millions d’impressions sur une période de six mois – des impressions dont Meta profite directement.

Pendant ce temps, le Corporate Europe Observatory a constaté que le secteur technologique dépensait plus de 97 millions d’euros par an pression Institutions de l’UE. Cela en fait le plus grand secteur de lobbying de l’UE en dépensant, devant les produits pharmaceutiques, les combustibles fossiles, financeou produits chimiques.

« Les milliardaires de la Big Tech sont les barons du pétrole du XXIe siècle et leur impact sur le changement climatique n’en est pas moins destructeur. Ce document devrait servir de signal d’alarme au mouvement climatique », déclare Susie Alegre, avocate, experte en droits humains numériques et auteur du rapport.

Les militants appellent le mouvement climatique à se joindre à des efforts plus larges pour s’attaquer au modèle commercial de Big Tech et limiter le pouvoir des plateformes en ligne.

Laisser un commentaire

1 + 16 =