Comment la montée de la droite pourrait compromettre les rêves de défense européenne de Macron

Martin Goujon

Comment la montée de la droite pourrait compromettre les rêves de défense européenne de Macron

PARIS — La décision surprise d’Emmanuel Macron de convoquer des élections anticipées pourrait mettre à mal les ambitieux projets de défense européenne du président français.

L’ampleur du désarroi sera révélée après le second tour des élections législatives, dimanche.

Macron s’est autoproclamé porte-étendard de la cause ukrainienne ces derniers mois, suggérant même d’y déployer des troupes. Il a évoqué l’utilisation des armes nucléaires françaises pour protéger le continent et a fait pression pour que les pays de l’UE émettent des dettes pour acheter des armes et travailler sur des projets de défense communs.

C’est contraire à tout ce que représente le Rassemblement national de Marine Le Pen.

Sur la défense, « on ne sera probablement pas aligné sur Macron, et ce sera sa responsabilité de respecter la volonté du peuple », a déclaré le député Rassemblement national Philippe Ballard, réélu dès le premier tour de l’élection dimanche dernier.

« La vision de Macron n’est clairement pas la nôtre, il croit en une Europe fédérale… nous croyons à la souveraineté, il veut faire de la France et de l’Italie des provinces locales à l’intérieur de l’Europe. Nous sommes contre cette vision », a-t-il ajouté.

Il est difficile de prédire l’issue du scrutin de dimanche. On peut s’attendre à une victoire de l’extrême droite ou à un parlement sans majorité absolue où le RN, les centristes de Macron et la gauche se disputent le pouvoir. Aucun de ces scénarios n’est favorable au président.

« Il y a un risque d’incertitude sur la clarté de ce que veut réellement la France avec un président de la République, un Premier ministre, potentiellement un président de l’Assemblée nationale et un président du Sénat venant potentiellement de couleurs politiques différentes », a déclaré Thomas Gassilloud, membre du parti Renaissance de Macron et ancien président de la commission de la défense de l’Assemblée nationale.

En fonction de l’ampleur du succès du Rassemblement national, le président français pourrait être amené à former un gouvernement de « cohabitation » avec le parti et à nommer son leader Jordan Bardella au poste de Premier ministre.

Un parlement sans majorité absolue rendra également très difficile pour Macron de faire avancer son programme de défense.

Le parti de gauche La France insoumise, qui fait partie de la coalition du Nouveau Front populaire, partage les positions eurosceptiques et anti-OTAN du Rassemblement national. Si d’autres membres de l’alliance de gauche, comme les socialistes et les Verts, soutiennent davantage l’Ukraine et les institutions européennes, les divisions internes font qu’il est peu probable que Macron obtienne un soutien clair de la gauche pour ses propositions de défense européenne.

L’effondrement du centre est un problème croissant sur tout le continent. De la Hongrie à la Slovaquie, en passant par les Pays-Bas et l’Italie, des pays comme la France ont opté ces dernières années pour des partis populistes. Mais si cela se produit en France, pays doté de l’arme nucléaire et membre permanent du Conseil de sécurité de l’ONU, cela aurait des répercussions mondiales.

Le Rassemblement national est conscient que certaines de ses politiques sont inacceptables pour un électorat plus large et a retiré certaines de ses idées les plus controversées.

Les appels à un rapprochement avec la Russie et à une sortie du commandement intégré de l’OTAN ont disparu. Bardella a déclaré qu’il ne reviendrait pas sur la décision de Macron de déployer une présence militaire française en Roumanie et des missions de police aérienne dans les pays baltes. Le parti affirme désormais qu’il soutiendra Kiev, mais refuse d’envoyer des missiles à longue portée et des troupes en Ukraine.

« À mesure que la base électorale du Rassemblement national s’élargit, son discours devient moins radical », a déclaré un haut responsable militaire français, s’exprimant sous couvert d’anonymat pour évoquer une situation politique sensible.

Mais le Rassemblement national reste avant tout un parti eurosceptique, méfiant à l’égard de l’OTAN et des principaux alliés de la France. Berlin et Washington sont toujours décrits comme des ennemis cachés qui œuvrent contre les intérêts français.

« Les alliés suivent la politique française et se rendent compte qu’il n’est pas crédible que la France veuille mener une politique européenne s’il y a un gouvernement d’extrême droite », explique Héloïse Fayet, chercheuse au think tank IFRI.

Même si le président français est le commandant en chef des forces armées, il existe de nombreuses façons différentes pour un gouvernement d’extrême droite, ou même simplement une Assemblée nationale dominée par le Rassemblement national, de saper Macron.

Marine Le Pen a déjà clairement fait savoir que son camp n’avait pas l’intention de laisser le président français obtenir ce qu’il veut en matière de défense et de politique étrangère.

La dirigeante d’extrême droite a également un long passé de flirt politique avec le Kremlin, Macron l’accusant directement d’être à la solde de la Russie. Cette semaine, Moscou a donné sa bénédiction au Rassemblement national avant le second tour de scrutin.

Même si l’extrême droite affirme désormais soutenir Kiev, la coopération entre Macron et le Rassemblement national sur l’armement de l’Ukraine s’annonce difficile.

En début de semaine, le député Rassemblement national Laurent Jacobelli a mis en doute la promesse d’Emmanuel Macron de livrer des Mirage 2000-5 à l’Ukraine si son parti entre au gouvernement. Si le président français peut décider de fournir des armes à Kiev, le ministre de la Défense signe les documents pour que cela se réalise.

Même un parlement sans majorité absolue pourrait empêcher l’aide militaire à l’Ukraine. Jean-Luc Mélenchon, le chef de l’Etat inflexible, a déclaré qu’il soutenait la poursuite des livraisons d’armes à l’Ukraine, mais s’inquiétait des dangers d’une escalade du conflit avec Moscou. Il n’est pas certain que ses députés accepteraient d’obtenir de nouveaux fonds pour envoyer davantage d’armes.

En fonction de l’ampleur du succès du Rassemblement national, le président français pourrait être amené à nommer son chef Jordan Bardella au poste de Premier ministre. | Ludovic Marin/AFP via Getty Images

Le désarroi politique en France sape également les efforts de Macron pour amener le continent à commencer à réfléchir de manière indépendante à sa propre défense – une inquiétude croissante si l’ancien président américain Donald Trump revient à la Maison Blanche.

« Il est très clair que tout ce qui n’a pas encore été établi mais qui existe en tant qu’idée ou initiative française est mort », a déclaré Ulrike Franke, chercheuse principale au Conseil européen des relations étrangères. « Même si Macron continue de donner des idées, nous saurons tous qu’il n’y a rien derrière, aucun financement ou soutien du gouvernement ou du Parlement. »

La volonté de Macron d’emprunter conjointement avec l’UE pour investir dans l’industrie de la défense (un plan également soutenu par l’Estonie et la Pologne) serait sérieusement entravée par un gouvernement d’extrême droite – mais aussi par un parlement sans majorité absolue.

Ce débat est « déjà affecté » par la décision de Macron de convoquer des élections anticipées, a déclaré Pierre Haroche, chercheur en politique européenne. Lors du dernier sommet des dirigeants européens, « le débat sur les obligations de défense est passé d’une simple présentation à une lettre, puis à rien du tout », a-t-il déclaré.

Sur la dissuasion nucléaire, Macron a appelé à ouvrir un débat avec les pays européens sur le rôle des armes nucléaires françaises dans la sécurité du continent.

Il est peu probable que cela se produise sous un gouvernement d’extrême droite.

Un manifeste du Rassemblement national publié en juin stipule que les armes nucléaires françaises ne peuvent être utilisées que pour la défense de la France – une réponse claire à la proposition de Macron.

Les responsables américains tentent de minimiser les inquiétudes concernant l’impact d’un gouvernement d’extrême droite à Paris.

L’OTAN « s’efforce de s’assurer que nous disposons des défenses adéquates dans toute l’Alliance, là où elles sont nécessaires », a déclaré le secrétaire d’État américain Antony Blinken, interrogé sur une victoire de Le Pen dimanche. « Je ne vois pas vraiment cela changer, quelle que soit la politique actuelle en Europe. »

Mais les capitales européennes sont inquiètes.

« Les Européens suivent de très près ce qui se passe aujourd’hui en France, notamment les pays nordiques et les pays baltes, explique Gassilloud, membre du parti Renaissance. La montée du Rassemblement national les inquiète énormément. »

Si le Rassemblement national est favorable à une coopération bilatérale en matière de défense, on ne sait pas ce qu’il adviendra de projets comme le projet franco-allemand de développement d’un char de combat de nouvelle génération ou le projet franco-germano-espagnol de nouvel avion de combat. Les députés du Rassemblement national et de France Insoumise ont tous deux tenté à plusieurs reprises de supprimer des lignes budgétaires pour ces deux programmes ces dernières années.

La France est également un acteur clé dans la relance de liens politiques et de défense plus étroits avec l’Allemagne et la Pologne dans le cadre du « triangle de Weimar » – mais cela pourrait également être abandonné, surtout si Bardella est aux commandes.

« Pour l’Allemagne, travailler de manière productive avec un gouvernement d’extrême droite est un problème politique », a déclaré Franke de l’ECFR.

Laisser un commentaire

quatre × 2 =