Comment la France a appris à aimer Big Brother

Martin Goujon

Comment la France a appris à aimer Big Brother

De Napoléon aux Jeux olympiques d’été de 2024, Paris a passé 200 ans à construire un État de surveillance.

PARIS – Liberté. Égalité. Mais principalement: sécurité.

Tout a commencé avec Napoléon Bonaparte. En deux siècles, la France a bricolé un appareil de surveillance capable d’intercepter les communications privées ; conserver les données de trafic et de localisation jusqu’à un an ; stocker les empreintes digitales des personnes; et surveiller la majeure partie du territoire avec des caméras.

Ce système, qui a été rejeté par les organisations de défense des droits numériques et les experts des Nations Unies, sera sous les feux de la rampe aux Jeux olympiques d’été de Paris en 2024. En juillet de l’année prochaine, la France déploiera à grande échelle, en temps réel, assisté par algorithme caméras de vidéosurveillance, une première en Europe. (Non inclus dans le forfait : reconnaissance faciale.)

Le mois dernier, le parlement français a approuvé un plan gouvernemental controversé visant à permettre aux enquêteurs de suivre les criminels présumés en temps réel via l’accès à la géolocalisation, à la caméra et au microphone de leurs appareils. Paris a également fait pression sur Bruxelles pour être autorisé à espionner les journalistes au nom de la sécurité nationale.

Aider la France sur la voie de la surveillance de masse : un État historiquement fort et centralisé ; une puissante communauté d’application de la loi; discours politique de plus en plus centré sur la loi et l’ordre ; et les attentats terroristes des années 2010. Dans le sillage du programme du président Emmanuel Macron pour la soi-disant autonomie stratégique, les géants français de la défense et de la sécurité, ainsi que les startups technologiques innovantes, ont également reçu un coup de pouce pour les aider à concurrencer mondialement les entreprises américaines, israéliennes et chinoises.

« Dès qu’il y a un problème de sécurité, le premier réflexe est la surveillance et la répression. Il n’y a aucune tentative, ni en paroles ni en actes, de l’aborder sous un angle plus social », a déclaré Alouette, une militante de l’ONG française de défense des droits numériques La Quadrature du Net qui utilise un pseudonyme pour protéger son identité.

Alors que les lois sur la surveillance et la sécurité se sont accumulées au cours des dernières décennies, les défenseurs se sont alignés sur des côtés opposés. Les partisans soutiennent que les forces de l’ordre et les agences de renseignement ont besoin de tels pouvoirs pour lutter contre le terrorisme et la criminalité. La vidéosurveillance algorithmique aurait empêché l’attentat terroriste de Nice en 2016, a affirmé Sacha Houlié, un éminent législateur du parti Renaissance de Macron.

Les opposants soulignent l’effet des lois sur les libertés civiles et craignent que la France ne se transforme en une société dystopique. En juin, le chien de garde chargé de surveiller les services de renseignement a déclaré dans un rapport sévère que la législation française n’était pas conforme à la jurisprudence de la Cour européenne des droits de l’homme, notamment en ce qui concerne le partage de renseignements entre les agences françaises et étrangères.

« Nous sommes dans un débat polarisé avec les bons et les méchants, où si vous vous opposez à la surveillance de masse, vous êtes du côté des méchants », a déclaré Estelle Massé, responsable législative Europe et responsable mondiale de la protection des données à l’ONG des droits numériques Access Now.

Les attentats du 11 septembre et de Paris en 2015 ont accéléré la surveillance de masse en France, mais la tradition du pays en matière d’espionnage, de surveillance et de collecte de données remonte à Napoléon Bonaparte au début des années 1800.

« Historiquement, la France a été à l’avant-garde de ces questions, en matière de fichiers et d’archives de police. Sous le Premier Empire, le gouvernement français très centralisé était déterminé à quadriller l’ensemble du territoire », a déclaré Olivier Aïm, maître de conférences à Sorbonne Université Celsa et auteur d’un livre sur les théories de la surveillance. Avant les appareils électroniques, le papier était le principal outil de contrôle car les documents d’identification servaient à contrôler les déplacements, a-t-il expliqué.

L’empereur français a relancé la préfecture de police de Paris – qui existe à ce jour – et a chargé les forces de l’ordre de nouveaux pouvoirs pour contrôler les opposants politiques.

Dans les années 1880, Alphonse Bertillon a conçu une méthode d’identification des suspects et des criminels à l’aide de caractéristiques biométriques | Peter Macdiarmid/Getty Images

Dans les années 1880, Alphonse Bertillon, qui travaillait pour la préfecture de police de Paris, a introduit une nouvelle façon d’identifier les suspects et les criminels à l’aide de caractéristiques biométriques – l’ancêtre de la reconnaissance faciale. La méthode Bertillon fera alors des émules à travers le monde.

Entre 1870 et 1940, sous la Troisième République, la police a tenu un fichier massif – surnommé le fichier central de la sécurité nationale – avec des informations sur 600 000 personnes, dont des anarchistes et des communistes, certains étrangers, des criminels et des personnes qui demandaient des pièces d’identité.

Après la fin de la Seconde Guerre mondiale, une France meurtrie s’est éloignée du discours sécuritaire pur et dur jusqu’aux années 1970. Et au début du 21e siècle, les attentats du 11 septembre aux États-Unis ont marqué un tournant, inaugurant un flux constant de lois controversées sur la surveillance – sous des gouvernements de gauche comme de droite. Au nom de la sécurité nationale, les législateurs ont commencé à donner aux services de renseignement et aux forces de l’ordre des pouvoirs sans précédent pour espionner les citoyens, avec un contrôle judiciaire limité.

« La surveillance couvre une histoire de la sécurité, une histoire de la police, une histoire du renseignement », a déclaré Aïm. « Les problèmes de sécurité se sont intensifiés avec la lutte contre le terrorisme, l’organisation de grands événements et la mondialisation. »

Dans les années 1970, avant l’ère des smartphones omniprésents, l’opinion publique française a d’abord repoussé l’utilisation de la technologie pour surveiller les citoyens.

En 1974, alors que les ministères commençaient à utiliser des ordinateurs, Le Monde révélait un projet de fusion de tous les dossiers des citoyens en une seule base de données informatisée, un projet connu sous le nom de SAFARI.

Le projet, abandonné au milieu du scandale qui en a résulté, a conduit les législateurs à adopter une législation solide sur la protection des données, créant la CNIL, l’organisme de réglementation de la confidentialité du pays. La France est alors devenue l’un des rares pays européens à disposer de règles de protection des libertés publiques à l’ère de l’informatique.

Cependant, la diffusion massive de la technologie – et plus particulièrement des caméras de vidéosurveillance dans les années 1990 – a permis aux politiciens et aux responsables locaux de proposer de nouvelles promesses séduisantes : la sécurité en échange de la technologie de surveillance.

En 2020, il y avait environ 90 000 caméras de vidéosurveillance alimentées par la police et le gendarmerie en France. L’Etat aide les élus locaux à les financer via un fonds public dédié. Après les violentes émeutes de début juillet en France – qui ont également vu Macron interdire les réseaux sociaux pendant les périodes de troubles – le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin annoncé il allouerait rapidement 20 millions d’euros pour réparer les appareils de vidéosurveillance cassés.

En parallèle, la montée en puissance des géants de la tech tels que Google, Facebook et Apple dans la vie de tous les jours a conduit à ce que l’on appelle le capitalisme de surveillance. Et pour les décideurs politiques français, la collecte de données par les géants américains de la technologie est devenue au fil des ans un argument pour expliquer pourquoi l’État devrait également être autorisé à collecter des informations personnelles sur les personnes.

« Nous donnons aux startups californiennes nos empreintes digitales, notre identification faciale ou l’accès à notre vie privée depuis notre salon via des enceintes connectées, et nous refuserions que l’État nous protège dans l’espace public ? » Le sénateur Stéphane Le Rudulier du parti conservateur Les Républicains dit en juin pour justifier l’utilisation de la reconnaissance faciale dans la rue.

Des résistances à la surveillance de masse existent en France au niveau local, notamment contre le développement des villes dites sûres. Les ONG de défense des droits numériques peuvent se vanter de quelques victoires : Dans le sud de la France, La Quadrature du Net a remporté une victoire devant un tribunal administratif, bloquant les projets de test de reconnaissance faciale dans les lycées.

Certains mouvements populaires se sont opposés aux programmes de surveillance au niveau local, mais la poussée législative à l’échelle nationale s’est poursuivie | Ludovic Marin/AFP via Getty Images

Au niveau national, cependant, les lois sur la sécurité sont une force trop puissante, malgré quelques affaires en cours devant la Cour européenne des droits de l’homme. Par exemple, la France a de facto ignoré plusieurs décisions de la plus haute juridiction de l’UE qui ont jugé illégale la conservation massive de données.

Souvent au centre des pressions de la France pour plus de surveillance de l’État : le ministre de l’Intérieur. Ce bureau influent, dont la circonscription comprend la communauté des forces de l’ordre et du renseignement, est décrit comme un «tremplin» vers le poste de premier ministre – ou même la présidence.

« Les ministres de l’intérieur sont souvent puissants, connus et hyper présents dans les médias. Chaque nouveau ministre fait pression pour de nouvelles réformes, de nouveaux pouvoirs, conduisant à la construction d’une tour de sécurité sans fin », a déclaré Massé d’Access Now.

Sous le socialiste François Hollande, Manuel Valls et Bernard Cazeneuve sont tous deux passés de ministre de l’Intérieur à Premier ministre en 2014 et 2016 respectivement. Nicolas Sarkozy, ministre de l’Intérieur de Jacques Chirac de 2005 à 2007, a ensuite été élu président. Tous ont adopté de nouvelles lois sur la surveillance sous leur mandat.

Au cours de l’année écoulée, Darmanin a contribué à faire pression pour l’utilisation de drones de police, allant même à l’encontre de la CNIL.

Pour les politiciens, même au niveau local, il y a peu à gagner sur le plan électoral en s’opposant à l’espionnage élargi et à la surveillance de l’espace public. « Beaucoup à gauche, surtout dans les villes compliquées, se sentent obligés d’y aller, craignant d’être accusés d’être indulgents (avec la criminalité) », a déclaré Noémie Levain, analyste juridique et politique à La Quadrature du Net. « Le coût politique de l’annulation d’une loi sur la sécurité est trop élevé », a-t-elle ajouté.

C’est aussi le cas qu’il y a souvent peu de réaction du public. En mars, le même jour, une poignée de députés français ont voté pour autoriser les caméras de vidéosurveillance alimentées par l’IA aux Jeux olympiques de Paris en 2024, environ 1 million de personnes sont descendues dans la rue pour protester contre… la réforme des retraites de Macron.

Pour les politiques, la compétitivité industrielle de la France est aussi en jeu. Le pays abrite des géants de la défense qui se mêlent à la fois du secteur militaire et du secteur civil, comme Thalès et Safran. Parallèlement, Idemia est spécialisée dans la biométrie et l’identification.

« Ce qui accélère la législation, c’est aussi un contexte industriel et géopolitique mondial : les technologies de surveillance sont un cheval de Troie pour l’intelligence artificielle », a déclaré Caroline Lequesne Rot, professeure associée à l’Université Côte d’Azur, ajoutant que les décideurs français s’inquiétaient des rivaux étrangers. « L’Europe est prise entre la mainmise de la Chine et des Etats-Unis. L’idée est de donner à nos entreprises un accès aux marchés et de leur permettre de se former. »

En 2019, le ministre du numérique de l’époque, Cédric O, avait déclaré au Monde que l’expérimentation de la reconnaissance faciale était nécessaire pour permettre aux entreprises françaises d’améliorer leur technologie.

L’appareil de surveillance français sera pleinement exposé aux Jeux olympiques de 2024 | Patrick Kovarik/AFP via Getty Images

Pour l’industrie de la vidéosurveillance – qui a rapporté 1,6 milliard d’euros en France en 2020 – les Jeux olympiques de Paris 2024 seront une occasion en or de tester leurs produits et services et de montrer ce qu’ils peuvent faire en matière de surveillance alimentée par l’IA.

XXII – une startup d’IA financée par le ministère des Forces armées et au moins un soutien politique – a déjà laissé entendre qu’elle serait prête à sécuriser le méga événement sportif.

« Si nous n’encourageons pas le développement de solutions françaises et européennes, nous risquons de devenir plus tard dépendants de logiciels développés par des puissances étrangères », ont écrit les législateurs Philippe Latombe, du parti allié de Macron, Modem, et Philippe Gosselin, des Républicains, dans un rapport parlementaire sur la vidéosurveillance publié en avril.

« En ce qui concerne l’intelligence artificielle, perdre le contrôle signifie saper notre souveraineté », ont-ils ajouté.

Laisser un commentaire

2 − 1 =