Comment gagner les élections européennes

Martin Goujon

Comment gagner les élections européennes

Le Parlement européen a publié mercredi son dernier Eurobaromètre avant les élections de juin.

Les résultats de l’enquête, composés des réponses de 26 411 entretiens en face-à-face menés entre le 7 février et le 3 mars, fournissent aux directeurs de campagne un aperçu pratique de l’opinion publique quelques semaines après l’élection.

Nous avons analysé les chiffres pour créer un guide étape par étape pour tout gagner.

Dans l’ensemble de l’UE, même s’il n’y a pas de « question prioritaire » incontrôlable, la lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale, la santé publique, le soutien à l’économie et à la création d’emplois, ainsi que la défense et la sécurité ont été identifiés comme les sujets qui devraient être prioritaires lors des campagnes électorales.

Les questions généralement polarisantes telles que l’égalité des sexes, l’inclusion et la diversité, ainsi que l’aide humanitaire et l’aide au développement, sont classées en dernière position, avec 2 pour cent et 3 pour cent des personnes interrogées les classant comme premières priorités souhaitées pour les campagnes. De même, des sujets plus délicats, tels que les droits des consommateurs et la numérisation de l’économie et de la société européennes, n’ont pas réussi à captiver l’imagination du public.

Il est intéressant de noter que le sujet de la migration et de l’asile, bien qu’il figure dans le top 10, ne semble pas aussi important qu’on aurait pu l’espérer : seulement 8 % l’ont cité comme une question prioritaire, et un peu moins d’un quart l’ont mentionné comme une question prioritaire. priorité du tout.

Naturellement, les principaux thèmes des campagnes sont fortement influencés par les circonstances nationales. Ce n’est peut-être pas une coïncidence si les pays du « front oriental » de l’UE sont les plus préoccupés par la défense et la sécurité du bloc. De même, le fait que la migration et l’asile soient une question clé à Chypre et à Malte reflète la visibilité de cette question dans ces pays.

En outre, les thèmes prioritaires des campagnes diffèrent selon les générations : pour les membres de la génération X, les baby-boomers et les personnes nées avant 1946, la défense et la sécurité de l’UE sont la première priorité. D’un autre côté, la génération Y donne la priorité au soutien de l’économie et à la création d’emplois, tandis que la génération Z se concentre sur la lutte contre le changement climatique.

Bonnes nouvelles! Les données de l’Eurobaromètre montrent que 60 pour cent des Européens sont au moins intéressé lors des prochaines élections. Cela peut donner l’impression que la barre est basse, et c’est parce qu’elle l’est – dans l’Eurobaromètre précédant les élections de 2019, un peu moins de 50 % d’intérêt ont été signalés.

De plus, il s’agit du premier Eurobaromètre depuis 2011 dans lequel davantage de citoyens de l’UE ont une image positive du Parlement européen plutôt qu’une vision neutre, ce qui ne peut donc qu’augmenter à partir de maintenant.

Soixante et onze pour cent des Européens déclarent qu’ils voteront probablement en juin, soit 10 points de pourcentage de plus que ceux qui avaient déclaré qu’ils le feraient en 2019 (même si seulement 51 pour cent ont fini par le faire).

Malgré un faible taux de participation (bien qu’il ait augmenté ces dernières années), la présidente du Parlement, Roberta Metsola, a adopté un point de vue optimiste : « Les Européens sont conscients que les enjeux sont élevés dans les urnes. 8 Européens sur 10 déclarent que voter est encore plus important compte tenu du contexte.»

Sachant que les données de cette enquête datent principalement de février, les crises mondiales en cours pourraient continuer à mettre les élections sur la carte plus que les années précédentes.

Laisser un commentaire

neuf + 3 =