Comment faire un parfum : Rencontrez le 'nez' Patricia de Nicolaï

Jean Delaunay

Comment faire un parfum : Rencontrez le ‘nez’ Patricia de Nicolaï

Patricia de Nicolai est née dans l’une des familles de parfumeurs les plus anciennes et les plus connues de France – la maison Guerlain.

Que faut-il pour être un « nez » : un créateur de parfums ?

Patricia de Nicolaï, responsable de la marque de parfums Parfums de Nicolaï, affirme que le talent naturel ne suffit pas.

« Il faut d’abord avoir une passion, je pense. Vous ne pouvez pas simplement compter sur un cadeau. Tout cadeau se travaille et il ne peut se travailler que si on a une passion car il y a un côté extrêmement fastidieux », explique de Nicolaï, expliquant que parfois des centaines de tests différents sont réalisés pour un même parfum.

Chacun des parfums de Nicolaï contient entre 18 et 35 produits différents. Ces matières premières sont méticuleusement pesées, notées et évaluées, puis formulées en une multitude de combinaisons avant de trouver un parfum prometteur.

Pour éviter de trop s’habituer à un seul parfum, de Nicolaï travaille sur plusieurs tests sur plusieurs parfums différents chaque jour.

« C’est très long. Parfois, vous pouvez travailler pendant des semaines sur un parfum qui ne fonctionnera pas nécessairement… il n’y a pas de règles mathématiques qui soutiennent la création de parfum. Contrairement à d’autres domaines, tout est très expérimental et empirique.

« Je ne pouvais pas lancer quelque chose que je n’aime pas. Je pense que le goût, mon goût personnel, donne cette signature olfactive à ma marque. C’est exactement ce que j’essaie de faire depuis le début de cette aventure qui a commencé il y a plus de 32 ans ».

Une affaire de famille

Patricia de Nicolaï est née dans l’une des familles de parfumeurs les plus anciennes et les plus connues de France : la maison Guerlain.

Immergée dans l’univers de la parfumerie dès son plus jeune âge, elle décide d’étudier le métier alors qu’il s’agit d’un secteur largement dominé par les hommes à l’époque. Elle pensait qu’un jour elle pourrait continuer à travailler dans l’entreprise familiale :

« Mon oncle était venu me dire : ‘Va te former, tu viendras chez Guerlain un jour’. Ce n’est jamais arrivé. Dans les années 1980, la marque Guerlain était encore dirigée à 100% par la famille et en particulier par des hommes, notamment par le frère de ma grand-mère, qui n’aurait pas envisagé qu’une femme, ou une femme de la famille, puisse entrer dans l’entreprise, ce qui ne s’était jamais produit auparavant », raconte de Nicolaï.

« Au début des années 1980, il y avait très peu de femmes parfumeurs. Cela a vite changé par la suite. Mais disons simplement que j’étais un peu un pionnier.

En 1988, de Nicolaï devient la première femme lauréate du Prix International des Jeunes Parfumeurs (Société Française des Parfumeurs) et elle fait le pari de lancer sa propre marque en 1989.

Plus de 30 ans plus tard, la marque est toujours aussi forte avec des magasins à travers le monde.

En 2008, de Nicolaï a reçu le ‘Chevalier de la Légion d’Honneur’, la Légion d’Honneur de la France, reconnaissant sa réussite en tant que créatrice de parfums.

Laisser un commentaire

cinq × 1 =