This 2022 photo provided by Samuel Timothy Fabian shows an Atlas moth used to test the interaction of flying insects with artificial light, photographed at ICL.

Milos Schmidt

Comme un papillon de nuit devant une flamme ? Une nouvelle recherche montre que les insectes ne sont pas attirés par la lumière – ils sont simplement confus

Les lumières artificielles brouillent les systèmes de navigation des insectes, selon de nouvelles recherches.

Comme un papillon de nuit enflammé, de nombreux scientifiques et poètes ont longtemps supposé que les insectes volants étaient simplement et inexorablement attirés par les lumières vives.

Mais ce n’est pas exactement ce qui se passe, suggère une nouvelle étude.

Plutôt que d’être attirés par la lumière, les chercheurs pensent que les lumières artificielles la nuit peuvent en fait brouiller les systèmes de navigation innés des insectes volants, les faisant flotter dans la confusion autour des lampes de porche, des lampadaires et autres balises artificielles.

« Les insectes ont un problème de navigation », explique Tyson Hedrick, biologiste à l’Université de Caroline du Nord à Chapel Hill, qui n’a pas participé à la recherche. « Ils sont habitués à utiliser la lumière comme indicateur pour savoir dans quelle direction se trouve le haut. »

La lumière artificielle sème la confusion chez les insectes

Les insectes ne volent pas directement vers une source de lumière, mais « penchent le dos vers la lumière », explique Sam Fabian, entomologiste à l’Imperial College de Londres et co-auteur de l’étude publiée mardi dans la revue Nature Communications.

Cela aurait du sens si la source de lumière la plus puissante se trouvait dans le ciel. Mais en présence de lumières artificielles, le résultat est une confusion dans les airs et non une attraction.

Pour l’étude, les chercheurs ont attaché de minuscules capteurs à des papillons de nuit et des libellules dans un laboratoire pour filmer une vidéo de vol en « capture de mouvement » – de la même manière que les cinéastes attachent des capteurs aux acteurs pour suivre leurs mouvements.

Cette photo de 2022 fournie par Samuel Timothy Fabian montre des expériences en cours sur l'effet de la lumière artificielle sur les insectes volants sauvages à Monteverde, au Costa Rica.
Cette photo de 2022 fournie par Samuel Timothy Fabian montre des expériences en cours sur l’effet de la lumière artificielle sur les insectes volants sauvages à Monteverde, au Costa Rica.

Ils ont également utilisé des caméras haute résolution pour filmer des insectes tourbillonnant autour des lumières sur un site au Costa Rica.

Cela leur a permis d’étudier en détail comment les libellules tournent sans fin autour des sources lumineuses, en se positionnant dos aux faisceaux. Ils ont également documenté que certains insectes se retournent – et s’écrasent souvent – en présence de lumières qui brillent vers le haut comme des projecteurs.

Les chercheurs ont découvert que le vol des insectes était le moins perturbé par des lumières vives qui brillent directement vers le bas.

« Pendant des millions d’années, les insectes s’orientaient en sentant que le ciel était clair et le sol sombre » – jusqu’à ce que les hommes inventent les lumières artificielles, explique Avalon Owens, un entomologiste de Harvard qui n’a pas participé à la recherche.

Laisser un commentaire

un × quatre =