My Wildest Prediction is a podcast series from Euronews Business where we dare to imagine the future with business and tech visionaries.

Milos Schmidt

Commanderiez-vous un taxi volant ? Ils décolleront pour la première fois à Paris cet été

Même si les taxis volants peuvent encore paraître de la science-fiction, ils sont sur le point de devenir une réalité avant la fin de l’année. Les véhicules électriques en forme de drone de Volocopter sont prêts à prendre leur envol à Paris, à l’occasion des Jeux Olympiques de 2024.

Dirk Hoke, ancien PDG d’Airbus Defence and Space, est à l’origine de cette initiative révolutionnaire chez Volocopter, une start-up allemande pionnière dans l’introduction sur le marché des taxis aériens électriques : la révolution la plus disruptive en matière de mobilité urbaine depuis le début du siècle.

De la science-fiction à la réalité

Les véhicules volants sont depuis longtemps un incontournable des films de science-fiction. Dans « Le Cinquième Élément » (1997), un taxi volant se lance dans une passionnante course-poursuite en voiture dans les rues d’un New York futuriste. De même, « Blade Runner » (1982) dépeint des voitures volantes, connues sous le nom de « spinners », dominant le ciel d’un Los Angeles futuriste en 2019. « Minority Report » (2002) dépeint un futur Washington de 2054 où les véhicules volants, y compris les taxis, sont un spectacle commun.

Mais cette vision est sur le point de devenir réalité. « Je pense que beaucoup de gens pensent que ce n’est pas réalisable ou que cela prendra des décennies », affirme Dirk Hoke, PDG de Volocopter. « Nous commencerons l’exploitation commerciale cette année, pas dans 10 ans. »

Je crois que le ciel sera l’incarnation de la mobilité en tant que service, de l’électrification et de la numérisation.

Dirk Hoke

PDG de Volocopter

Basée en Allemagne, Volocopter est une start-up sur le point de lancer les tout premiers services eVTOL au monde : des avions électriques à décollage et atterrissage verticaux. Ces avions électriques offrent des avantages potentiels en termes de bruit, d’impact environnemental et de coût par rapport aux avions traditionnels, offrant ainsi une solution innovante pour naviguer dans les villes encombrées.

Les visiteurs du stand Oshkosh EAA '21 photographient Volocopter VoloCity.
Les visiteurs du stand Oshkosh EAA ’21 photographient Volocopter VoloCity.

Les premiers vols d’essai auront lieu au-dessus des rues de Paris cet été, à l’occasion des Jeux olympiques de 2024. Ces vols relieront les aéroports de Paris-Charles de Gaulle et du Bourget, s’intégrant ainsi au hub le plus fréquenté de la ville. De plus, ils relieront la barge Austerlitz à l’héliport de Paris au-dessus des zones urbaines et exploreront les itinéraires touristiques vers l’aérodrome de Saint-Cyr-l’École.

« Cela nous donne le temps de démontrer à la population que c’est sûr et calme, car je pense que quiconque a vécu dans une mégapole sait à quel point la vie en ville est stressante et il ne faut pas ajouter de facteur de stress », déclare Dirk Hoke. .

Il reconnaît toutefois que le vol urbain ne conviendra pas à tout le monde. « Cela ne remplacera pas les transports en commun », dit-il. « Cela donnera aux individus d’autres options en cas de goulots d’étranglement et aura également un énorme cas d’utilisation dans les zones où nous utilisons aujourd’hui des hélicoptères dans des villes qui sont beaucoup plus bruyantes et moins sûres ».

« Par exemple, pour le transport des services médicaux d’urgence, pour amener le médecin à un accident plus rapidement, ou pour transporter des organes vers une chirurgie, dans un temps plus court, de manière plus durable et plus silencieuse. »

Un drone rencontre un hélicoptère et un Uber

Dans « Le Cinquième Élément », le taxi volant de Bruce Willis ressemble aux emblématiques berlines-taxis jaune vif de taille moyenne de la ville de New York. Cependant, l’apparence des taxis Volocopter diffère considérablement des taxis actuels.

Ces véhicules sont conçus pour parcourir entre 20 et 30 km à une vitesse de croisière de 90 à 100 km/h. « Il s’agit d’un modèle multi-hélicoptère spécialisé pour voler en milieu urbain », explique Hoke.

Le taxi aérien VoloCity, qui ressemble à un hybride entre un drone et un hélicoptère, comporte deux sièges et 18 rotors, ce qui le rend « remarquablement facile à piloter », selon Hoke.

Le Volocopter 2x avec équipage vole devant ADP et Skyports Vertiport au banc d'essai de Pontoise-Cormeille.
Le Volocopter 2x avec équipage vole devant ADP et Skyports Vertiport au banc d’essai de Pontoise-Cormeille.

Cependant, il manque des pilotes pour ce genre de véhicule. « À l’heure actuelle, nous n’avons déjà pas assez de pilotes pour les avions commerciaux. Cette pénurie représente un défi de taille, car l’envergure, les ressources et les profils requis font défaut dans le monde entier. »

D’autres défis incluent la technologie des batteries, les certifications et l’acceptation du public.

Hoke souligne l’importance de l’intégration avec d’autres modes de transport, en soulignant les partenariats avec des entités comme Uber et G7, le plus grand opérateur de taxi de Paris, pour assurer des transitions fluides pour les passagers.

« Je crois que dans cette décennie, nous pourrons rivaliser avec les taxis dans la rue », ajoute-t-il.

Il pense que plusieurs facteurs détermineront la mise à l’échelle. Premièrement, les progrès de la technologie des batteries détermineront dans combien de temps ils pourront utiliser des véhicules plus gros pouvant transporter plus de passagers.

Deuxièmement, l’intégration dans des systèmes de gestion du trafic basés sur des applications sera cruciale pour surmonter les limitations actuelles de capacité.

Hoke compare le business case de Volocopter à l’arrivée d’Uber.

« Personne ne s’attendait à ce qu’il y en ait dans tous les pays imaginables. Mais, dans la plupart des villes, à l’heure actuelle, vous pouvez commander un taxi Uber. »

Il pense que les gens comprendront bientôt que les taxis volants sont « un ajout intéressant à notre vie » et pourront en commander un.

Laisser un commentaire

10 − 5 =