« C'est une bombe à carbone » : Explorer l'industrie forestière suédoise

Jean Delaunay

« C’est une bombe à carbone » : Explorer l’industrie forestière suédoise

La Suède est l’un des plus grands exportateurs mondiaux de matériaux à base de bois. Nous rencontrons les forestiers qui essaient de promouvoir des pratiques plus durables pour l’industrie.

L’Europe est dotée de magnifiques forêts. Ils sont vitaux pour nous : ils assainissent notre air et contribuent même à lutter contre le changement climatique. Mais ils sont aussi très demandés.

Nous abattons des arbres pour fabriquer nos maisons, nos meubles, notre papier. Nous avons détruit, replanté et exploité des forêts. En Europe, le nombre de forêts augmente, mais leur santé décline.

Alors, comment pouvons-nous les restaurer durablement ?

En Suède, les forêts couvrent les deux tiers de la Suède et de nombreuses personnes en dépendent pour leur subsistance. C’est le pays le plus boisé de l’Union européenne.

Bien que connues pour leur éthique pro-environnementale, les forêts anciennes de la Suède ont disparu et ont été remplacées par des monocultures d’arbres.

Pierre Johnson
Markus Steer dit qu’un bon indicateur de la bonne santé d’une forêt est la mousse qui recouvre le sol. Il permet à la forêt de jouer son rôle de « puits de carbone »

Per Jiborn, membre du conseil d’administration de la Société suédoise pour la conservation de la nature, connaît une chose ou deux sur le sujet. Il a accepté de me montrer les résultats d’une technique souvent utilisée en Suède qui ressemble. C’est ce qu’on appelle la coupe à blanc.

Qu’est-ce que la coupe à blanc ?

La coupe à blanc est une technique d’exploitation forestière où les arbres sont abattus uniformément un par un en succession rapide. Il est préféré par certains forestiers car c’est le moyen le plus rapide de tirer profit des arbres abattus.

Cependant, comme le montre Jiborn, l’impact qu’il peut laisser sur un bloc de terre est dévastateur.

« Il y a 10 ans, tout cela n’était qu’une forêt. Maintenant, vous avez du soleil toute la journée. Tout cela va se dessécher. Les insectes ont un monde totalement différent dans cette région », explique Jibborn.

En plus des insectes qui n’ont pas de sol pour se nourrir, les terres autrefois boisées ne peuvent pas retenir le carbone. Plus de forêts signifie plus d’absorption de carbone, ce qui signifie moins de carbone qui nuit à notre environnement.

« Lorsque la matière organique se décompose, elle libère du carbone dans l’atmosphère. Mais une forêt a aussi des activités de stockage de carbone. Sur une coupe à blanc, il n’y a à peu près que la décomposition en cours. Et cela signifie qu’ici en Suède, il faut environ au moins sept ans pour que la forêt ne soit qu’une source de carbone », explique un forestier en chef de Plockhugget et défenseur de la forêt à Jiborn.

« Une coupe à blanc est une bombe climatique. Si vous excluez la coupe à blanc de la foresterie, vous excluez cette partie « bombe » ! » Steer ajoute.

L’industrie suédoise du bois le conteste. Elle dit qu’elle replante plus d’arbres qu’elle n’en coupe et qu’elle a un impact positif sur le climat.

Des pratiques plus durables

Steer travaille avec des propriétaires fonciers qui souhaitent gérer leurs forêts de manière plus durable, comme Peter Johnson.

Sur les terres de Johnson, il n’y a pas de coupe à blanc. Au lieu de cela, les arbres à couper sont sélectionnés. Ceux qui ont une haute valeur environnementale sont laissés sur pied. Et il y en a beaucoup, avec différentes variétés telles que l’épicéa, le pin, le bouleau, le chêne, le tremble et le frêne.

Pierre Johnson
Un moyen simple et rapide d’estimer l’âge d’un arbre est de lui faire un câlin

La diversité des types d’arbres aide les plantes et les insectes de la forêt à se nourrir. Les forêts de Johnson sont gérées selon la technique de la «foresterie à couverture continue». Cela signifie moins de coûts pour la préparation du sol et la plantation.

« Maintenant, nous n’avons que le coût de l’abattage d’un arbre qui génère un bon profit. Et nous avons la forêt qui est toujours là. De nombreux coûts que nous avions l’habitude d’avoir pour couper de petits arbres, ils ont disparu », explique Johnson.

Les forêts jouent alors pleinement leur rôle de puits de carbone. C’est l’un des objectifs d’une importante loi sur la restauration de la nature actuellement négociée au niveau de l’UE.

Qu’est-ce que la loi de restauration de la nature ?

L’Union européenne veut améliorer l’état des écosystèmes bien au-delà des parcs naturels, dans le but de restaurer les écosystèmes d’ici 2050. Mais il y a du travail à faire dans les forêts.

Près de la moitié d’entre eux sont en mauvais état, selon Virginijus Sinkevičius, le commissaire européen à l’environnement.

« Les forêts sont multi-tâches. Ils purifient notre air, ils nous donnent de l’ombre et atténuent les températures, mais ils sont aussi un grand puits de carbone. Et si nous perdons ce puits de carbone, nous perdons l’une des valeurs les plus importantes que les forêts nous apportent », a déclaré Sinkevičius à L’Observatoire de l’Europe.

La loi Restauration de la Nature n’est pas non plus uniquement liée à l’économie forestière. Au lieu de cela, l’UE cherche à augmenter les espaces verts dans les espaces urbains, à restaurer les écosystèmes marins et à inverser le déclin des insectes pollinisateurs.

Une future loi européenne sur la restauration de la nature peut-elle changer le paysage de la Suède ?

« Je pense que c’est une possibilité (opportunité). Parce que nous pouvons utiliser plus de forêts pour les loisirs, le tourisme axé sur la nature, et nous pourrions gagner plus d’argent et générer plus d’emplois », conclut Jiborn.

Laisser un commentaire

vingt − deux =