C'est le spectacle Nigel Farage

Martin Goujon

C’est le spectacle Nigel Farage

Il reste 17 jours avant les élections générales, et Rishi Sunak et Keir Starmer se retrouvent éclipsés par Nigel Farage, sept fois candidat député élu et leader réformiste du Royaume-Uni.

Tandis que Starmer s’emploie à promouvoir la vision travailliste d’une manne d’emplois verts et que Sunak fait une série d’arrêts de campagne pour le Parti conservateur, le leader réformiste britannique Farage pointe son bazooka à viande rouge directement sur la base conservatrice.

Aujourd’hui, Farage lance son « contrat » avec les électeurs – parce que « les manifestes sont devenus synonymes de promesses non tenues », comme l’a dit Alex Wilson, le seul membre du parti à l’Assemblée de Londres – lors d’un grand événement dans la ville galloise de Merthyr Tydfil à partir de 13 heures.

Attendez-vous à ce que le manifeste de Farage contienne de nombreux chevauchements avec son « projet de travail », notamment des politiques visant à quitter la Convention européenne des droits de l’homme, à supprimer le zéro net, à geler l’immigration « non essentielle » et à abolir les droits de succession sur toutes les successions inférieures à 2 millions de livres sterling. Tous les trucs de la droite conservatrice seraient très appréciés.

Suivez chaque rebondissement avec l’équipe L’Observatoire de l’Europe en direct.

Laisser un commentaire

seize − 11 =