C'est ce qui manque aux objectifs de la politique climatique de l'UE à l'horizon 2040

Jean Delaunay

C’est ce qui manque aux objectifs de la politique climatique de l’UE à l’horizon 2040

Ce sont des mesures que l’Union européenne doit immédiatement mettre en place afin de construire une société durable pour 2040 – et mettre un terme aux émissions nocives, écrit la députée européenne Emma Wiesner.

L’UE doit continuer à assumer sa responsabilité globale de réduction des émissions.

Lorsque la Commission européenne commencera à travailler sur nos objectifs climatiques pour 2040, nous devrons mettre en place des objectifs conformes à l’objectif à long terme de neutralité climatique et une politique conforme à l’objectif de 1,5°C.

Pour y parvenir, nous devons étendre le système d’échange de quotas d’émission (ETS) et mettre des étiquettes de prix sur les émissions d’un plus grand nombre de secteurs.

En plus de cela, il manque un élément important dans la boîte à outils de la politique climatique de l’UE : il est temps que nous fassions en sorte qu’il soit plus facile pour les consommateurs de faire la distinction entre les produits fabriqués à partir de matériaux fossiles et les produits fabriqués à partir de matériaux renouvelables.

En fin de compte, l’UE devrait éliminer progressivement les contenus fossiles de tous les biens.

Que manquons-nous dans notre réflexion ?

Aujourd’hui, l’EU ETS a un impact énorme sur le CO2 émis directement dans l’atmosphère, mais ce n’est toujours pas le cas des produits à base de matériaux fossiles.

Nous devrions mettre en place une redevance de marché ou un système de quotas pour les matières fossiles dans les produits d’ici 2040, et l’UE doit s’assurer que tous les produits qui ajoutent aux émissions liées à la consommation en Europe sont étiquetés avec leur empreinte carbone.

À cette fin, toute l’électricité vendue et produite dans l’UE doit être marquée de manière transparente. Des garanties d’origine en temps réel et des informations claires sur l’empreinte carbone doivent donc être la norme européenne pour l’électricité.

La science est claire : pour atteindre nos objectifs climatiques mondiaux, nous devons à la fois réduire les émissions et créer une technologie pour capter et stocker les gaz à effet de serre de l’atmosphère.

Robert Michael/dpa via AP
Des membres du groupe de protestation Last Generation participent à un blocus de sit-in à Dresde, juillet 2023

La science est claire : pour atteindre nos objectifs climatiques mondiaux, nous devons à la fois réduire les émissions et créer une technologie pour capter et stocker les gaz à effet de serre de l’atmosphère.

L’UE a besoin de nouvelles politiques pour stimuler rapidement la création de puits de carbone et le captage à grande échelle du CO2 atmosphérique et biogénique.

Pour que cette technologie se développe assez rapidement, nous avons besoin d’instruments et de modèles financiers qui peuvent aider à la transition.

C’est ce que la Commission européenne devrait faire

Après l’invasion à grande échelle de l’Ukraine par la Russie en 2022, il est clair pour tout le monde que l’énergie fossile a joué son rôle. Travaillons pour vraiment le mettre derrière nous.

Afin de créer une transition plus rapide vers l’énergie verte, nous avons besoin d’une coopération constante qui garantira la sécurité énergétique et augmentera les investissements dans les énergies renouvelables.

Les politiques de l’UE pour une véritable union de l’énergie doivent être renforcées.

De plus, le biogaz devra jouer un rôle clé pour briser notre dépendance aux énergies fossiles, accroître la sécurité et la circularité énergétiques, et assurer la durabilité et la concurrence du secteur agricole.

Chaque État membre doit commencer à payer sa dette carbone et se voir attribuer un objectif technique d’élimination du carbone pour 2040 basé sur les émissions accumulées du pays dans l’atmosphère entre 1890 et 1990.

AP Photo/Valentin Bianchi
Un homme rame un bateau dans une rue résidentielle après une inondation à Angleur, province de Liège, juillet 2021

Alors que la Commission européenne planifie à l’avance les objectifs climatiques de 2040, je leur ai envoyé ces idées concrètes sur la manière d’intensifier l’action climatique de l’UE.

Tout d’abord, nous avons besoin d’un nouvel objectif climatique de l’UE pour 2040 où les émissions seront réduites de 95 % par rapport à 1990. Pour faciliter ce processus, il devrait y avoir un système de redevances ou de quotas de marché pour les intrants fossiles dans les produits et un étiquetage obligatoire des l’empreinte carbone de tous les produits vendus sur le marché unique de l’UE.

Nous devrions également étendre l’EU ETS, dès que possible, pour inclure les émissions des secteurs des transports, du logement et des déchets, et d’autres secteurs, et que les quotas gratuits soient complètement supprimés.

En outre, chaque État membre doit commencer à payer sa dette carbone et se voir attribuer un objectif technique d’élimination du carbone pour 2040 basé sur les émissions accumulées du pays dans l’atmosphère entre 1890 et 1990.

Un système commun d’enchères devrait être mis en place, distinct de l’ETS, où les acteurs privés et les États membres peuvent acheter et vendre des absorptions de carbone pour atteindre leurs objectifs.

Davantage d’instruments dans la politique agricole commune sont nécessaires pour accroître la production de carbone et inciter à poursuivre l’action climatique pour le secteur agricole.

Nous devons également créer un marché pour les acteurs privés pour financer la culture du carbone dans les secteurs agricole et forestier.

L’Union européenne est une union d’action

Pour aider à augmenter les énergies renouvelables, nous avons besoin d’une interdiction complète des combustibles fossiles dans la production d’énergie d’ici 2040, ainsi que d’une augmentation des objectifs de coopération énergétique de l’UE de 15 % à 25 %.

Nous devrions également doubler le budget des réseaux transeuropéens d’énergie (RTE-E) pour faciliter la connexion au réseau dans toute l’UE et mettre en place des labels obligatoires avec des garanties d’origine et d’empreinte carbone pour toute l’électricité produite et vendue dans l’UE.

L’Union européenne est une union du climat, une union de l’énergie et une union d’action. Nous devons favoriser une culture de coopération où nous faisons avancer les choses — pour une meilleure union et un monde meilleur.

AP Photo/Manu Fernández
Des enfants se rafraîchissent sur une plage urbaine du parc Madrid Rio à Madrid, juillet 2023

Enfin, 75% du fumier dans l’UE devrait être utilisé pour créer une production compétitive de biogaz d’ici 2035 et 100% d’ici 2040.

Cela devrait s’accompagner d’une stratégie européenne pour le biogaz, comprenant des mesures visant à stimuler la production, la distribution, le financement et la fiscalité nationaux.

L’Union européenne est une union du climat, une union de l’énergie et une union d’action. Nous devons favoriser une culture de coopération où nous faisons avancer les choses — pour une meilleure union et un monde meilleur.

Laisser un commentaire

cinq × quatre =