Celebrating 25 years of the euro: a retrospective and future outlook

Milos Schmidt

Célébrer les 25 ans de l’euro : rétrospective et perspectives d’avenir

Pour commémorer les 25 ans de la monnaie unique en Europe, nous demandons à des étudiants, des travailleurs et à un ancien président de la Banque centrale européenne leurs points de vue sur le passé, le présent et l’avenir de l’euro et de la zone euro.

Vingt pays, une monnaie unique : l’euro fête ses 25 ans d’existence, après avoir résisté à diverses crises et à une pandémie mondiale, et est devenu l’une des monnaies les plus importantes au monde.

Cet anniversaire offre l’occasion d’évaluer la manière dont la zone euro a surmonté ces défis et mis en œuvre des réformes pour assurer la stabilité de sa monnaie, tout en examinant également les réalisations et les perspectives à venir.

« Une déclaration de l’existence d’une Europe unie »

Alors, pourquoi l’euro a-t-il été créé et comment la monnaie a-t-elle survécu aux nombreux défis auxquels elle a été confrontée ?

Real Economy s’est entretenu avec l’ancien président de la Banque centrale européenne (BCE), Jean-Claude Trichet, sur certains des jalons qui ont marqué l’histoire de la monnaie unique.

« La création de l’euro répond à la nécessité d’avoir un véritable marché unique, un véritable marché unique », a-t-il expliqué.

« C’était vraiment une décision majeure, mais aussi une sorte d’affirmation, de déclaration de l’existence d’une Europe unie. Et ce que nous avons prouvé, c’est qu’en effet, les Européens étaient capables de créer une monnaie sérieuse et forte. 79% des Européens  » Les membres de la zone euro approuvent l’euro. Pour moi, c’est la plus belle des récompenses. « 

Jean-Claude Trichet, ancien président de la BCE, s'entretient avec Fanny Gauret d'Euronews.
Jean-Claude Trichet, ancien président de la BCE, s’entretient avec Fanny Gauret d’L’Observatoire de l’Europe.

Revenant sur son mandat de président de la Banque centrale européenne, Jean-Claude Trichet a révélé que « deux périodes très intenses » lui ont laissé l’impression la plus significative.

« Le monde financier s’effondrait après la faillite de Lehman Brothers et il a fallu prendre très rapidement une multitude de décisions extrêmement importantes. Cela a demandé des efforts considérables.

« Ensuite, il y a eu la période de mai 2010, qui a marqué le véritable début de la crise de la dette souveraine en Europe. Cinq pays européens au total, à mon époque, ont été placés dans une situation très difficile. Et cela a nécessité, je crois, un courage extraordinaire décisions des pays impliqués pour surmonter la crise, de leurs gouvernements et bien sûr de la Banque centrale européenne, qui, dans toutes ces questions, était en première ligne.

Concernant ce que l’avenir pourrait réserver à la monnaie unique, Jean-Claude Trichet s’est dit « convaincu que le chemin vers une confédération européenne, une véritable confédération européenne, avec encore plus d’unité sur les fronts budgétaire et économique, ainsi qu’une véritable l’unité en matière de défense, de sécurité et de diplomatie est une nécessité à long terme. »

À la suite de ces crises, l’Eurogroupe a créé le Mécanisme européen de stabilité pour aider les pays membres confrontés à des difficultés économiques.

Dans les pays qui l’ont adopté, l’euro a changé la vie quotidienne des citoyens, rendant plus accessibles les voyages, les achats ou les études à l’étranger.

Comment les jeunes Européens perçoivent-ils l’euro ?

Nous avons rencontré un groupe d’étudiants en économie de l’université de Nanterre, à l’ouest de Paris, pour découvrir comment les gens nés à l’ère de l’euro perçoivent la monnaie.

« En grandissant avec cela, j’ai trouvé que c’était surtout un avantage d’avoir une monnaie stable et forte », explique Thomas.

« S’il y a deux défis, à mon avis, auxquels l’euro doit répondre, c’est bien l’euro numérique, et en particulier la mise en œuvre de politiques monétaires accommodantes pour l’investissement dans des projets verts », a-t-il ajouté.

« Il y a aussi une question sur l’avenir de la Banque centrale européenne et les politiques qu’elle mettra en œuvre. Elles pourraient être plus égalitaires », a déclaré Benjamin, un autre étudiant.

Selon l’Eurobaromètre, 79 % des Européens vivant dans la zone euro approuvent la monnaie unique pour l’ensemble de l’Europe, tandis que 69 % l’approuvent pour leur propre pays.

Parmi les pays les plus satisfaits figurent la Finlande, l’Irlande et l’Allemagne ; les moins satisfaits sont la Croatie, Chypre et l’Italie.

Opinions mitigées sur la monnaie unique en Italie

Notre dernier voyage aura lieu à Rome, la capitale italienne, où les avis sur la monnaie européenne sont mitigés.

« Cela a entraîné une énorme augmentation des prix de tous les produits que je vends », a déclaré une femme interrogée par Real Economy.

« C’était mieux avec la livre parce qu’il y avait une souveraineté monétaire », a expliqué un autre homme.

Pour savoir s’il y a effectivement des gagnants et des perdants parmi les membres de la zone euro, nous avons rencontré Giovanni Farese, professeur agrégé d’histoire économique à l’Université européenne de Rome.

« La politique monétaire n’est jamais neutre », a-t-il déclaré à Real Economy.

« En Italie, par exemple, la croissance économique a été décevante pour beaucoup d’entre nous au cours des 25 ou 30 dernières années. Mais bien sûr, la politique monétaire n’est qu’une partie de la politique économique. Ce qu’il faut, c’est renforcer d’autres aspects et dimensions de la politique économique. … Mais bien sûr, si vous avez une politique monétaire unique sans une politique budgétaire unique, vous manquez une étape. Le processus est donc incomplet. »

Giovanni Farese, professeur agrégé d'histoire économique, Université européenne de Rome
Giovanni Farese, professeur agrégé d’histoire économique, Université européenne de Rome

Comment la zone euro peut-elle mieux se préparer aux futurs défis économiques ?

Des réformes telles qu’une politique budgétaire unifiée pourraient permettre à la zone euro de mieux absorber les chocs économiques.

Depuis le début de la guerre en Ukraine, le taux d’inflation annuel dans la zone euro a culminé à 10,6 % en octobre 2022. Il est ensuite retombé à 2,4 % en novembre 2023.

En revanche, l’inflation annuelle moyenne depuis la création de l’euro est de 1,95 %.

La BCE, dont la mission est la stabilité financière et le maintien de l’inflation annuelle en dessous de 2%, maintiendra son engagement dans cette direction, assure Piero Cipollone, membre du directoire de la BCE.

Piero Cipollone, membre du directoire de la BCE
Piero Cipollone, membre du directoire de la BCE

« L’Eurosystème a su réagir au fil des années à l’évolution des circonstances. Souvenons-nous tous du « quoi qu’il en coûte » de Mario Draghi qui a changé et stabilisé le marché. L’important est donc d’être prêt à comprendre la réalité, à comprendre comment s’adapter. , pour être prêt à s’adapter.

« L’économie change, la société change, la technologie change, les habitudes des gens changent et les paiements électroniques deviennent de plus en plus une réalité quotidienne. L’Eurosistema doit donc s’y préparer. Et il le fait en réfléchissant au billet de banque du futur, un billet de banque numérique. billet de banque. L’euro numérique.

L’euro numérique ouvrira un nouveau chapitre dans l’histoire de la monnaie européenne.

Laisser un commentaire

huit + quatre =