"Ce que nous avons réalisé en Europe est unique dans l'histoire", déclare le Premier ministre grec

Jean Delaunay

« Ce que nous avons réalisé en Europe est unique dans l’histoire », déclare le Premier ministre grec

L’Observatoire de l’Europe demande à Kyriakos Mitsotakis, le Premier ministre grec, quels sont les enjeux des prochaines élections européennes.

Les élections européennes aura lieu en juin, la première depuis le début de la pandémie de COVID-19, le début de l’invasion à grande échelle de l’Ukraine par la Russie et la crise énergétique qui a suivi a poussé les États membres à se démener pour diversifier leurs approvisionnements.

Des changements majeurs devraient donc être apportés aux politiques en matière de défense, de santé, de climat et d’énergie au cours des cinq prochaines années.

Dans cet épisode de Global ConversationNikoleta Drougka d’L’Observatoire de l’Europe s’entretient avec Kyriakos Mitsotakis, le Premier ministre grec, pour découvrir ce que les élections européennes signifieront pour l’Europe.

Pour regarder l’interview, cliquez sur la vidéo dans le lecteur multimédia ci-dessus ou lisez l’intégralité ci-dessous.

**Nikoleta Drougka, L’Observatoire de l’Europe :**Premier ministre, merci de nous recevoir. Les élections européennes sont dans moins de trois mois. Quels sont selon vous les plus grands défis de l’Europe et quels sont les enjeux de cette élection ?

**Kyriakos Mitsotakis, Premier ministre grec :**Je pense que ce sont des élections particulièrement importantes pour l’Europe dans son ensemble, compte tenu du contexte économique et géopolitique plus large. Ils se déroulent dans une période très mouvementée avec une guerre fait rage sur notre flanc oriental, avec une crise humanitaire importante qui se déroule à Gazaalors que l’Europe sort de cinq années très, très difficiles.

Je pense que c’est aussi l’occasion pour nous de faire le point sur ce que nous avons accompli lors du dernier cycle électoral européen et de mettre en avant les succès significatifs de l’Union européenne.

Grâce à la coopération de toutes les institutions, nous avons pu nous défendre avec succès contre le COVID-19. Nous avons créé la NextGeneration EUqui, pour des pays comme la Grèce, revêt une importance particulière en termes de nous aider à stimuler notre croissance et également à faciliter la transition verte et numérique.

Nous sommes restés, contre toute attente et contre toute attente de certains de nos ennemis, unis face à l’Ukraine. Et maintenant, nous devons nous tourner vers le prochain cycle et nous assurer que nous sommes aptes à relever les nouveaux défis à venir.

Kyriakos Mitsotakis

Premier ministre de Grèce

**Nikoleta Drougka, L’Observatoire de l’Europe :**Dans quelle mesure êtes-vous préoccupé par les voix de plus en plus fortes contre l’Europe, les voix anti-européennes ?

**Kyriakos Mitsotakis, Premier ministre grec :**Je pense qu’il y aura toujours des voix pour remettre en question les succès de l’Europe et en effet, certaines plaintes, je dirais, pourraient être justifiées. Mais en fin de compte, si l’on considère le tableau d’ensemble, je reste fermement convaincu que l’avenir de l’Union européenne est prometteur et que l’Europe a été capable de répondre aux attentes de ses citoyens.

Et c’est pourquoi nous devons faire valoir ce que nous avons accompli, mais aussi ce que nous devons réaliser à l’avenir. Parce que lorsque vous envisagez le prochain cycle électoral et les grands problèmes qui nous attendent, ceux que je soulignerais personnellement sont au nombre de trois. Tout d’abord, la nécessité de transformer l’autonomie stratégique d’un slogan en une politique réelle et efficace.

Regardez la défense, par exemple. Nous devons non seulement dépenser davantage pour la défense, mais nous devons également coordonner nos dépenses en matière de défense. Le deuxième défi concerne la compétitivité européenne globale. Comment pouvons-nous garantir que l’Europe reste compétitive face à la Chine, aux États-Unis et aux pays du Sud ? Cela se traduira par de meilleurs emplois et des emplois mieux rémunérés pour les citoyens européens.

Le troisième défi consiste à être plus précis et plus sectoriel. Cela concerne l’agriculture et nos agriculteurs, à une époque où la sécurité alimentaire figure parmi nos priorités. Nous devons comprendre que certaines des mesures que nous avons prises au cours des cinq dernières années en matière de transition verte ont exercé beaucoup plus de pression que nous ne l’avions peut-être prévu sur nos agriculteurs et que nous devons veiller à ce que la transition verte soit exécutée à un rythme qui n’ait pas d’impact significatif sur les revenus de nos agriculteurs.

**Nikoleta Drougka, L’Observatoire de l’Europe :**Diriez-vous que parfois le plus grand ennemi de l’UE est l’UE elle-même ?

**Kyriakos Mitsotakis, Premier ministre grec :**Regardez, nous sommes 27, et je parle du Conseil européen, qui se réunit plusieurs fois par an dans une salle et nous devons tous nous mettre d’accord à l’unanimité. Il s’agit d’un processus qui prend inévitablement du temps, mais qui implique également des compromis et nécessite parfois de prendre du recul pour réaliser le bien commun européen.

Telle est la nature de l’Union européenne. Parallèlement à la réflexion sur l’élargissement de l’Europe, nous devons également réfléchir aux moyens de rendre notre processus décisionnel plus efficace. Cela s’annonce également un exercice compliqué car tout changement nécessitera encore une fois l’unanimité et l’accord de tous les États membres. Il faut reconnaître que ce que nous avons réalisé en Europe est unique dans l’histoire du monde.

Nous avons volontairement confié des pouvoirs à une entité supranationale et nous devons faire en sorte que ce juste équilibre entre la prise de décision aux niveaux européen et national fonctionne chaque jour. Mais encore une fois, c’est, entre guillemets, le « prix » que nous devons payer pour pouvoir également récolter les bénéfices de notre participation à l’Union européenne.

Nikoleta Drougka, L’Observatoire de l’Europe : Vous avez parlé de l’autonomie de défense de l’Europe comme d’un défi à venir. Diriez-vous également que cela devrait peut-être être la priorité absolue de la prochaine Commission et du prochain Parlement ?

**Kyriakos Mitsotakis,****Premier ministre grec :**La défense est existentielle, comme nous l’avons réalisé après la guerre en Ukraine et peut-être que certains pays pensaient que les dividendes de la paix obtenus après l’effondrement du mur de Berlin et la chute du L’Union soviétique durerait éternellement.

Mais cela s’est avéré être une erreur. Nous n’avons jamais été dans cette situation parce que nous avons toujours dépensé des sommes importantes en matière de défense en raison de défis géopolitiques régionaux particuliers. Mais nous comprenons désormais que nous devons tous faire notre part et dépenser plus, mais aussi dépenser plus intelligemment, être plus coordonnés, rationaliser nos achats de défense et avoir peut-être davantage de champions européens capables d’offrir des solutions de défense avancées à un niveau plus compétitif que c’est le cas actuellement.

Nikoleta Drougka, L’Observatoire de l’Europe : Monsieur le Premier ministre, nous avons déjà vu certains États membres de l’UE – la Grèce n’en fait pas partie – lutter pour convaincre leurs citoyens d’aller participer aux élections européennes. Pourquoi diriez-vous : est-il important que les gens aillent voter ?

Kyriakos Mitsotakis, Premier ministre grec : Parce que ce qui se passe à Bruxelles et parce que qui nous représente au Parlement européen compte. Les décisions prises à Bruxelles et à Strasbourg sont très importantes pour notre vie quotidienne et nous devons envoyer des personnes qualifiées au Parlement européen.

En fin de compte, les élections européennes concernent le Parlement européen – pour garantir que le Parlement sera composé de citoyens européens représentatifs et comblera l’écart entre la prise de décision à Bruxelles et ce que veulent réellement les citoyens européens.

Le Parlement européen est la plus démocratique de toutes nos institutions et c’est pourquoi il est important de participer aux élections européennes. Nous sommes un parti résolument pro-européen, vous ne vous attendriez donc pas à ce que je dise autre chose. Et bien sûr, nous faisons de notre mieux pour mobiliser les gens et pour garantir que ce qui est traditionnellement une élection à faible taux de participation puisse défier la tendance et entraîner une participation accrue.

Laisser un commentaire

quatorze + 7 =