Europe must adapt to find its place in a changing world order

Milos Schmidt

Ce que l’Europe doit faire pour survivre à un ordre mondial en évolution

La tendance croissante à la dédollarisation, la résilience économique de la Chine, les flux de pétrole et de gaz sans précédent et l’ouverture de nouveaux marchés en raison des tensions géopolitiques actives dans le monde ne sont que quelques-unes des caractéristiques d’un ordre mondial en évolution.

Les nouvelles alliances sont également quelques-unes des caractéristiques d’un ordre mondial en évolution et l’Europe peut bénéficier de ces changements. Premièrement, nous devons comprendre ce qu’est exactement un ordre mondial et comment il évolue.

Qu’est-ce qu’un ordre mondial ?

Ce n’est pas quelque chose dont on entend parler dans les théories du complot ou dans les films. Il ne s’agit pas d’un grand schéma de choses contrôlé par une poignée de personnes. L’ordre mondial fait référence à la dynamique du pouvoir, aux règles et aux normes entre les États, les institutions internationales et d’autres acteurs mondiaux. Il présente diverses caractéristiques telles que les systèmes et réglementations économiques, les dispositifs de sécurité, la diplomatie, le cadre culturel et idéologique, la répartition du pouvoir et les institutions internationales.

Que représente un ordre mondial changeant ?

Un ordre mondial en évolution se manifeste sous diverses formes. Par exemple, les changements de pouvoir sont un indicateur majeur suggérant ce changement. La montée de la Chine en tant que puissance économique en est un parfait exemple. D’autres indicateurs peuvent inclure une crise mondiale telle que la pandémie de COVID-19 qui a non seulement changé le destin de l’économie mondiale, mais a également eu un impact sur notre façon de vivre et sur celle des entreprises. Les progrès technologiques tels que la récente prolifération et l’amélioration de l’intelligence artificielle et de l’apprentissage automatique (avec l’afflux de robots comme ChatGpt, Google Bard, etc.) sont un autre indicateur d’un ordre mondial en évolution. Cela a des implications pour tout, depuis les vidéos DeepFake menaçant notre vie privée jusqu’aux résultats des élections.

L’évolution des modèles commerciaux est un indicateur très fort de l’évolution de l’ordre mondial. Par exemple, un cinquième du commerce mondial du pétrole s’est effectué dans des devises autres que le dollar en 2023, selon JP Morgan. Douze contrats ont été réglés par des paiements autres qu’en dollars, contre sept en 2022 et seulement deux entre 2015 et 2021.

Ce sont quelques-uns des modèles qui, s’ils émergent, signalent un changement dans l’ordre mondial.

L’Europe et les sables mouvants

Avec autant de tendances émergentes et de contours changeants, il est de la plus haute importance que l’Europe prenne le temps de reconfigurer ses relations avec les régions suivantes afin qu’elle soit en mesure de maintenir sa marque dans la communauté mondiale.

Europe et Asie

Compte tenu du développement extrêmement rapide de la région asiatique, sa stature sur la scène mondiale ne peut être négligée. L’Asie possède la plupart des réserves mondiales de commerce extérieur et constitue un refuge pour plusieurs des plus grandes économies mondiales. Elle représente 60 % de la population mondiale, soit 10 fois plus que l’Europe. Par conséquent, les facteurs clés qui façonnent les relations entre l’Europe et l’Asie sont la coopération en matière de commerce et d’investissement, conduisant à l’interdépendance économique et à la prospérité.

L’Europe et les BRICS

Compte tenu de la montée des pays du Sud sous la forme du Brésil, de la Russie, de l’Inde, de la Chine et de l’Afrique du Sud (BRICS), il est primordial que l’Europe renforce ses relations avec ses partenaires afin qu’elle puisse bénéficier de chacun dans des domaines connexes. Par exemple, la coopération avec les partenaires du Golfe peut renforcer le marché de l’énergie ; la coopération avec les États sud-africains peut ouvrir la voie à d’abondantes ressources minérales, tandis que la coopération avec l’Inde peut contribuer à équilibrer l’influence chinoise dans la région.

Europe et Chine

Avec une tendance constante à la méfiance l’une envers l’autre, l’Europe et la Chine semblent très éloignées en termes de coopération et de collaboration. En octobre de l’année dernière, le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi a exprimé l’inquiétude de son pays en déclarant : « La Chine espère que l’Union européenne (UE) adoptera une attitude plus pragmatique et rationnelle dans sa coopération avec la Chine ».

Si l’Europe parvient à adopter une « attitude plus pragmatique et rationnelle » à l’égard de la Chine, elle pourra contrebalancer l’influence de la Chine dans les domaines géopolitique, technologique et économique. Malgré leurs points de vue différents sur les questions internationales et régionales, les deux États peuvent adhérer à la communication et à la collaboration, tout en gardant à l’esprit leurs préoccupations et intérêts fondamentaux.

Europe et Moyen-Orient

Compte tenu de l’évolution des tendances au Moyen-Orient et de l’influence croissante de la Chine, l’Europe est confrontée au défi de pénétrer les marchés des pays du Golfe. En tant que partenaire commercial important de l’Égypte, de la Turquie et de la Jordanie, l’Europe doit travailler sur un partenariat axé sur le climat et la technologie, afin de garantir l’efficacité énergétique et la production d’énergie propre. Promouvoir la connectivité à travers la région afin de garantir ses propres besoins énergétiques devrait être la priorité absolue de l’Europe afin qu’elle puisse survivre au choc d’un ordre mondial en mutation.

Laisser un commentaire

3 × 2 =