The US is leading coalition forces in Red Sea retaliation

Milos Schmidt

Ce que les conflits et les tensions en mer Rouge peuvent signifier pour l’Europe

Le conflit en mer Rouge frappe l’une des routes commerciales les plus importantes du monde, affectant potentiellement plus de 40 % des échanges commerciaux entre l’Asie et l’Europe.

Alors que le Royaume-Uni et les États-Unis ciblent les sites houthis, les tensions montent en mer Rouge et entraînent la possibilité d’une crise généralisée qui pourrait menacer la reprise économique mondiale. Dans un tel scénario, l’Europe et ses citoyens peuvent s’attendre à faire face à des coûts énergétiques plus élevés, à des retards de livraison et à un retour de l’inflation entraînant des taux d’intérêt plus élevés et plus durables. Tous ces développements génèrent encore plus de problèmes pour le consommateur moyen et les entreprises locales.

Que se passe-t-il en mer Rouge

Les problèmes ont commencé lorsque le groupe yéménite Houthis a commencé à cibler les navires commerciaux en raison des tensions persistantes au Moyen-Orient entre les Palestiniens et Israël. À ce jour, les Houthis ont lancé 27 attaques contre des navires traversant l’importante voie maritime internationale. Le Royaume-Uni et les États-Unis ont lancé une offensive aérienne en représailles, le président américain Biden ordonnant les frappes « en réponse directe aux attaques sans précédent des Houthis contre des navires maritimes internationaux dans la mer Rouge ». Les forces de la coalition ont ciblé plus de 16 villes et frappé 60 cibles, selon les rapports officiels.

L’implication des forces américaines, britanniques et de la coalition a transformé ce qui était auparavant une crise régionale en une crise mondiale. Les États-Unis ont accusé l’Iran d’apporter son soutien aux Houthis.

Si cette évolution s’intensifie encore, l’économie mondiale, y compris celle de l’UE, risque de subir des pertes importantes.

L’Europe pourrait être frappée par une hausse des prix de l’énergie

Les prix du pétrole ont déjà augmenté en raison des tensions, le Brent atteignant la barre psychologiquement importante de 80 $ (73,12 €). La mer Rouge représente 12 % du commerce maritime mondial de pétrole et 8 % du gaz naturel liquéfié (GNL).

La quantité de pétrole brut transitant par le canal de Suez a augmenté de 60 % depuis 2020 selon les chiffres officiels, l’Europe ayant enregistré une augmentation de la demande par rapport aux creux de la pandémie. Il est également important de noter que l’Europe importe du pétrole des producteurs du Moyen-Orient via le canal de Suez depuis que l’UE a imposé des sanctions à la Russie en raison du conflit en Ukraine. Selon l’analyste de données de fret Vortexa, un détour résultant des perturbations de la mer Rouge pourrait entraîner une augmentation de 58 à 129 % du temps qu’il faut habituellement aux pétroliers pour emprunter les principales routes du monde, y compris l’Inde vers l’Europe et le Moyen-Orient. L’Europe .

Le moment ne pourrait pas être pire, d’autant plus que l’hiver commence à se faire sentir en Europe, avec des perturbations potentielles de l’approvisionnement énergétique qui pourraient affecter directement les ménages.

Perturbations de la chaîne d’approvisionnement

Plus de 15 % du trafic maritime mondial passe par la mer Rouge, ce qui en fait l’une des voies navigables stratégiques les plus importantes au monde. Quelque 123,5 millions de tonnes de marchandises ont été échangées via la mer Rouge et plus de 22 000 navires l’ont transitée en 2022, selon les derniers chiffres. Dans l’ensemble, 12 % des volumes commerciaux mondiaux empruntent cette route commerciale.

Cependant, en raison des perturbations, les entreprises maritimes mondiales de conteneurs maritimes utilisent la route la plus longue, évitant la mer Rouge et contournant le cap de Bonne-Espérance. Cela se traduit par une augmentation des tarifs d’expédition puisque le coût par conteneur a augmenté de 5 000 $ (4 570 €) et de 8 000 $ (7 312 €), soit entre deux et cinq fois plus que le tarif normal pour cette période de l’année. De plus, le détour ajoute environ 10 jours ou 3 500 milles marins à la distance habituelle, ce qui a entraîné une augmentation des primes d’assurance. Selon Xeneta, il y a eu une augmentation de 124 % des tarifs de fret entre l’Extrême-Orient et l’Europe du Nord.

En conséquence, tous les biens et marchandises voyageant par conteneurs arriveront non seulement tardivement à destination, mais leur prix reflétera désormais cette augmentation des coûts. Cela se traduira par une hausse des prix dans les rayons, ce qui entraînera à son tour une augmentation globale de l’inflation.

Inflation et taux d’intérêt toujours élevés

Selon Allianz Trade, ces perturbations pourraient entraîner une hausse de 0,7 % de l’inflation en Europe, ce qui pourrait retarder encore davantage le rebond après un grave ralentissement économique dans la région. Cela pourrait également contraindre la Banque centrale européenne (BCE) à maintenir des taux d’intérêt élevés plus longtemps afin que ses efforts déployés jusqu’à présent pour lutter contre l’inflation ne perdent pas leur élan. La BCE a relevé ses taux 10 fois lors de hausses consécutives.

Des taux d’intérêt plus élevés peuvent exercer des pressions à la baisse sur les entreprises et également décourager la poursuite de l’activité économique – un phénomène qui a déjà été étouffé tout au long de 2023, comme l’indique l’indice PMI de la zone euro qui s’élève à 43,8, suggérant une baisse de la production pendant huit mois consécutifs.

Les perspectives d’inflation en Europe se sont améliorées récemment, mais le chemin à parcourir est encore long. En Allemagne, l’inflation des prix à la consommation (IPC) a augmenté de 3,8 % en décembre, contre 2,3 % en novembre. La France a également enregistré une hausse de l’IPC qui s’est établi à 4,1% en décembre contre 3,9% en novembre.

Une augmentation des prix de l’énergie et des perturbations de la chaîne d’approvisionnement sont susceptibles d’ajouter aux préoccupations économiques actuelles des pays européens. Cela signifie que les tensions en mer Rouge pourraient avoir de graves conséquences pour l’Europe en particulier et pour le monde en général.

Laisser un commentaire

douze + quinze =