« Ce n'est plus justifiable » : les dirigeants européens condamnent l'attaque israélienne contre un camp de réfugiés

Martin Goujon

« Ce n’est plus justifiable » : les dirigeants européens condamnent l’attaque israélienne contre un camp de réfugiés

Les responsables de l’UE ont condamné une attaque aérienne israélienne contre des tentes de réfugiés à Rafah, qui a tué au moins 45 Palestiniens, dont de nombreux enfants.

Les frappes de dimanche – qui ont eu lieu dans un camp où s’étaient réfugiés des Palestiniens déplacés – surviennent quelques jours après que le plus haut tribunal de l’ONU a ordonné à Israël de suspendre ses opérations dans la ville de Rafah à Gaza, invoquant le « risque immédiat » pour les Palestiniens. Plus de la moitié des personnes tuées étaient des femmes, des enfants et des personnes âgées, ont indiqué les autorités sanitaires locales.

« Il n’y a pas de zones sûres à Rafah pour les civils palestiniens », a déclaré lundi le président français Emmanuel Macron. « Ces opérations doivent cesser… J’appelle au plein respect du droit international et à un cessez-le-feu immédiat. »

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a qualifié cette frappe d’« erreur tragique », selon le journal Haaretz.

Ce n’est pas la première fois qu’Israël attaque une zone vers laquelle il avait ordonné aux Palestiniens de fuir. Rafah, en tant que ville la plus méridionale de Gaza, à la frontière avec l’Égypte, était considérée comme le dernier refuge.

Le chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell, a fait écho aux appels lancés à Israël pour qu’il mette fin à ses opérations à Rafah. « Israël poursuit l’action militaire qu’il lui a été demandé d’arrêter », a-t-il déclaré.

« Les deux parties ne respectent pas les règles », a déclaré Borrell, soulignant que le Hamas avait tiré des roquettes sur Tel-Aviv, dont plusieurs ont été interceptées par les systèmes de défense aérienne, selon l’armée israélienne. Aucun blessé n’a été signalé suite aux frappes du Hamas.

« Des hommes, femmes et enfants innocents démembrés et brûlés vifs », a posté Humza Yousaf, ancien premier ministre écossais, sur X. « Soyez témoin des images et demandez-vous : êtes-vous du bon côté de l’histoire ? »

Les frappes aériennes sur le camp de réfugiés surviennent alors que le soutien militaire, diplomatique et moral occidental au bombardement israélien de Gaza est de plus en plus remis en question. Au moins 35 000 Palestiniens ont été tués au cours des huit mois écoulés depuis le 7 octobre.

Les dirigeants occidentaux font de plus en plus pression en faveur d’un cessez-le-feu, appelant à l’acheminement sans entrave de l’aide humanitaire vers l’enclave assiégée et mettant en garde Israël contre une éventuelle attaque terrestre à Rafah.

Selon l’ONU, au cours des huit derniers mois, 85 pour cent de la population de Gaza a été contrainte de fuir son foyer, ce qui a entraîné de graves pénuries de nourriture, d’eau potable et de médicaments.

Le ministre italien de la Défense, Guido Crosetto, a déclaré à Sky TG24 que la guerre d’Israël n’est « plus justifiable », notant qu’« en ce qui concerne Rafah, tous les États ont convenu qu’Israël devait cesser ».

L’Allemagne, l’un des plus fervents partisans d’Israël et un important exportateur d’armes vers le pays, a également changé de rhétorique, le vice-chancelier Robert Habeck critiquant pour la première fois samedi Israël pour « son approche disproportionnée dans la bande de Gaza ».

Les actions d’Israël étaient « incompatibles avec le droit international », a-t-il déclaré. « Il est effectivement vrai qu’Israël a franchi la ligne là-bas et il ne doit pas le faire. »

Le ministre espagnol des Affaires étrangères, José Manuel Albares, a annoncé lundi qu’il solliciterait le soutien officiel des 26 autres États membres pour la décision de la Cour internationale de Justice et qu’il prendrait des mesures pour garantir qu’Israël respecte ses décisions.

« Si Israël continue de s’opposer à cet avis de la Cour, nous essaierons de prendre les mesures appropriées pour faire respecter cette décision », a déclaré Albares lors d’une conférence de presse à Bruxelles avec ses homologues norvégien et irlandais.

« Le bombardement d’hier est un jour de plus au cours duquel des civils palestiniens innocents sont tués », a-t-il déclaré. Cette fois, a-t-il dit, « la gravité est encore plus grande » puisque les décisions de la CIJ sont « contraignantes et obligatoires pour toutes les parties ».

Le plus haut procureur militaire israélien, Yifat Tomer-Yerushalmi, a qualifié les frappes aériennes de « très graves » et a déclaré qu’une enquête des forces armées était en cours.

Israël fait actuellement face à des allégations de génocide devant la CIJ, la Cour ayant émis six mesures provisoires à la demande de l’Afrique du Sud. La Cour a déclaré qu’il existe un risque crédible de génocide contre le peuple palestinien.

Laisser un commentaire

20 + dix-neuf =