The European Commission - Euronews is responsible for the content of this programme

Milos Schmidt

Cacao sans déforestation : les producteurs ivoiriens paieront-ils le prix de la durabilité ?

L’Observatoire de l’Europe se rend à Adzopé en Côte d’Ivoire pour découvrir comment une coopérative de plus de 3 000 membres est devenue pionnière du commerce équitable et traçable du cacao.

Le nouveau règlement de l’Union européenne sur la déforestation (EUDR) entrera en vigueur à la fin de l’année. La coopérative ivoirienne Cayat a expliqué à L’Observatoire de l’Europe comment elle a développé un système garantissant la durabilité de son cacao et des salaires plus élevés pour les producteurs.

« Les normes s’appliquent à tout le monde, donc on ne prend pas de producteurs qui ont déforesté ou qui sont dans des zones protégées. Avec le changement climatique ici en Afrique, les températures sont élevées, il n’y a pas de pluie.

« Nous avions anticipé cela, avant même l’arrivée de ces règles (EUDR), nous installions déjà des pépinières d’arbres d’ombrage », a déclaré Robert Yao Nguettia, le secrétaire général de Cayat.

Ake Rosin, secrétaire général de l’association des femmes de la coopérative Cayat, a également expliqué à L’Observatoire de l’Europe comment les arbres d’ombrage peuvent aider les plants de cacao à pousser. « Nous avons constaté que ces dernières années, nous avions trop de soleil et que les cacaoyers ne pouvaient plus produire.

« Nous avons prouvé que planter des arbres les soutenait et, en plus, les feuilles des arbres qui tombent au sol améliorent le sol en agissant comme un engrais. Nous plantons également des arbres fruitiers, qui leur donnent d’autres sources de revenus ».

Les inspections des plantations sont une partie essentielle du travail de Cayat et garantissent que les producteurs disposent des outils nécessaires pour produire de plus grands rendements sur des espaces plus petits, de manière plus durable.

« Nous avons réussi à mettre en place des mesures pour protéger l’environnement, mais ce n’est pas facile pour toutes les coopératives de Côte d’Ivoire. Alors, si nous voulons garder les quelques producteurs qui veulent encore continuer la culture du cacao, nous allons devons acheter du cacao à un prix vraiment lucratif », a déclaré à L’Observatoire de l’Europe Awa Bamba, directeur général de Cayat.

« Chacun de nous a une responsabilité. Il faut définir les responsabilités du chocolatier, de l’exportateur et enfin du producteur. Chacun doit être clair sur ce qu’il doit faire. C’est très bien de sauver la planète, mais nous aussi nous devons sauver les gens qui vivent ici », a-t-elle conclu.

Laisser un commentaire

13 − six =