Bruxelles veut assouplir les règles pour les cultures génétiquement modifiées

Jean Delaunay

Bruxelles veut assouplir les règles pour les cultures génétiquement modifiées

Les changements pourraient voir certaines plantes devenir plus résistantes aux phénomènes du changement climatique, tels que la sécheresse et les vagues de chaleur.

La Commission européenne a annoncé mercredi des propositions d’assouplissement des règles pour les cultures génétiquement modifiées, ouvrant la voie à une éventuelle autorisation et réglementation des soi-disant nouvelles techniques génomiques (NGT).

Selon la Commission, ces innovations pourraient permettre de développer des plantes plus résistantes au changement climatique ou aux parasites.

En bref, les NGT peuvent améliorer la sécurité alimentaire et la rendre plus durable au profit des consommateurs.

« Nous pouvons être beaucoup plus rapides, nous pouvons être beaucoup plus ciblés et avec cela nous pouvons probablement aussi être moins chers », a déclaré Garlich von Essen, secrétaire général d’Euroseeds à L’Observatoire de l’Europe.

« Ainsi, nous pourrons concentrer notre sélection et nous pourrons nous concentrer sur le commerce qui compte vraiment pour les agriculteurs et les consommateurs. »

Le principe de ces nouvelles techniques génomiques est de faire muter les génomes existants d’une variété végétale sans ajouter de gènes extérieurs à l’espèce.

La Commission souligne que cette innovation pourrait, par exemple, réduire de moitié l’utilisation des pesticides.

Mais pour les organisations environnementales, NGT n’est qu’un autre nom pour les organismes génétiquement modifiés (OGM)

« Il y a quelques années, la plus haute cour d’Europe a rendu une décision et a dit très clairement que les nouvelles techniques génomiques sont des OGM, juridiquement, politiquement, scientifiquement, tout est réglé », a déclaré Mute Schimpf des Amis de la Terre Europe à L’Observatoire de l’Europe.

« Jusqu’à présent, très peu de recherches ont été menées sur la façon dont ils pourraient avoir un impact sur la nature, comment ils pourraient avoir un impact sur la santé humaine et pour le rendre plus concret.

« Si vous pensez aux papillons, aux abeilles et aux pollinisateurs, il n’y a pas vraiment eu de recherche approfondie pour savoir s’ils pourraient être touchés ou non et, nous pensons, avant de pouvoir les mettre (NGT) dans la nature, vous devriez faire quelques contrôles de sécurité de base. « 

Les ONG affirment également que la proposition de la Commission de supprimer les exigences d’étiquetage et les contrôles de sécurité entraînerait un manque de transparence pour les consommateurs et les producteurs.

Le débat est ouvert, et il appartient maintenant aux Etats membres et au Parlement européen de se prononcer sur ces nouvelles technologies.

Laisser un commentaire

dix + seize =