Bruxelles tente de maintenir vivants les rêves des Balkans occidentaux dans le cadre de la révision de l’élargissement de l’UE

Jean Delaunay

Bruxelles tente de maintenir vivants les rêves des Balkans occidentaux dans le cadre de la révision de l’élargissement de l’UE

Les dirigeants des Balkans occidentaux avaient les yeux rivés mercredi sur Bruxelles alors que la Commission européenne dévoilait son évaluation annuelle des candidatures des pays candidats à l’adhésion à l’Union européenne.

Six pays des Balkans occidentaux ont exprimé leur souhait d’adhérer à l’UE, dont cinq – tous à l’exception du Kosovo – ont déjà obtenu le statut de candidats officiels.

Mais alors que la Commission a promis mercredi de pousser l’Ukraine et la Moldavie plus loin sur la voie de leur adhésion à l’UE, peu de nouvelles promesses ont été faites aux Balkans occidentaux, malgré la promesse d’ouvrir des négociations d’adhésion formelles avec la Bosnie-Herzégovine une fois les conditions remplies.

Les négociations d’adhésion avec les États des Balkans occidentaux sont en grande partie au point mort ces dernières années, car les pays, pour la plupart en proie à l’instabilité politique, ont mis du temps à répondre aux exigences strictes de l’UE, notamment en matière de réformes constitutionnelles et judiciaires et de lutte contre la corruption. Le Monténégro et la Serbie sont coincés dans des négociations depuis plus d’une décennie.

Les dirigeants des Balkans occidentaux ont mis en garde leurs homologues européens contre un sentiment de frustration croissant parmi leurs citoyens alors qu’ils cherchent à obtenir l’assurance que Bruxelles envisage sérieusement son expansion.

Cela a conduit à un changement de tactique de l’UE, la chef de la Commission Ursula von der Leyen étant en tournée la semaine dernière pour dévoiler le nouveau plan de croissance de 6 milliards d’euros pour les Balkans occidentaux, conçu pour offrir des incitations économiques à la mise en œuvre des réformes liées à l’élargissement, notamment par étapes. l’accès au premier marché unique du bloc au monde.

Les fonds, qui comprennent 2 milliards d’euros de subventions et 4 milliards d’euros de prêts jusqu’en 2027, seront distribués sur la base du PIB par habitant des pays, mais fonctionneront selon un « système purement basé sur les résultats », a indiqué la Commission. Le non-respect des critères d’élargissement, tels que les réformes en matière d’État de droit et de lutte contre la corruption, pourrait conduire à un détournement de fonds vers d’autres pays, selon un haut responsable de l’UE.

L’objectif de l’UE est de rapprocher les économies des deux pays de la sienne et d’atténuer le choc politique et budgétaire potentiel lié à l’accueil de nouveaux membres dont l’économie est nettement plus faible – le revenu moyen par habitant dans les Balkans occidentaux se situe entre 27 et 50 % seulement du revenu moyen par habitant. la moyenne du bloc.

Mais malgré de nouvelles incitations, les rapports détaillés de la Commission publiés mercredi montrent que les Balkans occidentaux sont toujours confrontés à de nombreux obstacles sur la voie de l’adhésion à l’UE.

L’Observatoire de l’Europe dresse le bilan de la situation des pays.

Bosnie Herzégovine

Des divisions ethniques profondément enracinées et des retards dans les réformes constitutionnelles, judiciaires et électorales ont empêché la Bosnie-Herzégovine de rattraper ses voisins sur la voie de l’adhésion à l’UE.

Le pays de 3,2 millions d’habitants a obtenu le statut de candidat officiel en décembre de l’année dernière, mais il est le seul des cinq pays candidats officiels des Balkans occidentaux à ne pas encore entamer des négociations formelles.

Les négociations ne pourront s’ouvrir « que lorsque certains critères seront remplis », a déclaré mercredi la présidente de la Commission, Ursula von der Leyen.

« Nous ouvrons la porte très grande et nous invitons dès maintenant la Bosnie-Herzégovine à franchir cette porte », a ajouté von der Leyen.

Les réformes électorales n’ont pas été abordées de manière adéquate. Dans son rapport, la Commission affirme que les élections en Bosnie-Herzégovine ont été « marquées par la méfiance à l’égard des institutions publiques et par une rhétorique de division ethnique ».

Dans un arrêt rendu en août, la Cour européenne des droits de l’homme, basée à Strasbourg, a décrit la Bosnie-Herzégovine comme une « ethnocratie » où les élections sont antidémocratiques et renforcent la position privilégiée des groupes ethniques dominants.

Bruxelles est également préoccupée par la manière dont la Republika Srpska, l’une des deux entités territoriales du pays où les Serbes de souche constituent la majorité, a plaidé en faveur d’une position neutre sur la guerre en Ukraine, alors que le reste du pays a tenté de s’aligner sur les positions de l’UE. position dure contre la guerre d’agression de la Russie.

Serbie

L’alignement sur la politique étrangère et de sécurité figure également en bonne place parmi les exigences de l’UE envers la Serbie.

Le président serbe Aleksandar Vučić a par le passé critiqué le bloc pour avoir « fait pression » sur lui pour qu’il adhère aux sanctions contre la Russie à cause de la guerre en Ukraine, les qualifiant d’ingérence « brutale » dans la souveraineté de son pays.

Le ministre de l’Economie Rade Basta a été démis de ses fonctions en juillet après avoir appelé son gouvernement à sanctionner la Russie.

Dans son rapport, l’exécutif européen critique également l’escalade des tensions entre la Serbie et le Kosovo, affirmant que le « rythme des négociations » dépendra de la capacité des deux pays à normaliser leurs relations.

Les efforts du bloc pour soutenir le dialogue entre Belgrade et Pristina, menés par son plus haut diplomate Josep Borrell, n’ont jamais porté leurs fruits. Les deux parties continuent de s’affronter au sujet du projet de création d’une association de municipalités à majorité serbe dans le nord du Kosovo, où les tensions se sont concentrées.

Kosovo

Le Kosovo, qui n’est pas encore un pays candidat officiel à l’UE, a sans doute le chemin le plus difficile vers l’adhésion à l’UE étant donné que cinq des États membres du bloc ne reconnaissent pas sa souveraineté.

Les relations difficiles entre la Serbie et le Kosovo signifient également que les offres des deux pays sont inévitablement liées.

Les tensions se sont fortement intensifiées fin septembre lorsqu’un policier kosovar a été tué dans une violente embuscade tendue par des hommes armés dans un village du nord du Kosovo, le Premier ministre du Kosovo, Albin Kurti, en rejetant la faute sur le gouvernement serbe.

Les deux parties doivent faire preuve d’un « engagement plus sérieux » et « faire des compromis » pour sortir de l’impasse dans les discussions sur la normalisation, indique le rapport de la Commission.

Sur une fourchette de 1 à 5, 1 correspondant à un stade précoce et 5 à un stade bien avancé, un document de la Commission révèle qu’elle attribue au Kosovo une note moyenne de 1,5 pour ses progrès dans la mise en œuvre d’une série de réformes, notamment liées au système judiciaire, à la corruption et à la criminalité organisée. et la liberté d’expression. Il donne le même score à la Turquie, dont les réformes orientées vers l’UE sont considérées comme étant en recul.

Monténégro

Largement considéré comme en pole position pour l’adhésion à l’UE, le plus petit et le plus riche des États des Balkans occidentaux a amélioré ses perspectives d’adhésion la semaine dernière lorsqu’un nouveau gouvernement de coalition composé de partis minoritaires pro-européens, pro-serbes et albanais a été formé.

Le rétablissement de la stabilité politique laisse espérer que le pays pourra progresser rapidement, malgré les tâches à accomplir pour renforcer l’État de droit, lutter contre la corruption, promouvoir le rôle de la société civile et accélérer les réformes judiciaires.

« Si les réformes s’accélèrent vraiment, elles pourraient aller assez vite », a déclaré mercredi un haut responsable de l’UE.

Macédoine du Nord et Albanie

Alors que les négociations d’adhésion à l’UE sont ouvertes depuis juillet 2022, la Macédoine du Nord et l’Albanie progressent à un rythme similaire.

Skopje a déjà pris des mesures pour amender sa constitution afin de reconnaître la minorité bulgare vivant sur son territoire dans le cadre d’un accord négocié sous l’égide de la France visant à lever le veto de la Bulgarie à l’ouverture des négociations d’adhésion à l’UE. Mais ces changements sont bloqués par le principal parti d’opposition conservateur, le VMRO-DPMNE.

Le pays a également du travail à accomplir pour renforcer l’État de droit, réformer son administration publique et lutter contre la corruption.

L’Albanie est confrontée à une série de réformes similaires dans le cadre des négociations, notamment en renforçant la liberté d’expression, en améliorant les droits des minorités et en luttant contre le crime organisé.

S’adressant à L’Observatoire de l’Europe en septembre, le Premier ministre albanais Edi Rama a appelé l’UE à réinventer la roue des adhésions en proposant des solutions provisoires telles qu’une adhésion échelonnée au bloc.

« Au lieu de rien ou de tout pour nous, les non-membres de l’UE, une nouvelle approche devrait être trouvée », a déclaré Rama.

Laisser un commentaire

onze − 10 =