Bruxelles salue la proposition autrichienne d'"Air Schengen" pour la Roumanie et la Bulgarie

Jean Delaunay

Bruxelles salue la proposition autrichienne d' »Air Schengen » pour la Roumanie et la Bulgarie

L’Autriche a assoupli son veto à l’adhésion de la Roumanie et de la Bulgarie à l’espace Schengen en proposant la suppression des contrôles aux frontières dans les aéroports.

L’idée, familièrement connue sous le nom d’« Air Schengen », équivaudrait à une adhésion partielle à l’espace sans passeport, qui englobe actuellement 27 pays, dont 23 États de l’Union européenne, et plus de 423 millions de citoyens.

Les contrôles aux frontières terrestres avec d’autres pays Schengen resteraient en place dans un avenir prévisible.

La Roumanie et la Bulgarie sont considérées comme prêtes à rejoindre cette zone tentaculaire depuis au moins 2011, mais leur ambition commune a été contrecarrée à plusieurs reprises, notamment la semaine dernière, lorsque le ministre autrichien de l’Intérieur, Gerhard Karner, a réaffirmé son opposition.

L’Autriche, avec les Pays-Bas, constitue le dernier obstacle à surmonter.

Il est d’autant plus surprenant que Karner lui-même ait fait la proposition « Air Schengen » ce week-end, suscitant l’espoir que l’impasse de longue date, qui a souvent semblé insurmontable, puisse enfin aboutir à une résolution.

« Oui, je peux imaginer des changements en ce qui concerne les aéroports en Roumanie et en Bulgarie », a déclaré Karner à la radio ORF, la chaîne publique autrichienne.

La Commission européenne, qui a défendu à plusieurs reprises et avec acharnement la volonté de la Roumanie et de la Bulgarie de devenir membres de l’espace Schengen, a rapidement accueilli le rameau d’olivier et a déclaré que des négociations étaient déjà en cours pour faire de « Air Schengen » une réalité.

« Il s’agit d’évolutions positives. Les choses évoluent dans une direction positive. Et c’est certainement ce qui est important à ce stade », a déclaré lundi après-midi un porte-parole de la Commission.

Mais l’offre de Vienne est assortie de conditions.

Karner a demandé un triplement du nombre d’agents de Frontex et des améliorations techniques le long des frontières bulgaro-turques et roumano-serbes, couplées à une injection de fonds européens pour financer les infrastructures de protection des frontières. (La Commission a précédemment rejeté les appels à payer pour des clôtures et des murs, mais est prête à financer du matériel de patrouille.)

Le ministre autrichien a également exigé une plus grande surveillance aux frontières intérieures de l’espace Schengen et une plus grande relocalisation des demandeurs d’asile, notamment ceux venant d’Afghanistan et de Syrie, les deux groupes de nationalités les plus importants.

Les demandeurs d’asile devraient être transférés d’autres pays de l’UE, où ils attendent actuellement que leur demande soit traitée, vers la Roumanie et la Bulgarie.

La Commission a confirmé qu’elle avait reçu la demande de Vienne et qu’elle était en train d’analyser les différentes demandes.

« Pour la Commission européenne, la protection de nos frontières extérieures est une priorité essentielle. Que cela soit clair. Nous veillerons à ce que les financements nécessaires soient mis à disposition », a déclaré le porte-parole, sans fournir de calendrier estimé.

« En ce qui concerne Frontex, l’agence est prête à accroître son soutien si nécessaire. »

Même si « Air Schengen » équivaut à une adhésion partielle, il nécessiterait néanmoins l’approbation unanime de tous les États membres. L’Espagne, l’actuel président de la présidence du Conseil de l’UE, a indiqué sa volonté d’organiser un vote dès que les conditions changeront.

Les Pays-Bas se sont longtemps opposés à l’adhésion de la Bulgarie pour des raisons d’État de droit, bien que cette position soit considérée comme un peu plus flexible que le veto auparavant inflexible de l’Autriche. Les Pays-Bas sont cependant au milieu d’une transition de pouvoir après la victoire surprenante le mois dernier du parti d’extrême droite de Geert Wilders et on ne sait pas exactement quelle position prendra le prochain gouvernement.

En Roumanie, le Premier ministre Marcel Ciolacu a salué la nouvelle et a déclaré qu’il avait chargé son ministre de l’Intérieur de mener les négociations à une « conclusion réussie ».

« Nous avons brisé la glace ! » Ciolacu a écrit sur Facebook.

« Cela signifie que les Roumains n’auront plus à faire la queue pour voyager au sein de l’UE. Nous avons travaillé dur ces derniers mois pour en arriver là, et je suis reconnaissant à tous ceux qui se sont battus pour la Roumanie. »

Son homologue bulgare, Nikolay Denkov, s’est montré nettement plus prudent, affirmant que la proposition de l’Autriche constituait sa « position de négociation, et non le résultat final ».

« Ce qui est acceptable, c’est que la Bulgarie se conforme aux règles européennes générales », a déclaré Denkov aux médias bulgares. « Si quelqu’un souhaite d’autres règles spécifiques à la Bulgarie, cela est catégoriquement inacceptable. »

Laisser un commentaire

4 × un =