Bruxelles propose une sortie à l'échelle de l'UE du traité sur la Charte de l'énergie, considéré comme contraire au Green Deal

Jean Delaunay

Bruxelles propose une sortie à l’échelle de l’UE du traité sur la Charte de l’énergie, considéré comme contraire au Green Deal

La Commission européenne a formellement proposé un retrait « coordonné et ordonné » du traité sur la Charte de l’énergie.

La législation proposée, dévoilée vendredi après-midi après des jours de spéculation, verrait l’Union européenne et ses États membres quitter le traité controversé en même temps, évitant le chaos d’avoir des pays individuels suivant leur propre chemin.

L’Allemagne, la France, l’Espagne, les Pays-Bas et la Pologne faisaient partie de ceux qui avaient précédemment annoncé leur intention de se retirer de manière unilatérale, à l’instar de l’Italie, qui a quitté la convention en 2016.

« Le traité obsolète sur la Charte de l’énergie n’est pas aligné sur notre loi européenne sur le climat et nos engagements dans le cadre de l’accord de Paris », a déclaré Frans Timmermans, vice-président exécutif de la Commission européenne en charge du Green Deal.

« Il est temps pour l’Europe de se retirer de ce traité et de se concentrer entièrement sur la construction d’un système énergétique efficace et compétitif qui promeut et protège les investissements dans les énergies renouvelables. »

Signé en 1994, le traité sur la Charte de l’énergie (ECT) visait à l’origine à protéger les investisseurs occidentaux qui cherchaient à faire des affaires dans les anciens États soviétiques mais craignaient d’être la cible d’un accès discriminatoire, d’une expropriation, d’une nationalisation et d’autres circonstances inattendues.

En tant que bouclier juridique, l’ECT ​​a mis en place un système d’arbitrage en coulisse que les entreprises privées pourraient utiliser pour poursuivre les gouvernements et réclamer une compensation pour des changements de politique susceptibles de menacer leurs projets d’investissement et leurs attentes en matière de bénéfices.

Au fil du temps, ce système d’arbitrage est devenu de plus en plus en contradiction avec la lutte contre la crise climatique, qui a obligé les pays à mettre en place des plans ambitieux pour réduire les émissions de CO2 et éliminer les énergies fossiles.

Les sociétés qui exploitent des champs pétrolifères, des gazoducs et des centrales électriques au charbon ont vu dans le TCE un moyen de contester ces politiques vertes et ont commencé à intenter des poursuites contre les gouvernements pour demander des dommages et intérêts.

Les amendes infligées par le panel sont juridiquement contraignantes et peuvent facilement atteindre neuf chiffres, comme les Pays-Bas, l’Italie et l’Espagne l’ont tous connu ces dernières années.

La succession d’affaires judiciaires d’une valeur d’un million entre investisseurs et États a progressivement alimenté les appels à un retrait à l’échelle de l’UE, une option à laquelle la Commission européenne s’est initialement opposée, arguant que le bloc devrait plutôt s’efforcer de moderniser la convention et de remédier à ses aspects les plus préjudiciables.

Mais l’effort de mise à jour de l’ECT ​​s’est effondré en novembre dernier après qu’un petit groupe d’États membres ait refusé d’approuver la proposition de la Commission. L’échec a incité l’exécutif à faire demi-tour et à recommander une sortie collectivequi a été officialisé vendredi lors de la publication des textes législatifs.

Le départ, qui affectera également la Communauté européenne de l’énergie atomique, Euratom, doit obtenir l’approbation du Parlement européen puis être ratifié par les États membres avec un vote à la majorité qualifiée, largement attendu.

Suite à la sortie commune, les membres de l’ECT ​​seront réduits de moitié, passant de 56 à 28 signataires. Les grands exportateurs d’énergie comme les États-Unis, la Russie et l’Arabie saoudite n’ont jamais été parties au texte.

« C’est une occasion unique pour l’UE de parler d’une seule voix et de lever un obstacle majeur à la réalisation de ses objectifs climatiques », a déclaré Lukas Schaugg, analyste juridique à l’Institut international du développement durable (IISD), dans un communiqué.

Amandine Van Den Berghe, avocate chez ClientEarth, a déclaré que la sortie coordonnée libérerait les États membres de « l’effet dissuasif » causé par le système d’arbitrage du TCE et de la « crainte de représailles de l’industrie des combustibles fossiles ».

« La Commission européenne a vu le bon sens », a déclaré Van Den Berghe.

La saga, cependant, est loin d’être terminée : les signataires du TCE restent liés par une clause d’extinction de 20 ans, ce qui signifie qu’ils pourraient encore faire l’objet d’un procès longtemps après avoir rompu les liens avec le traité.

Dans le cadre de la sortie coordonnée, la Commission a l’intention de proposer un texte législatif distinct pour empêcher les entreprises basées dans l’UE de porter plainte contre les États membres. La légalité de ces actions intra-UE, qui représentent plus de 75% de tous les litiges TCE, a été directement contestée par la Cour de justice européenne.

Selon une étude de 2021 par Investigate Europe, la valeur des infrastructures de combustibles fossiles protégées par le traité est estimée à 344,6 milliards d’euros dans l’UE, au Royaume-Uni et en Suisse.

Laisser un commentaire

2 × un =