Méabh Mc Mahon with Heather Grabbe, Tomi Huhtanen and Silvia Pastorelli

Jean Delaunay

Bruxelles, mon amour ? L’élimination progressive des combustibles fossiles absente des objectifs climatiques de l’UE à l’horizon 2040

Dans cette édition, nous examinons le plan de l’UE visant à réduire les émissions de carbone d’ici 2040 et un accord visant à protéger les femmes dans toute l’Europe.

Cette semaine, nous sommes rejoints par Heather Grabbe de Bruegel, Silvia Pastorelli de Greenpeace et Tomi Huhtanen du Centre Wilfried Martens d’études européennes.

Les panélistes ont discuté de la recommandation de la Commission européenne, présentée cette semaine à Strasbourg, de réduire les émissions de carbone de 90 % d’ici 2040. Une véritable proposition législative sera rédigée par la prochaine commission, après les élections européennes.

Pour Greenpeace, ces documents n’ont de sens que s’ils s’attaquent à l’un des principaux facteurs du changement climatique.

« Le gros problème reste l’absence de date d’élimination des combustibles fossiles », a déclaré Silvia Pastorelli. « Tant que la commission n’est pas prête à prendre la plume et à dire cela, il n’y aura aucune certitude pour les citoyens, ni pour les investisseurs et les entreprises », a-t-elle ajouté.

Heather Grabbe a déclaré au panel qu’un objectif sans véritable plan n’était qu’un « souhait ».

« Si vous avez un objectif pour 2050, vous avez alors besoin d’un objectif pour 2040 qui montre jusqu’où vous devez aller d’ici 2040, afin d’atteindre zéro émission nette d’ici 2050 », a-t-elle déclaré.

Mais avec les réactions négatives contre les règles environnementales à travers l’Europe et certains dirigeants appelant même à une pause, la commission s’est retrouvée coincée entre le marteau et l’enclume. Cette semaine, un certain nombre de pays de l’UE, dont la France et l’Allemagne, ont écrit à Bruxelles pour affirmer que tous les objectifs doivent être équitables et ne pas abandonner les plus vulnérables.

Tomi Huhtanen a déclaré que le défi majeur pour l’Europe sera d’atteindre les objectifs tout en satisfaisant les citoyens et l’industrie.

« Je dirais que la recommandation de la commission est assez ambitieuse, surtout pour 2030. Nous ne savons pas exactement si nous allons atteindre ces objectifs », a déclaré Huhtanen.

Le panel a également réagi à un accord conclu à Strasbourg sur une loi visant à protéger les femmes en Europe contre la violence sexiste, les mariages forcés, les mutilations génitales féminines et le harcèlement en ligne. Mais l’accord n’a pas permis de trouver une définition européenne commune du viol.

« Le débat, je dois le dire, a été un peu déprimant et frustrant parce que, au vu de ce qui devrait être si évident, que le sexe sans consentement est un viol, et cela devrait faire partie de la loi », a déclaré Silvia Pastorelli.

Regardez « Bruxelles, mon amour ? dans le lecteur ci-dessus.

Laisser un commentaire

un × 3 =