Ukraine is one of the world

Jean Delaunay

Bruxelles envisage d’autoriser des restrictions sur les céréales ukrainiennes en cas de « perturbations » du marché

La Commission européenne travaille sur une nouvelle proposition qui pourrait permettre aux États membres de l’Est, comme la Pologne et la Hongrie, d’imposer des restrictions sur les importations de céréales ukrainiennes en cas de « perturbations » du marché.

« Nous devons prendre en compte les sensibilités des secteurs agricoles, en particulier dans les pays voisins, qui sont les plus touchés. Nous étudions donc les meilleurs moyens d’y parvenir, y compris la possibilité d’avoir des garde-fous non seulement en cas de perturbations du secteur agricole. marché de l’UE dans son ensemble, mais aussi en cas de perturbations dans un seul ou quelques États membres », a déclaré mardi matin Valdis Dombrovskis, vice-président exécutif de la Commission chargé du commerce.

« Nous savons que l’impact régional des exportations agricoles alimentaires ukrainiennes est très inégal à travers l’UE, affectant principalement les pays voisins. Et (nous étudions) également comment protéger les produits les plus sensibles. »

Les remarques du vice-président, qui font écho à une interview qu’il avait précédemment accordée au Financial Times, représentent un revirement de la part de Bruxelles, qui a passé la majeure partie de l’année 2023 à dénoncer vigoureusement les interdictions unilatérales imposées par la Pologne et la Hongrie aux céréales ukrainiennes.

Dans le cadre des vastes mesures adoptées à la suite de l’invasion russe, le bloc a décidé de lever les droits de douane sur les importations ukrainiennes, y compris les produits agricoles, dans le but d’aider ce pays déchiré par la guerre à soutenir son économie meurtrie.

L’Ukraine, l’un des plus grands exportateurs mondiaux d’huile de tournesol, d’orge, de maïs et de blé, avait un besoin urgent d’une autre route pour acheminer ses marchandises après le blocus de la mer Noire par les troupes russes. Les exemptions commerciales de l’UE visaient à stimuler le transport via les routes terrestres et à libérer de l’espace pour les récoltes ultérieures.

Mais l’arrivée soudaine de céréales hors taxes a inondé les marchés des pays voisins, comme la Pologne, la Hongrie, la Slovaquie, la Roumanie et la Bulgarie, déclenchant la fureur des agriculteurs locaux, qui considéraient les importations ukrainiennes à bas prix comme une concurrence déloyale. Les gouvernements ont riposté en imposant des interdictions unilatérales et non coordonnées, que la Commission a jugées illégales, injustes et contraires au principe de solidarité.

Comme solution temporaire, l’exécutif a autorisé quatre produits ukrainiens spécifiques – le blé, le maïs, le colza et le tournesol – à transiter par les cinq pays de l’Est, mais sans rester sur leurs marchés pour la consommation intérieure ou le stockage.

Le programme a pris fin à la mi-septembre, mais la Pologne, la Hongrie et la Slovaquie n’ont pas tenu compte de la décision et ont réintroduit des interdictions nationales. Kiev était furieux et a intenté une action en justice devant l’Organisation mondiale du commerce (OMC) contre les trois États.

Bien que la Slovaquie ait par la suite fait des propositions pour conclure un accord avec l’Ukraine, la Pologne et la Hongrie ont tenu bon et ont maintenu leurs restrictions intactes. Même après l’élection de Donald Tusk et de sa coalition pro-européenne, Varsovie a déclaré que les mesures protectionnistes resteraient en place pour protéger les agriculteurs polonais des turbulences du marché.

La Hongrie a clairement indiqué que les interdictions étaient là pour rester.

« Nous continuerons d’appliquer l’interdiction d’importer des céréales ukrainiennes et d’autres produits agricoles pour protéger nos agriculteurs », a déclaré mardi Péter Szijjártó, ministre hongrois des Affaires étrangères et du Commerce. « Le transit va bien. Numéro d’importation. »

Alors que la saga céréalière n’est toujours pas résolue, la Commission semble miser sur des « sauvegardes » ciblées, euphémisme pour désigner des restrictions, pour apaiser le mécontentement à l’Est.

Dombrovskis n’a pas donné de détails précis sur la proposition à venir, qui devrait être présentée dans les prochains jours. On ne sait toujours pas quelle sera la marge d’action dont disposeront les États membres dans la pratique et combien de produits ils pourront interdire.

La proposition prolongera la levée des tarifs jusqu’en juin 2025, a noté Dombrovskis.

Laisser un commentaire

14 + quatre =