Palestinian medics treat a wounded person as the other one carries a young wounded in the Israeli bombardment of the Gaza Strip at the Kuwaiti Hospital in Rafah refugee camp,

Jean Delaunay

Bruxelles demande aux pays de l’UE d’accepter les patients évacués de Gaza

Cet appel intervient après que l’Organisation mondiale de la santé a déclaré que 9 000 Palestiniens avaient besoin d’une évacuation médicale urgente de l’enclave déchirée par la guerre.

Bruxelles a appelé les ministres européens de la Santé et de la Protection civile à indiquer leur « prêt » à accepter des patients de Gaza.

Dans une lettre consultée par L’Observatoire de l’Europe, la commissaire à la santé Stella Kyriakides et le commissaire à la gestion des crises Janez Lenarčič demandent aux gouvernements nationaux d’accepter les patients souffrant de blessures graves et de maladies chroniques dont la vie est en danger en raison de l’immense pression exercée sur les hôpitaux de la bande de Gaza.

Cela intervient après que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a officiellement demandé une assistance au titre du mécanisme de protection civile du bloc – son système d’intervention d’urgence – et a fourni à l’UE une liste de 109 enfants gravement malades et blessés nécessitant un traitement urgent.

« Il est crucial que nous agissions rapidement pour garantir l’évacuation en toute sécurité de ces patients vers des hôpitaux en dehors de Gaza où ils pourront recevoir le traitement vital dont ils ont un besoin urgent », indique la lettre.

« Cela nécessite un effort coordonné impliquant la communauté internationale, y compris les pays européens, pour fournir le soutien logistique, médical et financier nécessaire », ajoute le texte.

Les deux commissaires appellent les gouvernements à faire preuve de « soutien et de solidarité ».

Depuis que la guerre à Gaza a éclaté suite à l’attaque du Hamas contre Israël le 7 octobre, l’UE a engagé 193 millions d’euros d’aide humanitaire aux Palestiniens. Elle a également mis en place une opération de pont aérien qui a permis de livrer plus de 2 000 tonnes de fret humanitaire essentiel et a contribué à l’activation d’un couloir maritime reliant Gaza à Chypre.

Mais malgré les efforts humanitaires, plus de 35 000 Palestiniens ont perdu la vie dans le conflit, et des civils gravement malades ou blessés sont coincés dans l’enclave assiégée.

Les évacuations seraient les premières du genre et auraient lieu dans le cadre du programme dit Medevac, créé à l’origine pour faciliter l’évacuation médicale des patients de l’Ukraine déchirée par la guerre vers les hôpitaux du bloc.

Les commissaires affirment que l’exécutif européen et les États membres ont acquis une « richesse d’expérience » grâce aux opérations d’évacuation en Ukraine, qui peut être utilisée pour soutenir les plus vulnérables à Gaza.

« Bien que nous soyons conscients des complexités pratiques et administratives de cette opération, nous sommes convaincus que cela peut être surmonté grâce à un effort collectif européen », ajoute la lettre.

L’OMS affirme qu’il ne reste que dix hôpitaux « peu fonctionnels » dans cette enclave densément peuplée, où résident quelque deux millions de Palestiniens. C’est une baisse par rapport aux 36 hôpitaux d’avant la guerre, dont beaucoup avaient été détruits par les frappes aériennes israéliennes.

L’agence des Nations Unies affirme également que 9 000 patients doivent être emmenés de toute urgence à l’étranger pour y recevoir des soins vitaux. Parmi eux, 109 ont été inclus sur une liste partagée avec les États membres de l’UE et les pays partenaires.

Laisser un commentaire

dix-sept + 14 =