A member of protocol arranges the Ukrainian and EU flags during an EU summit at the European Council building in Brussels on Thursday, Feb. 9, 2023.

Jean Delaunay

Bruxelles déclare que l’Ukraine et la Moldavie sont prêtes à entamer des négociations d’adhésion alors que la Hongrie s’y oppose

Des sources diplomatiques affirment que la Hongrie menace de faire dérailler l’ouverture des négociations d’adhésion.

La Commission européenne a déclaré aux États membres de l’UE que l’Ukraine et la Moldavie satisfaisaient aux critères nécessaires pour lancer les négociations formelles sur leur adhésion au bloc.

L’invasion de l’Ukraine par la Russie a injecté un nouveau sentiment d’urgence dans la politique d’élargissement de l’UE, Kiev et Chișinău ayant toutes deux obtenu le statut de pays candidat quelques mois seulement après l’entrée des chars russes pour la première fois sur le territoire ukrainien en février 2022.

Mais le processus d’adhésion est notoirement long, les pays devant entreprendre une série de réformes judiciaires, constitutionnelles et économiques avant de pouvoir passer à l’étape suivante de leur parcours vers l’adhésion à l’UE.

L’Ukraine a achevé des réformes remarquables liées à l’étouffement des oligarques et de la corruption et à la protection des droits de ses minorités nationales, a confirmé vendredi un porte-parole de la Commission, tandis que la Moldavie est en attente de ses réformes judiciaires.

Même si cela signifie que le début des négociations devrait être imminent, des sources diplomatiques affirment que le gouvernement hongrois bloque actuellement cette initiative, craignant que l’Ukraine ne soit pas prête à rejoindre le bloc des 27 pays.

Avant que les négociations puissent démarrer, les États membres doivent approuver à l’unanimité les cadres de négociation – qui définissent les principes et les lignes directrices qui guideront les négociations d’adhésion de Bruxelles avec Kiev et Chișinău – et également soutenir la convocation d’une conférence intergouvernementale, le forum où les pourparlers commencent.

« Maintenant, la décision est entre les mains des Etats membres », a déclaré le porte-parole de la Commission.

En décembre dernier, l’exécutif a déclaré que les négociations d’adhésion avec les deux pays pourraient commencer une fois que les détails des réformes en cours auront été résolus.

Cette décision a ensuite été fermement opposée par le gouvernement hongrois de Viktor Orbán, qui a évoqué ses inquiétudes concernant les niveaux de corruption dans le pays et le manque de mesures pour protéger les droits de la minorité hongroise dans la région frontalière de Transcarpatie.

Les États membres ont réussi à contourner la campagne d’opposition d’Orbán en lui demandant tactiquement de quitter la salle lors d’un vote.

Le gouvernement du président Zelensky a depuis fait du renforcement des droits des minorités nationales une priorité dans le but d’apaiser Budapest, notamment en modifiant les lois pour permettre l’enseignement dans les langues minoritaires.

Mais le processus d’adhésion étant semé d’étapes qui nécessitent le soutien unanime des dirigeants, les États membres ont plusieurs occasions de faire dérailler le processus.

Dans une lettre adressée à la ministre belge des Affaires étrangères Hadja Lahbib, dont le gouvernement assure actuellement la présidence du Conseil de l’UE, douze États membres ont appelé à ce que les négociations d’adhésion débutent avant la fin juin.

Alors que le gouvernement d’Orbán doit assumer la présidence du Conseil de l’UE à partir de juillet – ce qui lui confère le pouvoir de fixer l’ordre du jour et de présider les réunions ministérielles – les ministres de l’UE craignent que les négociations ne dérapent encore davantage à moins que la Hongrie ne concède d’ici la fin juin. .

Cela survient alors que l’exaspération à l’égard du gouvernement d’Orbán grandit alors que celui-ci continue d’opposer son veto à des décisions clés concernant l’aide militaire à Kiev.

Un porte-parole du gouvernement hongrois a déclaré la semaine dernière à L’Observatoire de l’Europe que l’accent était entièrement mis sur la finalisation des cadres de négociation.

En réponse à la décision de vendredi sur X, la vice-Première ministre ukrainienne Olga Stefanishyna a déclaré qu’elle « attendait avec impatience » la décision des États membres de l’UE sur les cadres de négociation et le « début effectif des négociations d’adhésion ».

Laisser un commentaire

1 × deux =