Bruxelles cherche à regagner de l'influence en Amérique latine, alors que le sommet des dirigeants commence

Jean Delaunay

Bruxelles cherche à regagner de l’influence en Amérique latine, alors que le sommet des dirigeants commence

La réunion est la première du genre en huit ans.

Alors que les dirigeants du monde latino-américain et caribéen descendent dans la capitale belge lundi et mardi, les chefs d’État et de gouvernement européens devraient admettre leur manque d' »attention » accordée à la région ces dernières années et tourner une nouvelle page sur rapports.

Le haut représentant de l’UE pour les affaires étrangères, Josep Borrell, a été le premier à reconnaître cette faute lundi, alors que plus de 50 dirigeants se sont présentés au sommet UE-CELAC.

« Comme nous étions des partenaires naturels, nous n’avons pas fait assez attention, c’est la raison. Les Européens n’ont pas fait assez attention aux Latino-Américains », a-t-il déclaré à Bruxelles.

« Et maintenant, nous devons réagir et prendre en compte le nouveau scénario géopolitique, avec l’émergence de la Chine et le nouveau rôle de la Russie. Nous devons exprimer et montrer, non seulement de l’inquiétude, mais de l’engagement. »

Après huit ans sans aucun sommet de haut niveau, l’Europe veut regagner de l’influence dans la région, réalisant que la guerre en Ukraine a changé les règles du jeu en matière de géopolitique. La Chine a également investi massivement dans la région, ce que Bruxelles cherche à contrer.

Mais au-delà du commerce, plusieurs débats se sont ouverts sur la rédaction finale des conclusions du sommet.

Les pays d’Amérique latine aimeraient voir une sorte de référence au passé colonial, ainsi que des réparations pour la traite transatlantique des esclaves, comme l’a expliqué le président de la CELAC et Premier ministre de Saint-Vincent-et-les Grenadines, Ralph Gonsalves.

« J’ai bon espoir que nous verrons un paragraphe dans la déclaration traitant de l’héritage historique du génocide indigène et de l’asservissement des corps africains », a-t-il déclaré lundi.

« Et quelque chose vers la justice réparatrice. »

Il existe également une controverse sur la façon de se référer à la guerre en Ukraine.

Les opinions divergent de part et d’autre de l’Atlantique, ainsi que parmi les pays d’Amérique latine.

« Nous voulons, des deux côtés, un texte ambitieux et c’est ainsi que des discussions sont encore en cours sur le projet de communiqué », a déclaré Charles Michel, président du Conseil européen.

« Sur l’Ukraine, une chose est claire : la grande majorité des pays d’Amérique latine ont décidé de condamner la Russie et cela s’est traduit par plusieurs votes à l’Assemblée générale des Nations Unies. »

Lors du vote de l’ONU, il y avait ceux qui ont condamné l’invasion, ceux qui ont gardé une position plus neutre et ceux qui se sont alignés sur la Russie.

Trouver un langage commun qui inclut tous ces points de vue s’avérera difficile.

Laisser un commentaire

dix + 13 =